mardi 12 novembre 2019

Cibelle la Noire

Mardi 12 novembre 2019
Anthony, Jean Luc, Francis, Claude, Thierry, JPP.

      Le jeudi 17 octobre, la grotte a reçu la visite éclairée d'un petit groupe de 5 spéléos des clubs Passepartrou du 34 et de la section spéléo des Cadets de Brassac du 81. Parmi eux, un sympathique et jeune photographe, Anthony Alliès, a pris quelques photos qu'il vient de me faire parvenir.
Je n'ai pas pu résister au plaisir de vous montrer quelques poses prises sous un angle particulier et inédit de la cavité.
                                                           Panthère des neiges
                                               Aragonite aciculaire sur massive noire

                                                               Reflets colorés
     La cavité est toujours aussi prisée des spécialistes des photos souterraines. Ainsi, par le bouche à oreilles, les meilleurs photographes français et Espagnols viennent s'y mesurer. Chacun y apporte sa touche personnelle avec des visions artistique différentes, donnant des résultats parfois très surprenants.
Merci Anthony.

lundi 11 novembre 2019

Offensive dans le méandre

Samedi 09 et Lundi 11 Novembre 2019
Trou du Vieux Lion
Participants : Samedi : Laurent TPST :1h30; Lundi : Etienne, Marine, Jean-luc, Félix, Sebastien, Elodie, Denis, Boris, Laurent TPST :6h30

Samedi matin, raid rapide en solo, le temps de faire un gros tas de gravats au fond pour préparer la sortie du lundi, où l'effectif promet d'être important.

Lundi on se retrouve donc à 9 pour en découdre, dans une super ambiance : Seb et Elo ont apporté de la nourriture écolo et bio tout droit des USA, Marine a préparé un gâteau pour doper les troupes, Félix s'est attelé à allumer un feu avec du combustible contenant plus d'eau que de bois, Boris a emporté avec lui plusieurs semaines d'énergie contenue à défouler  et Jean-Luc a amené ses deux souffleuses thermiques polyvalentes, la tribu est presque au complet...
Rythme de remontée des gamattes supérieur à 1 gamatte/minute dans la matinée, avec Etienne en pointe, suractivé comme une fourmi pendant la canicule.
J'ai compté environ 80 gamattes pour une seule salve de trous; en matière d'efficacité le compte est bon !
Deux autres salves vont suivre dans la journée, avec une bonne rotation des équipes. Visite de Daniel dans l'après-midi ainsi que d'un chercheur de champignons qui a échoué sa voiture dans le fossé et qui sera bien content de trouver une équipe musclée dans la forêt pour l'aider.

Côté bilan de la journée, on a avancé de 4m en gabarit civière dans le méandre, en un peu plus de 6h. La suite est un laminoir surcreusé où il suffit d'éliminer les banquettes pour avancer. La morphologie est assez peu commune pour le coin, avec un plafond extra-plat. Il y a un virage à droite un peu plus loin, dans la bonne direction. La quête se poursuit...
Pour la prochaine, on a prévu des grillades et des boissons en plus du feu pour le moral des troupes.
La batterie de l'appareil photo a moyennement apprécié le froid...

samedi 2 novembre 2019

Séance hebdomadaire pays de Sault

Samedi 02 Novembre 2019
Trou du Vieux Lion
Participants : Henri, Dom, Laurent + Etienne dans l'après-midi
TPST : 7H

Quelques irréductibles ont bravé le mauvais temps et les conditions pour le moins arrosées dans le trou suite aux pluies de la nuit, afin d'avancer le chantier.
Dès le premier déblayage, un petit trou s'est ouvert en direction du drainage, laissant apparaitre un peu de noir. Après quelques heures, on y voit plus clair : la suite de la cavité quitte définitivement l'éboulis d'entrée pour s'enfoncer pleine roche par un petit méandre non comblé cette fois.
Nouvelle salve pour faire de la place, un bon paquet de gamattes sont ressorties et le méandre se dévoile un peu plus : vue sur 5m au moins avant un plongement de la voûte. Le plafond est plat et des banquettes saillantes seront à éliminer pour avancer. Courant d'air soufflotant faible mais pas inexistant. On s'attend à un bouchon sédimentaire plus loin, mais ce changement radical de morphologie et le passage d'une cavité bouchée à une cavité naturellement ouverte est déjà une belle avancée. Avec une personne-relais supplémentaire à -7, il faudra impérativement être 4 au moins la prochaine fois, mais le chantier devrait avancer vite...

lundi 28 octobre 2019

Sortie club à La Trayolle 2 : La Grande Salle

Dimanche 27 octobre 2019
Grotte de La Trayolle
Participants : Steve, Dom, Luc, Clément, Eléonore, Jean-Luc, Julie, Sophie, Denis

On l'avait dit qu'on reviendrait ! Cette fois l'équipe est plus étoffée, mais bien motivée. Pour Eléonore et Clément, initiés aux JNS, c'est la 1ère grande sortie. Entrée vers 10h.

 L'équipe de g. à d. : Clément, Éléonore, Steve, Sophie, Denis, Julie, Jean-Luc, Luc, Dom.

                                                              Eléonore dans le T30.


                                         Julie et Sophie, contentes de refaire de la spéléo.

On s'attendait à trouver de l'eau, mais pas autant : le bas du T30 est un immense gours, on s'arrête sur la vire 4m plus haut. Pour aller dans l'amont, il faudrait passer dans près d'1m d'eau... Les parois ne sont pas équipables (dévers), donc on abandonne la visite du crâne pour se concentrer sur l'aval. Vu notre nombre, on a bien fait. Pique-nique au magnifique miroir de faille avant la Diaclase.

                                                    Steve équipe la Grande Diaclase.


                                                 Eléonore et Luc dans la Diaclase.

                                        Clément dans le P6 après la chatière Maynadier.

Dom, Julie, Jean-Luc, au début de la Migraine  
On retrouve le réseau de la Migraine dans lequel on avait tourné en rond en juin. Mais cette fois, je vérifie le cap à la boussole. Malgré ça, la Grande Salle ne se livre pas facilement : après une étroiture et un pas d'escalade,  plusieurs départs sont possibles. Avec Steve, on trouve la chatière en triangle (malcommode à passer, Steve y laissera sa combi) qui donne sur une escalade de 5m qu'il vaut mieux équiper. Encore une quinzaine de mètres à slalomer entre d'énormes blocs terreux et c'est la délivrance ! La Grande Salle fait 60x20x15m, et comme toujours, plus c'est loin, plus c'est beau...

                                                    Aragonite aciculaire dans la Grande Salle

                       Tout est calcité, et comme on n'est pas boueux (oui oui), on ne salit pas.


                                                   Jean-Luc et Julie, 10 ans de spéléo !


Le temps se fige, on fait le tour de la salle en s’émerveillant. Côté aval, je descends un toboggan avec Sophie et Luc qui donne sur la suite. Après un passage étroit, nouvelles récompenses...

                                           Aragonite massive jaune (plus que sur la photos).
                                              Et encore des aragonites aciculaires.

16h30, il faut penser au retour. Tout le monde est en forme et les remontées s'enchaînent, certains passent même la Diaclase en escalade, plus facile que la corde mais plus étroit. Les jeunes - et moins jeunes - sont contents, ça fait plaisir.
Sortie à 18h30. TPST : 8h30.

Bonus : Dans la nuit, des sirènes et des lumières des gendarmes à Usclats-le-bas... Ils semblent nous attendre. L'un de nous serait-il recherché ?... Nous non, mais des cueilleurs de champignons (avec enfants) se sont perdus et ont appelé au secours au tél depuis l'un des ruisseaux d'Usclats. Nous proposons notre aide aux deux gendarmes, qui conviennent que nos lampes sont meilleures que les leurs. Heureusement, le temps de s'organiser, les perdus sont retrouvés par une autre patrouille, ce qui nous évite un crapahut dans le ruisseau.

samedi 26 octobre 2019

Reprise au Vieux Lion

Samedi 26 Octobre 2019
Trou du Vieux Lion
Participants : Jean-Luc, Dom, Henri, Félix, Lucas, Romain, Etienne, Laurent
+ Nicole du SCA(rize) + Cédric et deux autres personnes

Première séance automnale de désobstruction après les nombreux WE d'Octobre pris pour de multiples (et bonnes) raisons : JNS, Barnum SSF, Journées techniques hydro

A peine arrivés, nous croisons une partie du SCArize qui organise une sortie dans le coin. Nicole vient nous tenir compagnie une heure ou deux.
Au fond les trois pertuis sont vite jonctionnés dans une suite commune avec un sol de méandre déclive, bien saturé  de sédiments divers qu'il nous suffit de vider sans élargir les parois. Il y a des traces d'un petit actif ayant surcreusé l'ensemble.
A midi, Jean-Luc nous quitte mais la jeune relève arrive en force : Lucas, Félix et Etienne, tous juste sortis du stage perf. de Comus.

Moyenne d'âge à faire pâlir de jalousie les stats de la fédé...


Le chantier reprend de plus belle. Dans l'après-midi nous recevons la visite de Cédric notre archéozoologue préféré, accompagné de deux amis. Décidément c'est l'émulation dans le coin...

Explications archéo
Au fond, la morpho change et le conduit se décale de la verticale. Toujours des remblais mais aussi quelques vides. On se prépare pour une épreuve de longue haleine (cad à passer les WE d'hiver dans le coin).

Le fond actuel : fini la verticale, amorce de galerie déclive
Fin de séance vers 17h, où un gros bloc en plein milieu du passage est éliminé.
Suite des travaux très prochainement.

mardi 22 octobre 2019

Pour finir....un peu de spéléo....
Le trilobyte de la route
Michel Yvroux à Cabrespine
Carrières encore en activité
Notre guide des carrières
Sur les hauts du Cros
ND du Cros
Font romanel
Samedi 19 Octobre 2019: Puisque les principaux intéressés ne le fond pas...compte rendu succinct de ma participation à cette journée "hydro" en Minervois.
Puisque quand même 6
Laidoux
membres du CLUB y ont participé, si je ne me trompe. Bonjour "l'esprit CLUB"! Mais ou est tu donc passé.....Ce que j'ai écrit sur mon CR perso:
Vers 9H, je rejoins a Citou la cohorte de véhicule en amont du village. Une des 3 journées organisées par une association (...) et regroupant hydrogéologues et géologues pro pour une virée scientifique dans le Cabardès. Du SCA ceux concernés par l'aspect scientifique de la spéléo: Laurent et Etienne. Daniel aussi est là. Du SCM: Stoche et Jean Claude. Et évidemment l'iconique André Tarrisse. Et comme intervenant, l'organisateur de ces journées: Christophe, membre du CLUB je le rappelle....
Plus 2 ou 3 autres intervenants que je ne connais pas., à par Michel Yvroux, l'ancien géologue du Conseil Général. Démarrage par l'emplacement de la perte de Rieussec (totalement sèche!), avec comme a chaque fois panneaux explicatif à la l'appui. Une trentaines de participants, je pense, de la France entière. Arrêt à la résurgence de Laidoux. Explications (confuses) de André Tarrisse. Arrêt à Font Romanel, source captée de Caunes Minervois. Puis casse croûte à l'aire de pique nique de Notre Dame du Cros. Ambiance sympa, mais tous ces gens sont quand même bien sérieux....Le clou, pour moi, de cette journée, la visite des carrières de marbre. Avec un excellentissime guide de l'association locale. Enfin un peu de "chair et de sueur"après la sécheresse de la "science exacte"(quoi que....) du matin!A l'entrée du gouffre géant, topo très intéressant de Michel Yvroux, que j'ai chaque fois plaisir à écouter. J'y apprend que de l'autre coté de la Clamoux de grands plis sont encore visible dans le paysage. Depuis le temps quelqu'un aurait pu en parler...Intéressante présentation aussi des trilobytes de la route (la D112).Pour conclure: 2 diaporamas de Etienne et Laurent, tout à fait intéressants, car quand même un peu plus spéléo....à la salle Pierre Maguelon.
Les deux pro....
Notre intarissable André
Je vais manger avec l'équipe au restau du village, qui est vraiment excellent. TPES:8H.

lundi 14 octobre 2019

Secours encore...

12, 13 et 14/09 2019

C'est à peine rentré de la nuit blanche du barnum annuel au SP4 qu'une mise en pré-alerte tombe Dimanche à la mi-journée.
Un accident, bien réel celui-là, a eu lieu dans le 66 à la grotte du Figuier.
Quelques heures plus tard, nouveau coup de fil, ça sent le départ...
En fait c'est une autre alerte, arrivant par un autre biais, et qui concerne cette fois deux chiens qui ont disparu depuis 36h et dont la trace GPS s'arrête aux environs du réseau de Nitable.
Concomitance assez incroyable, mais ce n'est pas une blague, à croire que tout le monde, chiens et humains, s'est passé le mot pour se planter justement un WE d'exercice !

Lundi 8h, la pré-alerte est levée, la victime du 66 pourra être extraite sans les artificiers du 11.
Je prends la voiture et retrouve le propriétaire des chiens perdus à l'entrée des gorges de Caune Pont.
Je rentre dans la grotte qui est très sèche sans voir de traces. Mais à une trentaine de mètres du siphon une odeur nauséabonde me parvient. Je crains de découvrir les cadavres et de devoir annoncer une mauvaise nouvelle au propriétaire.
En fait il s'agit d'une grosse m...e en plein milieu du passage. Les chiens doivent être plus loin. J'appelle mais rien ne bouge...Mais dans la dernière galerie avant le siphon, j'aperçois soudain quatre yeux bien vivants mais immobiles. Le plus gros des chiens finit par réagir à mes appels et se décide à venir à ma rencontre. Le second, un Jack Russell, grogne et file vers le siphon.
Je repasse les 80m de quatre pattes avec le Bruno du Jura qui semble content de sa délivrance...et retrouve son maître très heureux.
Le petit Jack n'a pas suivi. Après 10mn d'attente je repars vers le siphon mais ne trouve plus le chien au premier endroit. Par contre des sons bizarres de mastication me parviennent de plus loin. Je mets le faisceau de la Scurion en route, et là, film d'horreur : le chien est à moitié englouti dans le ventre d'un renard désarticulé au bord du siphon, en train de lui bouffer le reste des tripes...
Non seulement il ne veut pas sortir, mais en plus il devient menaçant, persuadé que je veux m'en prendre à sa proie. Il est visiblement très bien là, avec eau et nourriture à volonté, trônant sur son trophée. Je finis par m'approcher quand même, et le chien disparaît dans un trou remontant où je ne passe même pas la tête. Il n'a aucunement l'intention de ressortir de la cavité.
Après un bon moment d'attente et d'appels, rien à faire...
Seule solution, sortir le renard, ou plutôt ce qu'il en reste. Je me retape le ramping en trainant la bestiole par la queue. L'odeur laissée par la bête sur le passage devrait permettre de faire ressortir le chien.
Le propriétaire est rassuré et décide d'attendre à la sortie son chien qui a décidé de faire de Nitable son nouveau domicile. J'espère qu'il n'y est plus à l'heure où j'écris...
Conclusion : ces Jack Russell c'est vraiment des teignes !