vendredi 17 juin 2011

Gaubeille, les traditions ont la vie dure

Dimanche 12 juin 2011 :
Gaubeille (Cavité fermée, possibilité de visite accompagnée, contacter le club)
Claire, Jean Claude, Guillaume, Jérome, Patrick, Jean Marie, Marc, Florence (SDNO, Ain), Nicolas,
TPST : 7 heures
RDV à 10 heures.
Jean Claude nous amène à la porte de la cavité. Problème : la clef que lui a confiée Alain ne rentre pas dans le cadenas. Le porte-clef mentionne « Cabrespine ». Nous essayons de contacter Alain qui n’est plus chez lui et je me résigne à amener mes amis à Trassanel. Mais heureusement Guillaume retrouve un double au fond de son coffre. Ouf ! (voir photos sur la partie « membres »)
Ballade sans autre incident. Le passage bas parcouru par un net courant d’air soufflant est totalement sec. Nous visitons avec grand plaisir les magnifiques salles blanches. Pendant que le groupe ressort, je suis Guillaume en haut d’une belle escalade inachevée (par qui ? pourquoi s’être arrêté à ce niveau ?).
2011 06 12 Gaubeille 060    2011 06 12 Gaubeille 116
 
Patrick commence à prendre goût aux visites de belles cavités, je ne suis pas sur qu’on puisse lui refaire tirer des gamates dans la bouillasse. Jérome a peaufiné sa technique en chatière. Quant à Nicolas dont s’était la première vraie sortie, il s’est débrouillé parfaitement autant dans les passages étroits que sur les fractios ; j’espère que cela lui donnera envie de poursuivre.
 

La sortie se termine chez Jean Claude autour d’un bon apéro. Je partage avec Guillaume l’impression que tout n’a peut être pas été escaladé et fouillé dans cette cavité.
2011 06 12 Gaubeille 162

13 commentaires:

masdan a dit…

Et le siphon ,l'avez-vous vu(en fait il y en a 2)c'est le plus beau de l'aude!On est que 2 à l'avoir vu:l'inventeur du trou(avec Bibi ,sa femme) et moa!

jean michel a dit…

Ou est l'escalade inachevée,dans la salle du fond?? Sur une grande coulée de calcite?
Avec une grosse dynamique bleue ou verte?

Jean Marie a dit…

Oui à toutes les questions de JMichel. Quant à Daniel : qui est l'inventeur du trou ? Y a t-il une topo ? A qui la demander ?

masdan a dit…

L'inventeur du trou est Alain Coste,longtemps membre du sca,(et peut être encore).
Il avait grandement entamé la topo,sans jamais la finir.
Je sais que Daniel gilles avait fait des sorties photos,mais,peut être avait-il repris la topo?
Avais vous vu la grande salle terminale,avec la grosse galerie qui bute sur une maous trémie?
Magnifiquement concrétionnée!!!!!!....

masdan a dit…

Jean michel,la grande coulée de calcite n'est pas au fond.....

jean michel a dit…

C'était une surprise pour mon anniversaire il y a un an ou deux.
Mais avec une corde seule et sans matos je n'ai pas fait grand chose.D'autant plus qu'il y avait des traces d'un passage...
a revoir pour récupérer la corde

Jean Marie a dit…

Ou est la suite après la grande coulée ?

laurent a dit…

Pour les deux JM, la grande salle terminale, personne n'y est plus allé depuis bien longtemps.
L'accès se situe dans un passage remontant dynamité suivi par une étroiture sévère au sommet au delà des coulées blanches. On est que qq personnes du club à l'avoir franchie, et pas les plus gros!
C'est de loin le plus gros volume du trou derrière (la photo de couverture du Bramavenc n°14 de 1993 a été prise dans cette salle).
La trémie barre tout ensuite et correspond même à un affaissement dans le paysage extérieur...
Reste bien sûr que le siphon n'a jamais été plongé et devra l'être un jour, après un élargissement conséquent de l'accès.

masdan a dit…

Après les aragonites(première escalade)la belle galerie bute sur un bel apic,escaladé par moi-même,en ''libre'' .En haut,ce doit être toujours équipé,il y a un petit lac suspendu avec une stalagmite plantée(dans l'argile,au milieu.De l'autre côté,sur la droite,escalade faite par alain coste(j'étais en assurance).Il est monté d'une quinzaine de m,mais pas de suite.
La suite,elle est de l'autre côté du ''lac'',sur la gauche,derrière des draperies.Ensuite,joli parcours(environ 250 m)cette galerie semble cuter en son terminus,mais que nenni ,passage surbaissé remontant qu'il faudrait élargir.un dizaine de m +loin,on se relève sur un palier,en haut d'un puits -diaclase.En face tentative d'escalade qui n'a rien donné.On doit redescendre d'une quinzaine de m pour arriver dans une grande rotonde qui,de mémoire,doit faire 20à30m de diamètre pour 5 à6m de haut.
Sur la droite part une large galerie,dans le style +++Trassanel ,très concrétionnée avec de très belles fistuleuses.
Pour trouver le siphon,il faut traverser la rotonde depuis le bas du puits,monter sur les gradins(c'est un véritable théâtre antique!),et presque en haut trouver un petit passage que j'avais ouvert à coups de pieds.partir les pieds en avant.ça ne coince pas du tout,et ça descend de plusieurs m.On se retrouve à droite sur le rebord d'un apic de 2 m donnant sur un plan d'eau de 5 à 6m de diamètre.Dans le vert sombre,on voit(environ 2 m de profondeur)se dessiner la voûte d'une large galerie.Laissons ce siphon,et escaladons un mur de blocs qui barre la diaclase.Derrière,on redescend.Le sol de la galerie est argileux et craquelé comme si c'était trop sec,pourtant au premier pas l'eau passe au dessus des bottes:eau très claire du second siphon.Ce niveau est suspendu,peut être 50 au dessus de la résurgence qui est encore éloignée-->potentiel d'une bonne première,très interressant de procéder à 3 ou 4 tirs,et organiser une plongée.

masdan a dit…

PS:Quand on est aux spaghettis,on n'est qu'au 1/3 du trou.

Jean Marie a dit…

Tu nous appâtes... Je crois qu'il ne te restes plus qu'à venir nous y guider. Tu es libre début juillet ? Ca permettrait de faire connaissance ?

masdan a dit…

Oui ,à partir du second weekend.
PS:changez-moi les cordes du puits d'entrée,ainsi que celles des escalades(1 m en avant,3 m en arrière...)Je ne suis pas sûr d'avoir du carbure,vous en avez encore?

Nicolas a dit…

Un super merci à tous pour m'avoir accueilli à l'occasion de cette magnifique sortie. Remerciements spéciaux à Guillaume pour l'entrainement et pour le prêt de l'équipement.
Vivement la prochaine sortie, dommage que j'habite si loin.
Nicolas