dimanche 16 mai 2021

multiples objectifs

Samedi  15  mai 2021

participants :Béranger ,Clément,Felix,, Flo,Jean luc ,Henri,moi

TPST :7h

Nous nous retrouvons au vieux lion ,les objectifs du jour sont variés.

Henri doit paufiner l équipement et mettre quelques marches  pour faciliter la progression.

Nous nous arrêtons 1 h pour dégager un peu le puits de la jonction, les gamates s enchainent .

Puis nous partons pour le siphon de" sable",Felix découvre pour la première fois le chandelier ,et oui il avait bossé au vieux lion sans y avoir été.

Arrivée au siphon de sable , après la pause déjeuner , Béranger , clément ,flo ,commence à s attaquer à la désob pendant que jean luc et moi montrons le réseau 3 à felix.

A notre surprise , le passage 3 /4  s est pris 30 à 50 cm d eau et on mouille un peu les bottes ,alors que la semaine dernière , c était presque sec!

Pas mal de gours et vasques se sont rempli par rapport à la semaine précédente ...

Nous nous arrêtons en bas de la coulée du lac suspendu par plus d 1.5m d eau  ! 

Demi tour , nous retrouvons rapidement les collègues qui ont bien avancée sur le desob.

Maintenant à 5 , les gamattes s enchainent à bon rythme.

Felix et moi partons sur le pseudo siphon pour décaisser au marteau burin .

A la fin de la journée,tout le groupe se rejoint  pour commencer le retour.

On a avancé de 1. 5 m et fait un peu plus de place sur le front de taille    

 

vendredi 14 mai 2021

déséquipement du ribero


jeudi  13 mai 2021

participants :Felix ,Beranger ,Ruben,Dom

TPST :6h

Dans la suite du déséquipement du puits qui siffle, décidé il y a 2 ans ,le déséquipement  du ribero était prévu afin que de permettre aux membres du club de ne pas perdre la main pour équiper.

Nous nous retrouvons ce jeudi férié à la base de trassanel , content de retrouver le Minervois et d admirer la jolie vue sur les Pyrénées encore enneigés.

Nous descendons rapidement au 3 , avec petite visite de ce très jolie réseau.

Pause repas , Félix se colle au déséquipement avec moi même en soutien 

Nous profitons pour réaliser une fiche d équipement avec les moyens modernes (disto de Félix)

Arrivée en haut nous retrouvons beranger et ruben,et nous leur faisons visiter le 2 ,photos et balade.

Ruben et beranger tente d aller voir le crane d ours , mais il y avait surement un brownie de trop ...

même si Ruben était vraiment pas loin de passer!

Sortie relativement tot afin de pourvoir rentrer avant le couvre feu.

La fiche d équipement est disponible sur demande. 

merci à beranger pour les photos

 


 

ruben en haut du ribero


felix à la sortie du ribero



un brownie de trop!







lundi 10 mai 2021

STAGE AIGUEBONNE (Grands Causses) du 3 au 9 Mai

SCA : Clément, Etienne et plusieurs autres participants de différents clubs.
L'organisation est portée par des amoureux des grands Causses et le spéléo club du Jura.

Pas moyen de tomber sur Clément sous terre de toute la semaine. Quelque part tant mieux comme ça il aura pris un maximum de regards extérieurs et j'aurai l'occasion de le voir dans l'Aude !

Pour ma part :

Le 3 trajet aller avec promenade à Nîmes le vieux en surface.

Le 4 aven de Tabourel avec Léon et Alexa. TPST : 5h découverte de l'équipement. Ils avaient bien bossé les nœuds en amont, sont vraiment autonome sur corde et ça s'est vu : Ils étaient vraiment mûrs pour passer à la lecture des lignes d'équipements et mettre en situation les nœuds ! Une fois remontés, petit tour au chaos de Montpellier le vieux étant donné que la sortie a été rondement menée.

Le 5 Léon, le matin uniquement, Annie, Dav, Gérald, Polo et Mélanie, Mouna, 2 autres spéléo venus uniquement pour cette journée. Journée environnement avec l'intervention de Philippe Galant : Grotte du cimetière et du Pas de Joulié. Deux sites massacrés, découverts trop tôt... No more coment ! TPST : 4 h 30

6 Mai, Alexa, Lila, Aven du Bateau. Perfectionnement à l'équipement pour deux dégourdies ! TPST : 5 h 30

Le 7, Gérald, Julien, Aven de Drigas (ou Cabanelles). Perfectionnement à l'équipement dans un très beau trou, avec quelques équipements aériens où il a fallu un peu de finesse et se botter les fesses dans des passages exposés à l'équipement ! Beaucoup de questionnements sur les limites du matériel, de certaines techniques employés... TPST 6 h

Le 8, Alexa, Léa, David, Gérald, Nico, Léon. Aven de Hures. Les premiers puits ont été équipés par une autre équipe la veille. Nous partons donc sous terre avec une équipe conséquente avec pour objectif le pied du puits de l'écho. Deux nouveaux kits sont déroulés par Alexa et Gérald. Un trou absolument magnifique, broché, avec de beaux et grand puits confortables, un régal. TPST : 6 h 30

Le 9 trajet retour avec un trou bonus : L'aven noir, très beau aussi ! Léon, Alexa, Théo. TPST : 3 h 30. Puits d'entrée et deux autres.

dimanche 9 mai 2021

Sortie initiatique et premières données en régime estival

Samedi 8 mai 2021

Vieux Lion/Chandelier

Participants : Dom, Laurent (SCA) + 4 spéléos de la section CAF de Quillan

TPST : 8h

 

Continuation des nouvelles observations et travaux en cours sur le réseau. Nous emmenons avec nous quatre nouveaux arrivés dans le milieu de la spéléologie locale, qui sont très motivés pour découvrir le patrimoine souterrain du coin sous tous ses aspects.

Il doit faire assez chaud ce samedi et les niveaux d'eau sont bas. L'idée est donc de commencer la journée par ouvrir la porte du Chandelier pour booster la ventilation souterraine. Ca souffle dur dès le matin...

Ensuite descente par le Vieux Lion pour une salve bien fournie dans les voûtes basses vers -100. Après une initiation au gamattage en règle qui nous amène à 13h30, le groupe part plus loin pour visiter une partie du réseau III. J'en profite pour fouiner un peu partout et tenter d'en comprendre un peu plus sur les écoulements de crue et l'aérologie estivale post-jonction.

Pendant la crue exceptionnelle de janvier 2020, l'extrémité aval du réseau IV s'est mise en eau sur plus de 3m (les voûtes sont heureusement à plus de 15m). Le déversoir était constitué du passage que nous avons ouvert lors de l'explo à travers le bouchon de calcite. Ensuite écoulement libre dans le III jusque dans le chaos de gros blocs qu'il faut escalader pour atteindre le petit lac suspendu. L'eau s'est perdue dans le chaos comme constaté par Etienne. En s'insinuant dans le chaos, un passage ventilé serait à ouvrir, qui donne sur du pénétrable plus bas, entre paroi et gros blocs, le tout décapé par un écoulement assez puissant.

Au retour, visite du méandre étroit qui part plein sud à la charnière du III et du IV. Progression assez rude sur 30m avant un bouchon de calcite (là aussi) qui obstrue tout...sauf...un triangle de 10cm de côté au ras inférieur.

Il en sortait un courant d'air du diable, en pression...Au fond du synclinal et sous les marnes, on se doute de ce que cela signifie : sans doute une sérieuse option vers l'inférieur, mais la désobstruction n'est pas gagnée d'avance vu le peu de place.

Les jeunes se confrontent également à la première partie du boyau du Vent qui porte bien son nom. Une grosse partie du courant d'air du trou en sort, comme avant la jonction. Le petit trou souffleur 50m plus en amont était également bien actif.

Par contre, aucune modification du régime de l'entrée du Vieux Lion, qui aurait plutôt tendance à souffler fort également, même avec la jonction effective et la porte du Chandelier ouverte, et malgré quelques inversions. Bref, tout souffle...

Il existe donc des entrées plus loin et plus haut dans le massif qui impriment le flux d'air dominant dans le réseau jusqu'au Chandelier et au Blau. Nous n'avons pas perturbé grand-chose.

Affaire à suivre donc, les pièces du nouveau puzzle commencent à se mettre en place. Prochain chantier (en l'absence des maigres pour la topo du boyau du Vent) : le grand siphon fossile amont et ses galets de 15kg remontés sur plusieurs mètres par l'ancien courant ascendant...





Jalons bien visibles à mi-hauteur du plus ancien niveau de remplissage







 

Le calcaire sucre d'orge de Trassanel

Dimanche 9 Mai 2021: Les minotiers du "vestiaire".

Retour à ce trou du Pech de Laure à Trassanel après 6 semaines d'absence.Avec les 2 Daniels, Mas et Constant.

Tout d'abord pour constater que l'on ne peut plus monter en voiture au col de Combe Boudry, suite aux états d'ame d'un proprio (....) qui en a barré l'accès, avec panneau et tranchée. Signe de cette triste période, qui en rajoute une couche après le "cloturage" de l'accès aux trous du cirque et des oliviers!! A quand les fils de fer barbelés et les miradors?

Séance stakhanoviste par une météo à décorner un bœuf, et ou il était plus facile de choper un refroidissement....à l'intérieur du trou, tant le souffle était fort. Preuve peu encourageante certes, de tube à vent. Mais l'efficacité des 14 "pailles"nous a tant plu, associé aux formes d'érosion par l'eau, qu'il en faudra plus pour nous décourager. Avancée de deux bons mètres. Ce qui nous permet de voir que la suite serait à la fois dans le sol par un petit trou de soutirage, et tout droit au fond, derrière un barrage de calcite.Le pendage plongeant me plait bien, même si le risque d'un dépilage de toute la zone reste présent. A priori ce départ, qui ressemble de plus en plus à un vrai trou, en étant moins prés du rebord du plateau que le "trou de la crête", devrais nous amener plus rapidement dans le "gras" du massif. Lunettes obligatoires pour ceux qui travaillent dedans, et qui sortent de là comme couverts de farine!Un randonneur de passage s’intéresse à nos travaux. Travaux en cours. TPES:6H.

J'apprend par "la bande"que le GPS serait à deux doigts de franchir le bout du boyau du mystère au 4 de Trassanel. Elle est bien loin l'époque ou cette grotte était le sanctuaire exclusif du SCA!!C'est certainement une bonne chose. Ou ça en serait une si le respect des anciens et de l'Histoire des réseaux étaient une réalité. Je craint hélas que non!!!!ça aussi est à l'image de notre époque....

samedi 1 mai 2021

Modernisation au Lion's Club

Samedi 1er mai 2021

Vieux Lion/Chandelier

Participants : Dom, Henri, Denis, Laurent

TPST : 7h30

 Deuxième sortie d'aménagement après la jonction.

But de la journée : finir d'équiper le nouveau cheminement avec des mains courantes et commencer les travaux de mise à niveau hors d'eau lors des crues dans les voûtes basses avant la confluence avec le collecteur fossile.

Entrée sous la pluie à 9h30, la descente est un peu arrosée, mais sans plus. Les combis restent sèches. Le trou aspire pas mal. Durant le parcours on découvre cependant une jolie cascade inconnue arrivant d'une cheminée non repérée auparavant. Le débit n'est pas négligeable alors que les quantités d'eau tombées dehors ne sont pas énormes. Transfert direct...

L'actif est capturé par un méandre étroit en dessous. Il faudra aller voir (P10 à équiper).

Plus loin on se sépare en deux équipes. Dans les voûtes basses, le courant d'air est alternatif à grande longueur d'onde (plusieurs minutes) avec également des moments de pause. Dans le boyau du vent par contre ça aspire fort.

Les voûtes sont attaquées avec la technique qui a fait ses preuves plus haut : mèche de 16 et longueur 1m. Il faut au moins ça pour remonter le plafond de 50cm en une fois.

Résultat colossal avec seulement trois trous


Résultat d'une seule salve

Deux mètres rectifiés en une séance, chantier à poursuivre en alternance avec d'autres missions car il y a une dizaine de mètres à faire. Par contre point positif, il existe une vidange naturelle pas loin du point bas, une fissure qui glougloute en avalant un petit actif. Il faudra l'élargir et avec un peu de chance ces passages ne pourront plus se remettre en eau à terme.

Du côté des mais courantes, le travail a été quasiment terminé. Le passage dans le méandre inférieur est désormais de l'histoire ancienne.

Au retour on constate une nouvelle cascade arrivant d'un affluent repéré précédemment par Denis et Boris. Denis redescend dans un réseau inférieur pour tenter de suivre l'eau, qui finalement se perd contre une paroi argileuse en bas d'une grande salle. Pas prioritaire comme désobstruction...

La cascade vue à l'aller coule cette fois beaucoup moins. La pluie doit s'être arrêtée. C'est super de voir la cavité vivante...

Paysage dans l'affluent du Corbeau


Dans le parcours balisé

Sortie sans problèmes après 7h de boulot. Bientôt la reprise des explos et de la topo...

samedi 24 avril 2021

Aménagements Chandelion

Samedi 24/04/21

Trou du Vieux Lion/Chandelier

Participants : JLuc, JMichel, Henri, Romain, Clément, Etienne, Laurent

TPST : 7h


Depuis la fusion des deux cavités, on ne sait plus très bien si on va dans la suite du Vieux Lion ou dans l'amont du Chandelier, d'où le titre...

Après une première sortie un peu plus tôt pour jonctionner les deux topos (Boris et Laurent, TPST 6h), ça fourmille un peu partout dans la cavité pour cette première collective de week end post-euphorie.

Plein de chantiers menés de front, en solo, binôme ou trinôme : élargissement du passage de la jonction, balisage, rééquipement dans les règles des agrès explo, modification du parcours pour éviter certains détours (main courante par le haut du conduit), début du perçage des voûtes basses avant le point chaud, déséquipement des zones obsolètes dans le III, centralisation du matériel disséminé un peu partout, et visite du III pour Clément et Romain qui avaient désobstrué au Vieux Lion sans connaitre ce qu'il y avait dessous. Maintenant ils savent...

Etienne repère également un nouveau passage qui collecte en hautes eaux les écoulements d'une partie du III. A sonder quand on ré-attaquera les choses sérieuses.

Il reste une bonne séance pour finir d'équiper les mains courantes qui au final shunteront totalement le méandre inférieur.

Au niveau courant d'air, la cavité ne se comporte pas en entrée haute mais plutôt en entrée intermédiaire, avec forte aspiration dominante surtout la nuit, cela a bien séché le parcours jusqu'en bas des puits. Il y a également des moments de souffle durant les heures chaudes (alors qu'au niveau des voûtes basses avant le point chaud le courant d'air n'a pas changé et se dirige toujours vers la vallée du Blau quand il fait chaud). Donc configuration complexe à entrées multiples plus haut et plus bas, il y aura quelques expériences sympas à retenter depuis le Blau et l'entrée du Chandelier en ouvrant/fermant.

Côté topo, la cavité descend en tire-bouchon jusqu'à la jonction, en passant deux fois au-dessus de l'aplomb de la galerie du Chandelier. Le point de jonction n'est qu'à 4m de l'aplomb exact du laminoir d'entrée du Vieux Lion, mais 60m plus bas. Cela confirme la précision du report de surface fait depuis la vallée du Blau.

A noter également le déséquipement, dans des conditions semble-t-il très "engagées", des cheminées escaladées par Etienne (30m + 20m), qui se décalent en fait plein nord dans la direction opposée d'une jonction éventuelle avec le Vieux Lion. Les dernières questions sur le sujet sont à présent levées.


Au final une journée bien chargée et un sacré plaisir de pouvoir ressortir par le Vieux Lion. On est pas encore habitués et on ne fait que commencer à apprécier...

Quelques images furtives prises sur le nouveau parcours :






vendredi 23 avril 2021

Mise à l honneur du chandelier sur le nouveau site de raumer


Hello à tous ,
C est pas tous les jours qu on fait partie d une galerie d'un site ...et pas n importe quel site: le nouveau de raumer climbing
un superbe partenariat dès le début de l aventure  avec eux et leur excellent materiel
outre la galerie sur le chandelier ,y a d 'autres choses sympa en galerie et en matériel bien sur!
 
le lien direct

un grand merci à raumer pour son accompagnement lors des multiples sorties au chandelier et maintenant au vieux lion.

et aussi un grand merci à Étienne FABRE ,notre talentueux  photographe!
 


 

lundi 12 avril 2021

Synthèse chronologique simplifiée des recherches d'entrées hautes du réseau du Chandelier depuis 2018

 

Tout commence par la découverte le....Décembre 2017 du trou des culbuteurs à proximité de la D120 et un peu en aval du col du Chandelier. Ouverture et explo les 13, 20 et 21 janvier 2018. Arrêt vers -25 sur un laminoir étroit et sans air. Puis la redécouverte d'un aven exploré pendant le camp CDS au Blau de 1985, le BA1, plus à l’Ouest et perché que les culbuteurs.Le 27 mai 2018, découverte d'une suite importante. Rebaptisé trou de la règle, après la découverte....en plein bartas d'une règle triangulaire de report d'échelle!!En 8 sorties de Mai à Septembre 2018, descente à -103 par de très beaux puits, levée de la topo, début d'ouverture d'une fissure fortement aspirante par temps chaud. Le 5 aout 2018 découverte d'un méandre très ventilé à l'aplomb du BA1 dans le réseau 2 du Chandelier. La jonction théorique est prouvée.Toujours en 2018, redécouverte d'une très belle entrée sur le flanc de la perte temporaire du Sarrat de l'Etreuil. Connue de la SSP (marquage). En 3 sorties en Octobre-Novembre, ce bel aven baptisé aven des Salamandres, nous livre une suite après un pendule dans la salle d'entrée. Arrêt sur un fort colmatage de calcite, et un trou minuscule très ventilé. Fonctionnant bizarrement en entrée basse! Parallèlement dans une très belle doline plus au Sud, un conduit prometteur est travaillé en 3 sorties. Mais là aussi le courant d'air est suspect. Baptisé trou du Pape, à cause de la poussière noire qu'il contient. Non loin du Pape un départ étroit d'aven est repéré et travaillé en 4 sorties, début 2019. Souvent dans de rudes conditions hivernales. Vers les -10 un méandre étroit est peu avenant, malgré le très bon emplacement par rapport aux cheminées du réseau terminal du Chandelier. Appelé réseau du vieux corbeaux.En Mars non loin des Salamandres, un laminoir descendant terreux est travaillé. Ou une excellente aspiration par temps chaud est observé une fois (non non, je ne suis pas Belge!). Recherches en Avril sur 2 autres cavités de la zone du Sarrat de l'Etreuil, les LAV15, et LAV16. Petites cavités colmatées.

Enfin, après le report de la topo sur la carte, la future entrée du trou du Vieux Lion est repérée le 28 Avril 2019. Le pari fou qu'on est bien au bon endroit est confirmé dés la descente du sol de 1.50m par une petite fissure ventilée!Acte de naissance du trou du Vieux Lion sur un vague terrain plat au milieu d'un lapiaz extrêmement bouché!Les 8, 12 et 18 Mai ouverture du puits d'entrée. Relâche quelques temps pour 5 sorties au trou N°2 de la Vernouze, bien bien en amont du Chandelier, et ou l'on arrive à -70....Puis en été, deux expériences aérologiques aux : Trou du vent du Blau, Chandelier, Feuilles. Ainsi que 2 sorties d'escalade dans la grande cheminée dite du vieux corbeaux dans le Chandelier. Le 1 Septembre une deuxième cheminée est escaladée et une jonction sonore effective avec l'équipe du vieux Lion.Le 17 du mème Mois avec les mèmes équipes dedans et dehors, une tentative de jonction-localisation ARVA échoue.

Fin septembre, début Octobre 2019, 2 sorties à caractères archéologiques avec 1 professionnel permettent de recueillir des restes de ce qui pourrait être un lion des cavernes. Le trou est baptisé!!

A partir du 26 Octobre 2019, entame de l'ouverture du laminoir en bas du puits d'entrée. qui vas nécessiter 12 sorties, jusqu'à novembre 2019. Entre fin Novembre et Janvier 2020, 2 ressauts sont ouverts. De Janvier à Février 2020, 4 sorties vont permettre de vider le bas de la nouvelle salle jusqu'à la salle suspendue, dite "salle de Noël". Le 15 Février 2020, arrivée dans un méandre prenant une autre direction. Et qui vas motiver 17 sorties "bestiales", avec des étayages très imaginatifs pour pouvoir stocker, jusqu'au 2 Aout! Entrecoupé du.....premier confinement du 16 Mars au 11 Mai 2020. le 16 Aout 2020, levée de la topo de la zone d'entrée du Chandelier et du trou du vieux lion jusqu'à - 28. Pendant qu'une équipe dans la cheminée du vieux corbeaux tente en vain d'atteindre le haut de la deuxième cheminée (du calibre Étienne!!); Toute fois, jonction sonore entre les 2 équipes. Ce qui est très trompeur comme le prouvera la suite des événements....Du 23 Aout au 23 Septembre, 8 sorties permettent d'ouvrir les 3ème et 4ème ressauts et le premier grand puits. A partir de là, séances de désobstruction moins lourdes et de belles récompenses: les les 26 et 29:09 puis 10/10/2020 descente d'un vaste P15, puis P13 donnant sur un réseau horizontal. Ce finissant avec une zone complexe.

Le 24/10/2020 communication radio et ARVA avec une équipe dans le Chandelier depuis une alcôve dans une paroi.2 sorties permettent ensuite de calibrer les ressauts étroits. et d'y poser des marches bien commodes. Du 19/12/202 au 30/01/2021, 7 sorties consacrées au creusement dans du remplissage de graviers....mais ce trompant de direction!!!Le 13 Mars 2021, grâce à une localisation précise ARVA avec une équipe dans le Chandelier un "puisard"est ouvert dans le sol à gauche du tunnel de graviers.En 3 sorties le puisard est ouvert sur 4m permettant le:

Samedi 3 Avril 2021 la JONCTION PHYSIQUE avec une équipe de 3 participants dans le Chandelier. Qui réalisent ainsi la première traversée de fait: réseau du Chandelier-trou du vieux lion...

Ce travail digne des anciens Égyptiens aura nécessité:

69 sorties pour un total de 406h45 + 7 sorties coté Chandelier (pas de précisions suffisantes sur leurs TPST!). Soit un Total réel de 76 sorties

Sorties qui ont mobilisé 29 participants, dont 9 vraiment actifs.

Dont je ne boude pas le plaisir de comptabiliser leur nombre de participation!!!!!!:

Laurent: 64 sorties

Moi même: 44

Jean Luc: 43

Dominique:31

Félix: 24

Jean Michel: 16

Denis: 14

Boris: 13

Romain: 12

Étienne: 9

Dans le désordre pour les autres, sans le nombre de sorties: Julie, Daniel, Jean Pierre,  Adrien, Édith, Agathe, Loïc + son fils, Cédric, Lucas, Marine,Sébastien, Élodie, Steve, Manuel, Fabien, Christelle, Jean Baptiste, Clément.

Soit, un total cumulé de sorties de.......: 297!!!


 

 


 







 


dimanche 4 avril 2021

Le lion est dompté...

Samedi 03/04/2021

Trou du Vieux Lion - réseau du Chandelier

Participants : 

Côté Chandelier : Etienne, Léon et Léo TPST 8h30

Côté Vieux Lion : JLuc, Dom, Denis, Steve, Henri, Boris, Laurent TPST 9h30


Samedi 2h du matin : je ne dors plus suite à une succession de rêves-cauchemars où j'ai tour à tour oublié les radio et ARVA, été coincé sur la route par un accident de tracteur, et fini par voir la route se dérober sous les roues de la voiture...

Le subconscient travaille grave car aujourd'hui c'est la dernière chance d'avancer pour la "cause" avant un certain nombre de semaines de confinement.

On a décidé de démarrer tôt, et heureusement on arrive à bon port à 8h du mat avec tout le matériel. JLuc, Dom, Denis et Steve descendent au VL pendant que je vais rejoindre et briefer l'équipe Chandelier. En arrivant à l'Escale, je trouve Léon et Léo qui attendent Etienne après un bivouac sur place. Ils sont sans nourriture depuis la veille et Léon n'a pas de néoprène. Ca commence mal...

L'équipe rentre sous terre à 10h avec une probable option de demi-tour assez rapide. Inquiet, je rejoins les autres au fond du VL à 11h. Ils ont déjà bien avancé vers le bas avec un système de rotation sur le front de taille toutes les 20mn.

Au sommet du puits artificiel, bas du Vieux Lion

Puits de 4,5m creusé en deux séances

 

13h : Un appel retentit à la radio. Soulagement, la "section St Antonin" est arrivée à bon port, avec de l'eau jusqu'au nombril dans le réseau I. C'est l'heure du test ARVA qui doit valider ou sanctionner le travail accompli.

Un premier coup d'adrénaline monte lorsqu'on se met à entendre parler l'équipe Chandelier à travers le remplissage. Ils nous signalent par radio qu'ils sentent un courant d'air arrivant vers eux. 

Le verdict ARVA tombe : 2,4m de lacune. Génial, la motivation monte encore d'un cran et l'espoir de concrétiser aujourd'hui devient possible. C'est décidé, on continuera jusqu'à la délivrance. Boris arrive en renfort et les rotations reprennent de plus belle.

Petit tour d'horizon :


15h : Il devient désormais possible de communiquer entre équipes sans radio. Nouveau test, il reste 1,4m mais nous n'avons plus les flèches directionnelles sur une distance aussi courte. On se réajuste plusieurs fois à la voix. La structure du remplissage, induré par la calcite, nous permet de ne pas voir les parois s'effondrer autour de nous, le puits creusé dépasse à présent les 6m.

Tout s'accélère soudain à 16h30; les quelques vidéos qui suivent dans l'ordre chronologique valent mieux qu'un long texte pour décrire les faits et l'ambiance :





 



On l'a fait !!! 15 ans après la jonction historique de Matte Arnaude avec Cabrespine, et presque deux ans après le début des travaux en surface au Vieux Lion, le SCA offre au département de l'Aude une seconde traversée d'envergure nationale, et surtout un accès direct aux drains majeurs du pays de Sault depuis la surface du plateau par ...  une jonction topographique en aveugle, au mètre près, à 75m de profondeur après presque 4000m de cheminement souterrain, et en l'absence de cavité au départ. Un pari qui énoncé comme ça pourrait s'approcher de la débilité profonde...



On ne résiste pas à une petite visite, et le cerveau a du mal à réaliser que ces paysages vus en pointe engagée ne sont plus qu'à 20mn de la sortie.

Arrivée dans l'affluent du Vieux Corbeau depuis la jonction


Sortie des étoiles plein le yeux à 18h30, avec encore du mal à réaliser ce qui vient de se passer. Sans la communication avec les gars du Chandelier, il aurait fallu au moins une sortie supplémentaire pour s'orienter, et encore !


 

Merci à toute l'équipe d'avoir eu confiance dans le diagnostic de départ, initié par une intuition tenace lorsque l'on passait par là pour aller bosser au P8, puis confirmé plus tard par la topo. Et bravo pour n'avoir jamais perdu la motivation nécessaire; tout au long de ces nombreuses épreuves et obstacles surmontés les uns après les autres.

Une belle page de l'histoire de l'exploration du plateau de Sault et du SCA se tourne, et une autre va pouvoir commencer à s'écrire. La prochaine étape visera à présent le Blau souterrain...

 




lundi 29 mars 2021

dimanche 28 mars 2021



Dimanche 28 Mars 2021: Trou du vestiaire, Trassanel, cinquième édition.

Et oui Daniel, d’où l'interrét de ce tenir aux comptes rendus....

Cette fois ci avec les 2D (les 2 Daniels...). Énormément de monde sur la zone, vue le très beaux temps: des trailers, des cyclistes, des randonneurs. Et les derniers de mohicans du milieu spéléo sur la zone!

Environ 15 "pailles" plus tard l'on peut dire que ce "départ" commence à ressembler à un vrai trou....Ce qui est très encourageant c'est que le très bon souffle que l'on sent toute la journée n'est pas si véloce que ça. Je m'explique: vue la chaleur par moment, si ce n'était qu'un tube à vent avec les cheminées de l'Aven de Clergues, l'on pourrait s'attendre à une aspiration certaine vue l'emplacement perché. De plus une des fois précédentes l'on avait constaté une ventilation alternative, genre courant d'air de volume....

Perspective en partant après cette glorieuse avancée de....1m: un laminoir à gauche semblant bouché par la terre. Une suite présentie à droite d’où semble venir l'air. Derrière un bloc au sol qui nous cache la vue. Autant les "pailles" ont un fonctionnement fantaisiste dans du rocher peu homogéne, autant elles font des dégâts considérables dans le beaux calcaire bleuté trassanélien. Affaire à suivre. TPES:6H30.

Cette fois ci l'on a pu casser la croute sur place grâce au printemps qui s'installe.

Je n'arrive plus a insérer des photos. Vous devinez ce que je pense des gens qui gére notre blog!!!!

samedi 27 mars 2021

Les derniers mètres

Samedi 27/03/21

Trou du Vieux Lion

Participants : JLuc, Clément, Dom, Laurent

TPST : 7h

 

On devait être 5 au départ mais problème de voiture pour Romain de bon matin. Heureusement il arrive à faire passer l'info de ne pas l'attendre.

Après un passage à Font Maure, on se retrouve au Vieux Lion à 9h sous la pluie. Sous terre tout est encore sec et c'est tant mieux.

On commence par aménager le chantier du fond : chemin de ronde en pierre pour descendre au point de départ; équipement d'une main-courante et d'un balancier pour monter les gamattes sans forcer, pose de marches pour le confort et la sécurité. Tout est paré pour envoyer du lourd dans des conditions optimales, avec en prime un certain sens de l'esthétique...

Départ de la journée à 1,8m du rebord du puits artificiel et tout va s'enchainer à un bon rythme. En fin de matinée, Clément qui est sur le front tombe sur un sol nettement plus dur. Ca pourrait être une mauvaise nouvelle mais en fait la configuration vers le bas va nous sauver : il s'agit de blocs qui ont subi de telles pressions qu'ils sont facilement fractionnables au marteau burin. De la calcite s'est insinuée dans les fissures de telle sorte que ces ensembles forment des parois qui ne risquent pas de s'effondrer. Il "suffit" de casser là où on veut passer. L'exercice est physique mais la motivation est au top.

On abaisse ainsi le sol et trouvons rapidement de petits vides entre les blocs, avec parfois même quelques concrétions. L'aspect ressemble à présent trait pour trait au bouchon côté Chandelier. La paroi nord nous sert de guide et de vieilles stalagmites enfouies sous le remplissage retrouvent l'air dont elles ont été privées depuis belle lurette; le chantier raconte l'histoire géologique récente de ce coin de massif...

A la fin d'une après-midi de forçats, les blocs et graviers collés par la calcite deviennent de plus en plus libres et il est difficile d'abandonner pour remonter à peu près à temps pour le couvre feu, tellement il nous semble que chaque coup de piquette pourrait amorcer le courant d'air. La paroi s'infléchit carrément vers le nord à présent, ce pourrait être l'amorce du plafond de la galerie sous-jacente ?

Mesure en fin de chantier : nous avons atteint 3,5m de profondeur. Il ne pourrait peut être rester que 3m si on ne loupe pas la lucarne de la voûte. Les prochaines sorties seront à nouveau sous haute tension.

Malheureusement pas de photos, l'appareil est pour une fois resté dans la voiture.



 

dimanche 21 mars 2021

Dimanche 21 Mars 2021: Les vestiaire commence à s'ouvrir....Trassanel, Pech de Laure.

Retour aujourd'hui à partir de 10H avec Daniel M pour une séance quasi hivernale.

Et cette fois ci avec une efficacité technique qui change la donne: pointeroles neuves, pailles qui marchent,accus aux point.

Non stop, tant la technique des "pailles" ne nous laissent pas le temps de souffler entre deux "tirs". 13 au total, dont 11 vont vraiment bien fonctionné. Avancée de 2 bons mètres....enfin en bout de pieds. Il n'y a qu'un seuil de calcite compacte qui nous fait fuser les trous par deux fois. Le courant d'air imperceptible au début, deviens vraiment véloce et chaud dés que l'on ouvre vraiment le diaphragme. Et non seulement ça, mais semble fonctionner en inversion (courant d'air de volume?). Le début de journée et des plus agréable au niveau météo, puis les nuages arrivant, un vent frigorifiant est des plus pénible.

A la fin , je tente une tête en avant, et bien m'en prend: sous une magnifique voute cupulée un éboulis vaporeux barre l’accès à ce qui nous semble un vide assez conséquent. Et ce en direction du massif! Déjà plus rien à voir avec l'aspect brisé du "trou de la crête" proche. Il faudra confortabiliser et l'éboulis devrais être facile à travailler....La suite au prochain numéro.Qui sera le quatrième sur ce trou.

Est ce qu'un jour nous verrons ce site sans vent?!

TPES: 5H.


samedi 20 mars 2021

exercice ,formation secours

samedi 20 mars 2021

Exercice secours , grotte du cimetière

participants SCA : Alain M,Cathy,Denis ,Jean luc , Laurent,Dom

participants total 25 spéléos

Premier exercice SSF de l'année ,tous les clubs sont représentés.

Ça faisait bien longtemps qu on ne s était pas vu !

Debut des hostilités vers 10h,au passage belle réalisation du grillage d entrée.

Chaque équipes préparent son atelier , il est vrai que cette cavité se prete bien à l entrainement , à la pédagogie et offre une belle visibilité pour nos CT.

Vers 13h , la pause repas s impose ,pic nic et saucisses... 

L après midi est consacré au passage de la civière par un petit cheminement et les 3 ateliers,traction ,balancier et tyrolienne.Un très jolie parcours qui permet de se remettre en tete les differentes techniques.

Petit debriefing ,post sortie de civière.

Une très agréable journée , dans une très bonne ambiance.

La grotte du cimetière a bien rempli son rôle de cavité école.

Pas de photos ,dommage , il y en aurait eu des sympas


 

dimanche 14 mars 2021

Mauvais sort et exorcisme par les ondes

Samedi 13/03/21

Réseau du Chandelier + Trou du Vieux Lion + Trou des Salamandres

Participants : Denis, Boris (Chandelier TPST 9h30); Steve, Dom, Clément (Salamandres TPST 1h30 et Vieux Lion TPST 5h); JLuc, Laurent (Vieux Lion TPST 6h30)


Une aube flamboyante se lève sur une de ces journées dont on sait par avance qu'elles seront riches, pour le meilleur ou pour le pire. Après plusieurs semaines de baisse des niveaux hydrologiques, il est temps de remettre le couvert pour une nouvelle tentative de communication intraterrestre Vieux Lion - Chandelier.

Tout a été préparé, discuté, planifié, et le répit météorologique atteint aujourd'hui son apogée avant une reprise annoncée des conditions hivernales.

Boris et Denis, marathoniens désormais récurrents du Chandelier, entrent sous terre à 9h30, impatients de voir si le réseau est praticable jusqu'au fond.

Une autre équipe composée de Steve, Dom et Clément, nouvelle recrue motivée du club, partent au trou des Salamandres pour familiariser Clément aux agrès et récupérer les cordes en place, avant de nous rejoindre au Vieux Lion.

JLuc et moi descendons au VL à 11h pour faire un état des lieux du tunnel après la crue et sortir quelques gamattes le cas échéant. La cavité post-crue est magnifique, propre, luisante et sèche.

Equipe de pointe Chandelier prête au départ

Dans le Chandelier, l'eau a fortement baissé et il ne faut plus nager qu'à un seul endroit, sur quelques mètres. Le III et le IV sont secs, et la vasque siphonnante ayant arrêté l'équipe à quelques centaines de mètres du fond lors de la précédente virée n'existe plus.

Le niveau d'eau a bien baissé dans les gours du I (traces de niveau max bien visibles à droite)

Progression dans le II

L'équipe de pointe ultra light atteint le terminus de l'affluent du Vieux Corbeau en un nouveau temps record, 2h45.

Pendant ce temps au Vieux Lion, avec JLuc nous avons dégagé le fond du tunnel, les effondrements ont été très limités. Il est midi vingt quand j'entends le signal d'appel, les premiers coups de marteau venant de l'autre côté du bouchon.

L'ARVA et la radio sont allumés. L'appel par les ondes reçoit une réponse fort et clair. Cris de joie des deux côtés, c'est la première fois qu'on va pouvoir communiquer autrement que par des codes au marteau.

Mais la joie est de courte durée : l'ARVA placé au début du chantier au même endroit que lors de la mesure des 8,4m refuse obstinément de descendre sous les 13m. L'espoir est encore là car il faut à présent tester le tunnel. Pourtant les choses empirent très vite : non seulement les valeurs ne diminuent pas en allant vers le fond, mais elles augmentent significativement : 30m au bout du tunnel !

La joie a laissé place à la stupeur et au silence des deux côtés. On vient de prendre une grande claque...Tout nous passe par la tête, ce sont ces p....ns d'appareils qui déconnent, ou alors l'ogre de Sault se paye notre tête, quelle haute prétention de croire qu'on pouvait ainsi l'apprivoiser. On vient de percer un tunnel de 7,5m et déplacé 10 mètres cube de sédiments en 6 séances absolument pour rien...Punition pour notre impatience !

Il faut quelques minutes pour reprendre la pleine conscience de la situation et analyser rationnellement les éléments en notre possession. On reteste la base des puits puis l'ancien fond pour se débarrasser des doutes perturbateurs, mais tout nous ramène toujours au point-clé du début du tunnel. Il ne reste que la solution du bas mais l'appareil augmente les distances quand on l'oriente vers le sol. Ces dernières baissent à l'inverse quand l'ARVA est pointé vers le haut. Un vrai casse-tête.

Heureusement il y a la liaison radio. Nous mettons en place rapidement une série de tests d'orientation synchronisée qui commence à donner des résultats. Le décryptage des signaux va durer une quarantaine de minutes mais nous parvenons in fine à déterminer précisément le point ainsi que l'angle d'attaque dans le sol. La lacune au point faible n'est plus que de 7,8m, avec une inclinaison à 60° dans une direction bien établie du sol.

Une fois de plus nous retombons sur le calcul topographique initial, au mètre près dans le calcul des dénivellations. Tout concorde à nouveau des deux côtés du chantier malgré l'improbabilité de l'emplacement de cette jonction, sous une croûte de calcite uniforme, et l'absence totale de signes observationnels. L'espoir revient, merci la radio sans qui tous ces tests auraient été impossibles...

 

La zone de jonction vue côté Chandelier

ARVA en place au niveau du bouchon (côté Chandelier)

Les renforts arrivent à ce moment-là en haut du puits. Dom demande des nouvelles. Je réponds :

- "Il y en a une bonne et une mauvaise"

- "C'est quoi la mauvaise ?"

- "On a creusé le tunnel pour rien"

- "Et la bonne ?"

- "On est vraiment trop forts en topo"

Avec les renforts il y a notre arme secrète en la personne de Steve, qui est venu pour en découdre : 

- "7,5m à creuser seulement ? C'est par où ?"

La vidéo suivante se passe de commentaires et donne un aperçu des quelques heures qui vont suivre cet échange :

L'équipe du Chandelier s'est également remotivée et creuse en remontant. Les travaux sont entrecoupés de mesures de distance à l'ARVA, qui baissent à vue d'oeil. On passe rapidement sous les 7m. Mesure suivante une heure plus tard : 6,4m... Encore une heure plus tard : 5,8m...

L'euphorie à présent a repris le dessus, cette fois on est sûrs de la tenir cette jonction...

Le travail redouble par le Chandelier

Extraction d'un verrou

Dans le puits artificiel creusé depuis le Vieux Lion, on sent les vibrations  des coups de pied de biche arrivant de dessous. Vers 15h, les piles de la radio du fond rendent l'âme, mais elles auront fait le job. Denis et Boris font demi-tour à 16h mais nous continuons encore un peu par le VL en se relayant. Clément prend ses marques avec la désobstruction, il arrive à un moment clé de l'exploration du massif.

Nous descendons encore de 80cm avant l'heure de la remontée, le puits fait environ 1,8m et la lacune n'est plus que de 5m avant la jonction, dans du terrain meuble. L'affaire de quelques sorties.

Le puits creusé en moins de quatre heures côté Vieux Lion

Avant de partir je jette un regard au "tunnel de l'impatience" qui restera comme le témoignage de la différence entre logique humaine et logique d'un karst polyphasé situé au niveau d'une faille majeure. Encore une bonne leçon !

L'histoire du jour ne s'arrête pas là. En suivant la tradition des retours de désob par le Chandelier, Boris et Denis trouvent un nouveau réseau dans le IV, 15 m en diaclase puis obstacle à équiper avant...un grand vide avec perte de faisceau lumineux à 20 ou 30m. Peut être un fossile...

Puis en suivant la logique du grondement sourd entendu pendant la crue, à la charnière III - IV, la visite du passage en question s'arrête sur un bon trou souffleur, semblant s'élargir ensuite. Le Blau ?

Le IV regorge de suites à explorer, et il sera bientôt accessible en 30mn. Tiens,on est à nouveau impatients !

Traditionnel débriefing nocturne à la sortie du Chandelier, détente, rigolade et convivialité après ces heures sous tension. Le genre de moment qui soude pour de bon une équipe...

samedi 6 mars 2021

Carrefour de Sault

Samedi 6/03/21

Perte du Pas des Brebis - sortie solo

TPST/ES : 6h

 

Pour optimiser la pause forcée au Vieux Lion, retour sur un secteur central du plateau vers lequel pointent, suite au traçage, tous les indicateurs. Une perte stratégiquement placée pas loin de l'aplomb supposé de la divergence souterraine Font Maure - Blau...

Perte localisée

Cela fait quelques années que je surveille l'évolution des lieux, et après la méga-crue de janvier 2020, il fallait y retourner, pour sans doute constater que c'était encore plus bouché qu'avant...

Mais à contrario, la transformation est plutôt positive : un point d'absorption annexe s'est un peu élargi et a avalé pas mal de flotte sans saturer. Pourtant au niveau karst c'est ce qu'on trouve de plus moche en surface : des marnes de différents étages se côtoient, tout ça sous plusieurs mètres d'alluvions anciennes. Pas l'ombre d'un bloc de calcaire. Tout se passe sous couverture.

Un pari vraiment contre intuitif, mais le karst possède ici sa propre logique qui se contrefout de l'aspect esthétique, et puis après le succès de la Vernouze dans une roche considérée comme un aquitard, la logique en a déjà pris un coup. De plus un phénomène de cette ampleur dans un coin aussi improbable n'est certainement pas là par hasard...

Il faut d'abord dégager l'accès inextricable au soutirage :

Accès au trou avant

Accès au trou après

Ensuite élargissement à la piquette pour tenter de dégager feuilles et branches coincées au point bas.

Début creusement

A bout de bras, les débris végétaux s'enlèvent assez vite, et rapidement je sens un flux amical parcourir le passage. Le test à la fumée est éloquent  : un bon courant d'air parvient à traverser ce bouchon, malgré la faible amplitude thermique !

La terre meuble du début fait place à une argile sèche et indurée, gavée de dragées de quartz et galets de gneiss : les alluvions du paléo-Rébenty, qui sont là depuis un à trois millions d'années selon les auteurs. Cet encaissant est suffisamment dur pour conserver un passage ouvert pour l'eau sans se reboucher. La question est à présent de savoir l'épaisseur de la chose et s'il y a du calcaire dessous.

Changement de sol. Jusqu'à quelle profondeur ?

La quantité de travail est sans doute très importante, mais nous avons un nouveau jalon ventilé sur le chemin de l'eau souterraine et de l'immense réseau qui se cache là dessous.


En deuxième partie d'après-midi, prospection détaillée dans un rayon proche, avec quelques résultats :

- un autre soutirage consécutif à la crue de janvier 2020, bien caché sous les branches non loin de la perte actuelle, montre également une bonne ventilation dans le même sens.

- un biseau calcaire non mentionné sur la carte géole pointe localement à travers les sols alluvionnaires jusqu'à quelques dizaines de mètres du point d'absorption de crue (du coup il n'est vraiment pas là par hasard)

- plus à l'ouest, s'alignent quelques dolines géantes d'effondrement ou de soutirage dans les marnes.

Grosse doline de soutirage dans les marnes sur l'axe présumé du réseau

 

Samedi 6 Mars 2021: Le "vestiaire" ou l'on grignote.Pech de Laure, Trassanel.

Retour avec Daniel M, seul dispos du jour pour continuer notre "grignotage" de cailloux.

Sur les 4 pailles utilisées, 2 seulement fonctionnerons. Because de nouveaux des problème de batteries...

Heureusement que le fabuleux calcaire trassanélien dur et cassant ce fissure bien, et reste très réactif  à nos furieux coups de massette. Là on fait non pas dans le désob "bio", mais mieux dans la traditionnelle style mines du 17ème siècle!: des trous dans le cailloux pour l'affaiblir, puis coup de burins dans les trous...Spécial dépense de calories! Et comme l'on a repris l'option de ne pas manger sur place, on pourrais rebaptiser ce départ: trou du jeeune...pas des jeunes, il ne faut pas exagérer! On aurait pu manger sur place, car en fait la météo est idéale, sans un gramme de vent. En fin de séance l'on sait que l'on a bien fait d'y revenir: une splendide voute cupulée plongeante  vers le gras du massif......crache un air chaud peu perceptible en début de séance....L'hypothèse du porche effondré donnant accès à un niveau de galerie prend de plus en plus forme. Ce trou diffère bien du "trou de la crête". Alors que ce dernier très tectonique à flanc de montagne laisse penser au tube à vent supposé avec les cheminée de l'aven de Clergues, ce nouveau trou pourrais bien être ce niveau fossile que l'on soupçonne dans ce secteur.

Affaire à suivre. TPES:5H.

Avis aux amateurs. Désob de surface plaisante tout à fait compatible avec les contraintes horaires du moment.

Pas de photos vraiment intéressante.




lundi 1 mars 2021

trassanel 2, initiation

Dimanche 28 février
Participants : Eléanore, Timothé, Clément, Manu, Coch, Daniel, Steve, Romain

Une équipe fort sympathique ce dimanche à Trassanel.

Tout le monde était content d’être là, motivés, intéressés. Amusement pour les plus jeunes, et découverte de la quincaillerie pour les plus grands.

Le passage des étroitures se fera en tout sérénité, avec la délicatesse d’un félin (il se reconnaîtra).

Nous sommes descendus directement par le 2, arrivés à la cantine, création par Steve d’un petit atelier corde pour Clément. Nouveau membre du club, il s’en sort aisément et redemande un tour de manège.

Pendant ce temps, direction le 2 bis pour le reste de la troupe.
On cherche, on tourne et retourne, on monte on redescend, impossible de retrouver la fin du réseau. Les enfants qui ont été étonnement sage, (si si) commencent à s’impatienter, nous abandonnons les fistuleuse et les racines. Steve, Clément nous rejoignent et pourront avec Coch aller jusqu’au bout.
Petit coucou à l'ours puis retour à la réalité vers 15h30. Après 5h sous terre environ, accueillis à la sortie par Daniel M. et Henri.
Merci à tous d’être venus, une chouette journée dans une des plus belles grottes de l’Aude.