mardi 12 février 2019

Dans la série "après la crue" : le Bournasset

Lundi 11 Février 2019
Trou du Bournasset
Participants : Romain, Jean-Baptiste, Etienne, Marine, Laurent
TPST : 5h30

Nouvelle "demi-journée découverte" après Rouairoux, sur cet autre karst atypique des Corbières, avec un groupe étoffé et rajeuni par rapport à la moyenne habituelle.
Comme sur Lacamp, l'entrée du trou a presque disparue, comblée de détritus organiques divers après la crue du 15/10 dernier. On déblaye rapidement car le petit col à 5m de l'entrée a sauvé le laminoir du comblement total.
Observation studieuse et photos de quelques beaux spécimens de fossiles en descendant. Très rapidement (aux 2/3 de la galerie des Caprines), les premiers signes de mise en charge totale de la cavité apparaissent. Il y a du bois et des graines partout qui germent, y compris dans la galerie des Enragés qui s'est elle aussi noyée. Un des accès au Tourniquet s'est envasé, et l'eau est montée jusque dans la partie fossile de cette galerie, ce qui n'était jamais arrivé de mémoire.
Le groupe est enthousiasmé des nombreuses observations et on passe un long moment dans le Tourniquet amont à observer et photographier les fossiles.
Un courant d'air se fait sentir à l'aval : il faudra retourner y désober car la mise en pression exceptionnelle a peut-être fini par déboucher quelque chose au terminus...
On finit par le fossile du grand canyon où certains ont des envies de bivouac.
Sortie vers 19h sans la moindre plainte dans le puits ni le laminoir : les nouveaux venus ont de l'avenir et seront sans doute de la partie pour la campagne Chandelier 2019...

dimanche 10 février 2019

Séance de routine entrée haute

Samedi 09 Février 2019
Coume Froide - Plateau de Sault
Participants : Jean-Luc, Henri, Dom, Laurent
TPST : 7h

Nouvelle séance au P8 sur la suite du méandre. La neige a bien fondu (excepté dans les dolines toujours glaçées), ce qui a provoqué une crue de fonte dont on peut voir les traces. Le Blau est toujours en crue modeste.

Journée efficace qui a permis d'accéder au fond du visuel de la fois précédente. On doit être à présent vers -12.  Le stockage est optimisé par les murettes successives de Jean-Luc. En bas on parvient à un petit élargissement pénétrable et plein de concrétions. La suite est un diaphragme dans la calcite dans lequel on voit un sol 1,5m plus bas. La petite résonance que l'on entendait depuis quelques mètres est encore plus loin après un coude à 90°. On pense à un arrondi dans le méandre ou bien un ressaut, et de l'avis général il faudra aller voir jusque là...
Ventilation toujours correcte mais sans plus, il doit exister un frein de charge plus loin. Pas de photos, la batterie de l'appareil n'ayant pas apprécié les quelques heures dans la neige de la doline d'entrée.

dimanche 3 février 2019

Hivernale à Coume Froide

Dimanche 03 Février 2019
Coume Froide - plateau de Sault
Participants : Seb, Dom, Jean-Luc, Romain, Henri, Etienne, Laurent
TPST : 6h en alternance avec TPDN (temps passé dans la neige).

Aujourd'hui l'endroit portait particulièrement bien son nom...


Malgré les conditions sibériennes et la fermeture de la route, la majorité de l'équipe arrive sans trop de dérapages au col du Chandelier où les deux voitures s'échouent dans la neige à l'écart d'un éventuel passage du chasse-neige...qui ne viendra en fait jamais.
Henri n'a pas eu cette chance et a fait demi-tour à Nébias.

Il nous manque donc du matos (on ne sait pas encore à quel point) mais on monte quand même à pied au P8, on improvisera la-haut.

Super paysage



Marche d'approche forestière et féérique

Première salve d'élargissement au sommet du petit puits découvert la fois précédente, puis équipement normes EFS : bout de nouille tressée avec cordelette et passage de noeud. Le stratagème nous permet d'attaquer le fond.
Entretemps Henri est remonté à l'Escale et monte à pied par le GR.

Deuxième salve avec pour la première fois une méthode alternative et financièrement imbattable.
Seulement financièrement d'ailleurs, car perçage en 16 au lieu du 8. Et puis une fumée incroyable pour un résultat minable : la roche est gonflée comme si on l'avait mise en pression à l'air comprimé, mais tout est en place et tient bon. A bas le bidouillage, pour la suivante on reviendra aux fondamentaux...

Autre problème : la gamatte qui devait être sur place n'y est plus. Elle est dans la voiture d'Henri garée...à l'Escale.
On est condamnés à une bonne rando raquette sans raquettes de 2h aller-retour. Pendant ce temps l'autre moitié de l'équipe déblaye comme elle peut le maigre résultat.
L'avantage c'est que la rando ça réchauffe bien. Au passage on ouvre et ferme l'entrée du Chandelier pour voir si cela a un impact sur le courant d'air de la potentielle entrée haute.

Entrée de la cavité






Quand même une photo sous terre

Regroupement et troisième salve cette fois avec le matos qui va bien. Résultat incomparable et bien plus rapide. Enfin on peut avancer un peu aujourd'hui. Jean-Luc qui est arrivé entretemps est préposé au stockage par murette dans le petit amont.
Bilan : la suite est un méandre assez maigre mais pénétrable un peu plus loin. Il y a une résonance sympa quelques mètres devant. Par contre le courant d'air n'est pas influencé par l'ouverture-fermeture du Chandelier, et pas vraiment à la hauteur espérée vu le froid ambiant. C'est pas gagné mais sait-on jamais, il faut quand même aller voir plus loin pour juger. C'est pas du niveau des grandes premières par le réseau en bas, mais une journée à la neige à bien se marrer c'est toujours bon à prendre...


dimanche 27 janvier 2019

La caune de Rouairoux après la crue

Vendredi 25 Janvier 2019
grotte de Rouairoux - plateau de Lacamp
Participants : Etienne, Marine, Laurent
TPST : 4h

Une séance photos et découverte de ce pseudo-karst pour Etienne et Marine était aussi l'occasion d'un petit bilan après la crue centennale ayant touché le secteur les 14 et 15 Octobre derniers.

Au col de Lairière, les conditions météo sont apocalyptiques : vent, brouillard givrant, neige au sol, pluie verglaçante. Des aiguilles de glaces formées sur les résineux sont emportées et s'abattent en pluie de projectiles dans la forêt. Heureusement, au niveau du parking vers la grotte, ça va mieux.

On ne traîne pas pour s'équiper... A l'entrée, on s'aperçoit qu'une loupe d'argile de plusieurs mètres cube a une nouvelle fois glissé vers l'entrée, l'obstruant partiellement.
En déblayant manuellement, on remarque que le fameux mais rare courant d'air alternatif de la grotte est en place. Une vraie respiration...
On parvient à passer. Dans la zone d'entrée, tout a été remodelé. De gros morceaux de bois sont présents, témoins de la violence du courant. Beaucoup de tessons de poteries ont été dégagés du sol. Plus bas, certaines zones calcitées par l'actif ont été décapées. Une évolution morphologique palpable, plus efficace en quelques heures qu'en plusieurs dizaines d'années.

Enfin, bien plus tôt que d'habitude (bien avant la bifurcation vers l'affluent pour ceux qui connaissent), les premières traces de mises en charge totale apparaissent, avec pas mal de débris collés partout et une fine couche argileuse recouvrant les traces des explorations précédentes, y compris tout en haut de l'affluent. La pression au point bas de la cavité (environ 80m plus bas) devait être colossale, mais la présence du courant d'air montre que quelque part, une suite est restée ouverte. On ne peut s'empêcher de penser aux galeries qui doivent exister plus loin, en direction de la résurgence, et qui ont collecté cette crue...

Beaucoup de photos sont prises lors de la remontée. Le résultat à venir devrait être sympathique.
A la sortie, le débit du ruisseau a triplé. La neige est en train de fondre...


jeudi 24 janvier 2019

retro, un ancien,bruno aloi

Non trovavo più la carta del 1973 di Membre Honoraire dello Spéléo Club de l'Aude. Un cimelio di gioventù. E oggi mi é arrivata la nuova carta datata 2019. Un bel regalo del presidente Dominique Poulain e degli speleologi del Dipartimento de l'Aude. Ricordi indelebili della spedizione, organizzata come Gruppo Speleologico di Bolzaneto, alle grotte di Trassanel e di Cabrespine e di una miriade di amici con i quali abbiamo diviso nottate nelle profondità delle grotte e anche serate in allegria. Il tutto ringraziando il tesoriere dello Spéléo Club de l'Aude, André Bels di Carcassonne, conosciuto sulla nave passeggeri Bernina mentre era in vacanza con la famiglia, e col quale organizzammo la storica spedizione.

Je ne trouvais plus la carte du 1973 de membres honoraire du spéléo club de l'Aude. Un héritage de jeunesse. Et aujourd'hui, j'ai reçu la nouvelle carte datée 2019. Un beau cadeau du Président Dominique Poulain et des spéléologues du département de l'Aude. Des souvenirs indélébiles de l'expédition, organisée en tant que groupe spéléologique de bolzaneto, aux grottes de trassanel et de cabrespine et d'une myriade d'amis avec lesquels nous avons divisé des nuits dans les profondeurs des grottes et aussi des soirées en joie. Le tout en remerciant le trésorier du spéléo club de l'Aude, André Bels de Carcassonne, connu sur le navire de passagers bernina alors qu'il était en vacances avec la famille, et avec lequel il organisé l'historique expédition.
je vous ai fait un copier coller de la publication de bruno de son FB  sur le blog
un peu de speleo retro avec un zeste de modernité
dom

· L’image contient peut-être : texteL’image contient peut-être : plein airL’image contient peut-être : nuit et plein airL’image contient peut-être : 2 personnes, plein air

dimanche 20 janvier 2019

Philippe Jarlan
Jean Luc Torresilla dit "ploum-ploum"....
Cordes multi-usage
Complément photos du Samedi 19 Janvier après la sortie:
Et non, ce n'est pas le 14 Juillet!
Avec la joyeuse équipe de la SSAPO et affiliés pour féter l'anniversaire de Philippe Jarlan à la Maison du Garde. Nouvelle version. Enfin presque....
Entrée du Gouffre des Oeillets (je crois....), cavité majeure du plateau coté Ouest.

Offensive au P8

Samedi 19 Janvier 2019
Secteur Coume Froide - Sarrat de l'Etreuil (plateau de Sault)
Participants : Dom, Henri, Jean-Luc, Laurent
TPST : 5h30

Il s'agit du secteur le plus intéressant pour le moment pour tenter une jonction avec les galeries du réseau IV du Chandelier.
Ne sachant pas s'il serait plus simple d'attaquer directement la suite du P8 ou bien le trou annexe situé à une quinzaine de mètres, aujourd'hui nous tentons la désobstruction par l'annexe "pour voir".

L'entrée est encombrée de gros blocs que nous avons tôt fait de dégager. Une salve plus tard, une verticale est en vue derrière un pincement et semble pénétrable. Deuxième salve et ouverture du ressaut en bouteille. L'équipement est obligatoire pour descendre.

Nous arrivons à -9m environ sur une pente assez prononcée avec un petit amont où l'on peut stocker et un orifice à l'aval encombré de remplissages naturels. Les remblais venus du dessus s'y sont rajoutés. On dégage un peu à la gamatte, le courant d'air est là. Troisième assaut percutant...

Une suite qui semble pénétrable se dessine après une zone étroite à ouvrir de 2m de long. Il semble y avoir un coude de méandre trois mètres plus bas.
A la prochaine sortie sous devrions atteindre ce virage. Une quinzaine de mètres de première pour le moment, à suivre...