dimanche 20 janvier 2019

Philippe Jarlan
Jean Luc Torresilla dit "ploum-ploum"....
Cordes multi-usage
Complément photos du Samedi 19 Janvier après la sortie:
Et non, ce n'est pas le 14 Juillet!
Avec la joyeuse équipe de la SSAPO et affiliés pour féter l'anniversaire de Philippe Jarlan à la Maison du Garde. Nouvelle version. Enfin presque....
Entrée du Gouffre des Oeillets (je crois....), cavité majeure du plateau coté Ouest.

Offensive au P8

Samedi 19 Janvier 2019
Secteur Coume Froide - Sarrat de l'Etreuil (plateau de Sault)
Participants : Dom, Henri, Jean-Luc, Laurent
TPST : 5h30

Il s'agit du secteur le plus intéressant pour le moment pour tenter une jonction avec les galeries du réseau IV du Chandelier.
Ne sachant pas s'il serait plus simple d'attaquer directement la suite du P8 ou bien le trou annexe situé à une quinzaine de mètres, aujourd'hui nous tentons la désobstruction par l'annexe "pour voir".

L'entrée est encombrée de gros blocs que nous avons tôt fait de dégager. Une salve plus tard, une verticale est en vue derrière un pincement et semble pénétrable. Deuxième salve et ouverture du ressaut en bouteille. L'équipement est obligatoire pour descendre.

Nous arrivons à -9m environ sur une pente assez prononcée avec un petit amont où l'on peut stocker et un orifice à l'aval encombré de remplissages naturels. Les remblais venus du dessus s'y sont rajoutés. On dégage un peu à la gamatte, le courant d'air est là. Troisième assaut percutant...

Une suite qui semble pénétrable se dessine après une zone étroite à ouvrir de 2m de long. Il semble y avoir un coude de méandre trois mètres plus bas.
A la prochaine sortie sous devrions atteindre ce virage. Une quinzaine de mètres de première pour le moment, à suivre...

Cazals

Dimanche 20 janvier 2019
participants : Seb T., Elodie G.
TPST : 6h

Quelques lignes sur la sortie du jour. Nous sommes partis en direction du réseau de la Lévitation. Avant le P13, passages bien gras, gours remplis. Après ce puits, ne connaissant pas la cavité, on a cherché un peu... et sommes descendus trop bas. Remontée, on trouve puis équipe la grande main courante. Quasiment au bout, demi-tour par manque de temps et de matériel perso. A la sortie, repérage des réseaux et puits annexes proches de l'entrée. On reviendra.

samedi 12 janvier 2019

Le Pays des Fées?
Vers la suite...
Samedi 12 Janvier 2019: Journée courte mais sympathique.
Jean Marc et ces pailles.
Entre amis, puisque j'étais avec les copains de la SSAPO de l'Ariège. Pour aller voir la vaste entrée repérée le 6 coté Sud du Sarrat de l'Etreuil.
presque en première....
Puits parralèle
Violaine
Ils n'arrivent qu'à 11H30 au carrefour de Picaussel ayant été retardé par les derniers "gilets jaunes"....
A droite: Philippe.
Philippe et Violaine Jarlan, Jean Marc Apers et Jean François Vaquié. Déjà venus cet été au Barrenc d'en Pascal.
Jean François de retour d'égypte
En milieu de journée, rééquipement et descente de cette superbe entrée digne de la Coume Ouarnède.
Beaucoup d'eaux est passé par là....
2 g (goujons), MC 4m, 1g + 1 AN, 1 spit de fractio à -5. Très beaux P15 et à sa base vaste galerie déclive de 5m de largeur. Il n'y a que Jean Marc (boubou) qui me suive, le reste de l'équipe préférant profiter du grand air et de la forêt. Vers les -20 l'on vois tout de suite que nos prédécesseur (il y a longtemps?) n'ont pas beaucoup insisté pour poursuivre ce qui semble un conduit descendant a ouvrir. Entre temps, Philippe repère une suite dans l'alcôve à droite de la main courante de départ. Une rapide désob. nous livre un très beaux et sec P20 ( 1AN+1g). En bas méandre colmaté par les cailloux, mais pas jonction évidente avec le trou principal pourtant très proche...Tous ces vides signalent une intense activité d'érosion par écoulement....L'équipe d'en haut prospecte un peu pour ce réchauffer. Et retour avec boubou au fond de -20. Et quelques gamates plus ( les premières de l'année!) et une paille nous amène dans une alcôve. A première vue pas de quoi emballer un non désobeur, mais cet éboulis me parait bien vaporeux...Je craignais un piège a froid qui expliquerais l'aspiration sensible, mais l'encens révèle un bon souffle dans une des deux possibilité. Avec du noir devant... Donc vue l'emplacement de ce beaux trou en amont du terminus du Chandelier, a poursuivre pour ceux que ça intéresse. Boubou le toulousain, et désobeur, serais partant. L'on s'en reviens à la tombée du jour alors que le froid est de retour. 30m de première. TPST+TPES: 6H.

Coup de balai sur les entrées hautes


Vendredi 11 Janvier 2019
Secteur Sarrat de l'Etreuil-Coume Froide; plateau de Sault
Participants : Henri, Laurent
TPES/ST : 7h

Cela faisait un bon moment qu'une fenêtre météo propice à la prospection aérologique se faisait attendre après les dernières explos au Chandelier.
Enfin les conditions pour le courant d'air ascendant étaient réunies ce vendredi : gelées persistantes toute la journée, temps calme, et surtout basses eaux dans le réseau profond (les trois conditions sont souvent incompatibles).

On démarre par l'ouverture de la porte du Chandelier pour accélérer la circulation d'air sous le massif. Quand nous arrivons, la trappe ronfle; et une fois la porte ouverte, l'aspiration monumentale fait bouger la corde du premier puits. Pas de doute : aucune voute mouillante n'est amorcée dans le collecteur...
Tous les voyants sont au vert pour détecter une sortie d'air en surface à l'aplomb de la zone des cheminées du réseau IV, les choses aujourd'hui devront être nettes et précises.

On commence par tester l'air dans un petit trou que j'avais trouvé en Septembre non loin de la vallée sèche : ça souffle...Un bon point

Pistage de l'air dans la fissure
On continue la tournée par le trou des Papes (anciennement la conduite forcée) qui est un peu plus haut. Là par contre ça aspire nettement, et surtout dans le petit conduit en hauteur. Pas bon cette fois...
En fouillant un peu je tombe sur un sortie d'air dans l'éboulis juste au dessus. La boucle est bouclée, pas de jonction avec le réseau à espérer de ce côté...

Le trou des Papes, un chantier de moins sur la liste

On poursuit par le P8 découvert et désobstrué récemment dans le même secteur mais un peu plus bas en altitude : là ça souffle, et dans le prolongement de la suite de la cavité (un méandre étroit et soufflant à -10), il y a un autre départ de trou que nous n'avions pas encore attaqué : ça souffle également mais encore plus, l'air est tiède, il y a de la condensation sur les parois et les mousses environnantes se balancent gentiment. Nous tenons là un sérieux candidat.

Il nous reste à voir les Salamandres, le trou le plus haut de cette série d'entrées potentielles. Nous descendons au chantier terminal, et le résultat est sans appel : la fumée est fortement aspirée dans le petit trou du plafond. Fin des spéculations sur ce chantier, cette cavité si elle communique en théorie avec le réseau ne le fait plus par le courant d'air. Un autre candidat éliminé...

Après le repas pris au soleil, nous décidons de tenter une désobstruction de la première fissure testée le matin, car c'est le trou le plus bas de la série donc là où il y aurait le moins à descendre. Nous creusons d'un bon mètre en cassant des lames corrodées. Le courant d'air est là mais pas très chaud et ne provoquant aucune condensation dans la masse d'air glacée extérieure. On commence à soupçonner un tube à vent proche. Effectivement, un peu plus tard, le conduit amenant l'air est trouvé et revient vers le versant de la doline. Je finis par trouver l'entrée annexe sous un écran de mousse un peu plus bas. Décidément le recentrage est sévère aujourd'hui...

Finalement, après détection et élimination de trois tubes à vent proches, c'est le P8 et son entrée annexe qui s'imposent comme gagnants du jeu de pistes vers la jonction. La suite de cette cavité est un départ de méandre déclive et impénétrable aboutissant sur une verticale estimée à 12 ou 13 mètres.
Nous avons à présent un objectif fiable.

A noter qu'Aza qui avait disparu dès la matinée à la poursuite d'un chevreuil et s'était perdue toute la journée dans la forêt a finalement été retrouvée en fin d'après-midi attendant sagement à l'entrée du Chandelier. L'entrée emblématique du réseau influence jusqu'au chien !

lundi 31 décembre 2018

Dimanche 30 Décembre 2018: Avant la fin du cauchemar....des "fêtes".
Dernier acte avant la fin cette odieuse période de conformisme et de consumérisme...Trassanel.
Avec 2 des trois objectif de la sortie atteints : Initier Romain et accompagner un groupe de classiqueurs.
Romain ce prépare à le remontée.
Rentrée assez tardive dans le 2 (11H10), avec Fred Verp du SRSASR du Tarn, et un important groupe de spéléos parisiens du Club Abîmes: Jean Paul, Arthur, Vass, Sylvain, Fabien, Clément, Aline, Gwen. Soit 11 personne...Moyenne d'âge 30 ans et un bon niveau technique. Ce qui est très agréable, quand je me remémore les plans de galères dans le Ribero avec des quasi débutants!Romain ce débrouille très bien, malgré la gène causée par la non personnalisation de ces longes et quelques ajustages qu'il lui faudra finaliser. Même si je n'ai pas le temps de relever une fiche d'équipement précise, je confirme que la corde du Ribero doit être changée....Il m'arriveras même de patiner sur mes bloqueurs a la montée....Si l'on applique bientôt les règles préconisée par Etienne, qui est plus au courant que moi sur qui ce fait en ce moment, a savoir doubler systématiquement tous les fractionnements, il faudra rajouter 8 points de plus. Certains spits en place pourrons faire l'affaire, équipés de plaquettes acier. Je reéquipe le puits qui siffle et les parisiens y mettent aussi leur propre corde. En attendant que toute cette troupe descende, visite du réseau mata avec Romain. Les inondations ont nettement eu une incidence ici, comme sur la planche du réseau 3 qui a été partiellement décapée de sa gangue d'argile! Par contre dans le parcours principal, je trouve étonnamment bas le niveau des "lacs". Il faut croire qu'un bon soutirage existe ici....La belle équipe apprécie la beauté du concrétionnement, habitée aux classiques austères du Doubs et du Lot.
Convivialité....sans réveillon....
Avec Fred poursuite presque jusqu'au bout du réseau Sud de la salle des graviers. Tous les deux l'on y sent une nette circulation d'air. ça serais peut être la dernière tentative de désob à faire au 4...Sait t'on jamais.... Avec quand même le risque d'une jonction probable avec la surface, vue le nombre d'ossements visibles par là....Le canyon dans les graviers ne semble pas avoir été impacté par la crue. Au fond du premier entonnoir du mystère net petit souffle. Quand je pense a l'énorme ventilation du trou des Truffes et sa proximité....le mystère reste justement entier!....Remonté sans problèmes, ces jeunes ont la patate. Et déséquipement du puits qui siffle. Celui du Ribero seras pour une prochaine fois. Je suis rentré dans le trou avec un début de lumbago....et à la sortie ça vas déja mieux!TPST:8H. Comme le dis au retour Romain, peut être les SCA vas bientôt sortir de sa léthargie féteuse.( le correcteur me met: péteuse!!)...et refaire de la vrai spéléo!

voeux 2019

merci à romain pour l aide à la conception de la carte 2019.
son site https://www.pandea.fr/