mercredi 23 avril 2014

Lundi 21 Avril 2014: Petit tour de pâques...sans les oeufs...

En fin d'après midi,sous une chaleur redevenue assommante,petite prospection-ballade à l'est de Cabrespine: Entrées G11 et G17,qui sont vraiment bien placées en vis à vis de la grotte.Même si a ce jour le courant d'air n'est pas au rendez vous (équilibre parfait),l'endroit et ces départs (pour l'instant ce ne sont pas vraiment des  trous)donnent envie d'y revenir y gratter....Avis aux amateurs...Ce sont les seuls indices karstiques sur cette zone basse du massif des soulanes, ou nos amis du SCM ce donnent tant de mal...
Dans la zone 7 ou 8 départs plus ou moins ventilés et intéressants, et les trois les plus prometteurs sont: le trou de la faucille ouvert par nos collègues guides du safari: belles formes d'érosion. Le G11 travaillé par le club il y a quelques années: trou trémiesque descendant à - 20 environ,avec certains jours un très gros courant d'air.Fond avec de gros blocs en plafond tout à fait travaillable...en micros charges!G17: porche effondré de très bel aspect, sous un grand pin visible de très loin.Gros...très gros avantage...ils sont tous sur des terrains de Philippe Clergues!
Le G17
Dans ce secteur,j'ai depuis longtemps soupçonné (André Capdeville aussi!) un réseau fossile allant vers le Roc Pézouls...mais déconnectés de la surface par des trémies et des colmatages.Et qui serait plus anciens que le réseau actif actuel s'écoulant sous de trou des vents-d'anges...A essayer...car ça risque d'être très beau!
Vallée sèche au  Nord du trou des barrenco
Le fameux G11

mardi 22 avril 2014

Mystère : reprise des travaux d'élargissement de la chaussée

Samedi 19 avril 2014
participants : Jean-Marie, Guillaume, Sylvain
TPST : 11h

Entrée vers 9h30 en ce samedi ensoleillé avec une amplitude thermique à nouveau peu marquée (10-12 °C).

Bien aidés par un  magnifique balisage mis en place par Jean-Marie (toujours hésitant sur la direction à prendre) et Guillaume lors de la sortie précédente, nous sommes 1h plus tard à pied d'œuvre.

Devant les menaces de radioactivité révélées par le détecteur de Jean-Marie, nous sommes contraints de revêtir nos combinaisons anti-radiation...




Plus sérieusement, nous préférons ne pas prendre le risque de souiller la blancheur éclatante des concrétions qui nous attendent...de l'autre côté.

Le courant d'air est modéré, mais bien présent, toujours soufflant.

Le dernier tir de la doublette JM-Guillaume a fait du dégât et son déblayage nous occupe 2 bonnes heures. Pendant que Jean-Marie et moi-même réussissons enfin à dégager les derniers blocs du tir gras Escandien, Guillaume s'en va percer 6 trous en pointe et nous ressortons déjeuner vers 13h30 sous la pétarade habituelle.

45 min plus tard, nous tentons d'y revenir. Cela semble largement supportable, mais le médecin du groupe, armé de son détecteur de CO qui pointe à 150 et nous casse les oreilles nous ordonne un replis stratégique.

Nous laissons tout en plan et mettons en œuvre notre plan B.

Retour à l'extrémité nord-est de la salle des graviers pour revoir une escalade visiblement faîte au mât il y a 30 ou 40 ans...(on y voit effectivement les traces du mat, au sol sur près d'1 m de profondeur dans la glaise).

Guillaume dont le passé de gardien de bétail n'est plus à démontrer nous fait alors une démonstration de prise de concrétion au lasso avec succès au second jeté!
6-7 m plus haut, nous revisitons les lieux. Plusieurs salles, magnifiquement concrétionnées se terminent sur des colmatages de calcite ou de glaise. Il resterait quelques passages en escalade, encore au dessus, à revoir, mais nous préférons garder quelques forces pour la suite.

Retour donc au Mystère ou le gaz est bel et bien parti.
La faille de "la botte à Bonnel" est à présent méconnaissable, propre, calibrée, et propice au tirage de gamate. Seule les trois derniers mètres mériteraient encore un tir ou deux de manière à remettre à plat quelques seuils récalcitrants.

Au fond, le constat du tir est habituel. Les trois trous sur la paroi "millefeuille" de droite ont été presque stériles. Ceux de gauche nous permettent de dégager de grandes lames de calcite et de se sentir presque à l'aise dans cette partie terminale. Après examen attentif des lieux, le constat est sans appel. L'air vient nettement depuis l'axe (et non du bas) du laminoir par une fissure étroite, et surtout au plafond, nous entrevoyons du vide dans ce qui semble être de nouveau une faille.

Maître Boutefeu prend ma place s'en va percer 6-7 trous de plus.
Boum et moins de 2 heures plus tard, nous ressortons humer les odeurs de garrigues.

3 voire 4 "ouvriers" seront nécessaires pour la prochaine sortie qui devrait enfin permettre de voir du nouveau...




lundi 21 avril 2014

Sortie Vidéo du Dimanche 20 Avril 2014

GROTTE DE CABRESPINE

Participants : pour le SCA : Alain Bondouy - Félix Soulier - Jacky Bounaud - Alain Faure
pour le club spéléo archéo de Montélimar : Pascale, Bertrand et Luc
TPST : 8 h
Rédaction fiche : Alain Faure
Photos : Félix

Les 3 spéléos de Montélimar avaient demandé au club si une sortie se faisait ce dimanche, j'avais prévu d'aller à Cabrespine le samedi, on se décale pour les inclure à notre groupe, charge à eux en échange de porter phare et batterie.
Nous descendons vers 10h et sommes un peu après 12 h au réseau des Fistulaires après la salle des Dômes. Superbe plafond de fistuleuses et quelques aragonites que l'on ne voit que rarement, allant très peu jusque là. On revient en filmant les Dômes, la rivière, la Vire, les Grands Gours. Luc va nager avec "les canards".... Sortie difficile et courageuse pour Félix qui s'est mal à la cheville.
Nous sommes dehors vers 18h, nos visiteurs sont enchantés, c'est l'essentiel.



 






lundi 14 avril 2014

Accompagnement du Samedi 12 Avril 2014

GROTTE DE LAUZINAS

Participants : Claude et Alain Assémat - Christelle et Laurent Hermand - Denis Poitout - Pierre Bonhomme - Denise Baro
T.P.S.T.: 6 h
Rédaction fiche : Alain Faure
Accompagnateurs : Alain Faure - Véronique Rieussec
Photos : Alain Assémat

Nous commençons la descente des échelles fixes vers 10 h 30. Nous prenons la direction du "Lac" Vert et continuons jusqu'aux sapins d'Argile. Le retour se fait sans problèmes par le Lac des Echos et le Lac de la Grande Salle. Tout le monde est dehors vers 16 h 30.
Les participants ont vraiment été enchantés par cette cavité pas forcément très riche en concrétions dans les secteurs visités. Par contre la grande salle a impressionné ainsi que le profond Lac des Echos. Les formes de galeries, les méandres, la succession de gours, les grandes coulées et draperies, les actifs, la diversité géologique mais aussi le passage sur le Pont de singe ont été bien appréciés.
 













 

dimanche 13 avril 2014

Dimanche 06 avril 2014
participants Eric Millet et cinq amis non spéléos.
TPST : 3h



C'est le printemps; la lumière croît chaque jour un peu plus et dans la grotte de Sabart (Ariège), un labyrinthe de lumière a répondu au labyrinthe de pierre qu'est la grotte elle même.

Cinq amis non spéléos ont partagé avec moi ce moment magique...

Un temps pour l'installation du labyrinthe (170 pots de verre et 170 bougies).

Un temps pour le parcourir lentement, en conscience, avec en tête une question, une demande, une prière ou une intention à venir déposer au centre.

Un temps pour le contempler encore, avec toujours pour nous accompagner, une musique inspirante diffusée par le très bon matériel, mis au point par un ami à cette occasion.

Un temps enfin, pour aller manger ensemble au soleil retrouvé, près des grands porches majestueux.


Eric Millet


 
 
 

Dimanche 13 Avril 2014: Une collective....en débandade...qui tourne bien.

Suite à la sollicitation de notre Stoche président (de région),j'encadre avec l'autre président (du CDS), François,une collective à Cabrespine,le lendemain de l'AG régionale à.....Cabrespine...Décidément l'Aude est au centre de beaucoup de chose en ce moment!
Pas une petite,puisqu'à deux l'on est sensé accompagner.....38 spéléos!...ou qui ce prétendent tels pour certains!!!Au vue de la vitesse de progression dés les échafaudages.....je vois tout suite que ça va cafouiller grave!L'on respecte comme il ce doit le quota de 10 personnes maxi sur cette antique ferraille,et je démarre donc dans l'amont de la rivière avec à peu près 10 personnes.Au fil de la progression vers l'aval,et malgré une avancée extrêmement lente,et des arrêt continuels.....mon groupe dépasse tout le monde,pour ce retrouver en tête!J'ai constamment vu ici "l'effet accordéon"dans la progression.....mais à ce point jamais!!!
Mais en fait tout s'équilibre très bien,puisque je me retrouve en fait avec de très sympathiques collègues,majoritairement de Perpignan (dont Patrick Rideau),et Philippe Galan de Montpellier.
L'on monte sans problèmes au Capdeville par les "touches à piano,sans Patrick qui est resté avec Yves qui commence à souffler.Visite exprès,mais qui plaît beaucoup,personne ne connaissant la grotte.En bas de l'accès,l'on croise nos jeunes....beaux et ....prometteurs!!!jeunes plantauréliens,qui montent aussi ce mettre des aragonites plein les yeux.Retour contre un courant assez fort,ou l'on croise ici et là,des groupes qui ont légèrement dévié du trajet habituel.....!!!!
"l'oiseau mouche"....de loin...
Toujours beaucoup de plaisir à partager ainsi,malgré le nombre....calculable....de fois ou je suis venu là!!!
La "cigogne"....hors Alsace!
A quand des collectives Explo...?
Exceptionnelles "coupelles"

Philippe Galan
TPST: 5H20
Christophe,Philippe et Eric (caché)

mardi 8 avril 2014

Sortie Photo - Vidéo du Dimanche 07 avril 2014

GROTTE DE LA CABANE

Participants : Emeline et Thierry Lescure; Didier Béziac; Olivier Coquelet; Alain Faure; Véronique Rieussec
TPST : 7 H
Rédaction fiche : Véronique Rieussec
Photos : Olivier Coquelet

Suite à l'invitation de Didier et ses amis que nous avions guidé à Roquebleu nous nous sommes retrouvés dans ce superbe coin des Causses à St-Paul des Fonts.
On s’achemine vers le porche de la grotte de la Cabane. L’entrée a été bâtie. On progresse sous les voûtes de la « cave Bâtarde » : cave ayant servi à affiner le fromage de Roquefort en dehors du village de Roquefort. Lors de la restriction de l'aire de fabrication au seul secteur de Roquefort même, ces caves indépendantes ont dû fermer, mettant un terme à une économie locale.
A 450 m de l'entrée on passe devant la perte du ruisseau. On continue vers l'amont dans des volumes imposants présentant de belles coupes de galeries. On vient buter sur un 1° lac que l'on franchit grâce à des mains courantes le surplombant à plusieurs reprises. Puis on traverse en hauteur la dernière partie par une petite tyrolienne, les fesses ne sont pas loin de l'eau...
Une longue main-courante amène en haut d’un P 5 que l’on descend.
On enchaîne au-dessus d'un 2° lac une dernière série de main-courantes avec des anneaux de corde pour poser  les pieds. Plutôt physique. 
On atteint ensuite une galerie aux volumes gigantesques, les plafonds sont à peine visibles puis des salles d’effondrement dans lesquelles on remonte d’une quarantaine de mètres. Depuis le sommet de ce chaos, on redescend pour retrouver la rivière et arriver après une escalade au siphon à 1500 m de l’entrée.
Sur le retour, nos hôtes font preuve d’une grande patience en tenant les éclairages et en figurant sur le cheminement.
Le passage de la tyrolienne rompt les bras dans la partie remontante, surtout avec nos kits.

On ressort ensuite par les surprenantes « caves bâtardes » mais en traversant cette fois-ci la partie qui servait pour le stockage et l'affinage du fromage. La partie inférieure empruntée à l'aller servait au passage du ruisseau. Aujourd’hui tout est à l’abandon mais on devine bien les structures anciennes.