dimanche 21 janvier 2018

Samedi 20 et Dimanche 21 Janvier 2018: Deux demi-journée comme des canards sans plumes...

- Samedi aprem: sortie solo au "trou des culbuteurs" au col du Chandelier. Ouverture de la lucarne la plus haute et pistage de l'air. Humidité, humidité: à l'extérieur, à l'intérieur....et pas de ventilation probante. TPST:2H30
- Dimanche matin: séance aquato-désobstruante avec Jean Luc et Julie. Ou la science de la roche impressionnante de Jean Luc fait merveille. Elle nous permet de gérer de gros blocs instable et de pouvoir apercevoir une suite prometteuse: une sorte de laminoir-fracture incliné. Avec il me semble une sorte d'écho lointait, mais je ne suis pas sur. Pas plus d'air que la veille, mais trempette furieuse!
Le puits latéral ouvert la veille semble colmaté. L'on ne traine pas et retour à la maison ce sécher.
TPST:3H.

jeudi 18 janvier 2018

Donne bottes:
Deux paires qui m'ont trop rétrécie, mais sont en bon état.
Modèle : "bicross" Baudou, toilées, pointure: 39-40. Voire 38 avec des chaussons.
S'adresser à Riton.

dimanche 14 janvier 2018

Travaux d'hiver et divers...

Mardi 09 Janvier 2018
Participants : Alain, Henri, Jean-Luc, Laurent
TPST/ES : 9h

Mercredi 10 Janvier 2018
Participants : Alain, Henri, Jean-Luc, Eric, Laurent
TPST/ES : 10h

Samedi 13 Janvier 2018
Participants : Steve, Dominique, Jean-Luc, Henri, Laurent
TPST/ES : 8h30

Trois sorties "lourdes" (environ 2 tonnes de matériel acheminé sur place) en ce début d'année avec pour objectif l'entrée du Chandelier.
Contrairement à l'année précédente, le courant d'air est toujours présent malgré une nouvelle crue modérée du Blau (2M3/sec environ mardi; 1M3/sec environ le lendemain).
Cela prouve que la "boîte aux lettres" était bien l'obstacle qui empêchait l'air de passer jusqu'ici en crue.
Par contre, même si on sait qu'il n'y a plus de réels siphons, nous n'avons toujours aucune idée des niveaux d'eau dans la cavité. Il n'y aura pas de nouvelle reconnaissance tant que l'ensemble des travaux ne sera pas achevé.

Préparatifs chantier

Descente doublement assurée par freins de charge

Marchand d'eau version 2018

Travail jusque dans la nuit

Samedi après-midi, pour changer d'air après avoir validé une bonne étape de travaux publics, nous partons explorer le trou repéré juste avant Noël presque à l'aplomb des galeries.
Départ étroit puis palier et évasement. Belle descente d'au moins 25m fractionnée deux fois. On s'attend à trouver des traces de précédents passages mais...rien !
Au fond un chaos de moyens et gros blocs barre la suite. De toute évidence aucune tentative de désobstruction n'a eu lieu ici, car on peut apercevoir un départ de toboggan derrière le barrage. On remonte environ 1M3 de blocs sur un palier un peu au dessus. Steve s'en donne à coeur joie en soulevant des blocs à sa mesure.
Quelques coups de percuteurs seront malgré tout nécessaires pour aller plus bas en sécurité. Un test de courant d'air en obturant Blau et Chandelier sera à effectuer à la première occasion chaude ou froide pour déterminer le niveau d'intérêt de ce trou.

Chantier en bas du P25

mercredi 3 janvier 2018

Jeudi 28, Vendredi 29 et Dimanche 31 Décembre 2017:
Avec nos amis parisiens et grenoblois.
Des amateurs de classiques qui cherchaient a occuper leur séjour de fin d'année à Puivert.Du spéléo club de chablis (SCC) et de l'AFEGC: association française exploration des gouffres et canyons.
Barrenc de la tire de lausa (à revoir?)
- Jeudi: ayant prévus à l'origine de continuer l'explo (pistage d'air) au trou du cerf, la neige nous repousse en bas du plateau.
Marquage du SC Arize
L'on ce rabat donc sur la classiques classiques de Puivert: le trou du vent du Blau. Avec Fred, Lilian et Thierry. L'aspiration est si forte à l'entrée, que je m'y refroidis. Tout est pourtant bien amorcé en amont et en aval....Il faut croire que les suites du Blau sont.....des réseaux de fissures!TPST:3H. Une équipe à fait le buffo fret. Bonne ambiance conviviale au gîte "la ferme tranquille"à Campserdou.
Je pense qu'elle ne tourne plus!
Retour à Alet.
Tunnel de Pierre Lys
- Vendredi: les conditions n'étant toujours pas bonnes sur le plateau, descente à la grotte de la Muraille du Diable aux gorges de Pierre Lys. Avec: Thierry, Benoit, Sara et Charlotte. Accès depuis Belvianes. Ces spéléos, plutôt spéléistes n'hésitent pas à me suivre dans l'ingrat "réseau brigitte", exploré en 2003. Il n'y en a quand même que deux au fond avec moi. Des perspectives pas inintéressantes mériterais une reprise des explos. Ensuite un bel essaim de chauves souris nous interdit de faire le circuit classique. L'on ce rabat sur les originales caches à explosif du tunnel. TPST:4H. Repas au gîte avec l'équipe. Une équipe à déséquipé le SP2 fait précédemment, et une autre le Barrenc de Picaussel. Retour à Alet.
Leçon de trompette au gite.
- Dimanche: la motivation ayant sérieusement chutée en ce dernier jour de l'année, je me retrouve seul l'après-midi pour une petite séance de prospection sur Lavelanou. Dans une doline bien située par rapport au Chandelier, je retrouve le LAV48 exploré par SC Arize. Avec leur excellent marquages métalliques caractéristiques. Par contre pas d'air à l'entrée. Plus à l'Ouest je retrouve le barrenc de la tire de la lausa qui a été fait quelques jours plus tôt par l'équipe. Très net souffle à l'entrée malgré la douceur revenue.... Et là les virus qui crapaütaient depuis un moment dans ma carcasse me coupent littéralement les jambes. Je me rapatrie tant bien que mal....au milieu d'une battue de chasseurs....TPES:3H. Et mon état vas aller en empirant au fil des heures. Participation au réveillon....au fond de mon duvet....
Au Blau, l'escalade est sous l'eau....
J'aurais au moins été à l'abri de ces excès rituels et ridicules.
de g. à droit.: Lilian, Thierry, Fred.
Retour à Alet le lendemain dans un état second.

lundi 25 décembre 2017

Un peu d'Histoire.
Pour souligner l'ancienneté de notre engagement sur la zone du Blau.
Après l'opération pompage de 1985, qui était plus collective et dans le cadre du CDS 11, c'est le CLUB qui c'est remis à la tache...:
Travaux à la faille "parkinson" du trou du vent du Blau:
- 30/05/1990
- 31/05/1990
- 1/06/1990
- 5/06/1990
- 12/06/1990
Et enfin 30/06/1990.
Et je ne résiste pas au plaisir de copier intégralement le CR de cette dernière sortie, qui a été décisive comme vous pourrez le voir:
- Samedi 30 juin, Dimanche 1 et Lundi 2 Juillet 1990: Sorties au Trou du vent du Blau avec Thierry Bonnel, Laurent Hermand et Christophe Bataillé.
Montée depuis Limoux avec Thierry et Christophe qui ont dormi à Limoux.La voiture chargée à bloc (une 4L!), a du mal à avancer et tangue dans les tournants...Dépôt de matériel dans une grange à l'Escale. Passage chez Albert Hernandez à Bélesta qui nous prête la perceuse sur groupe du Plantaurel.L'on n'arrive qu'à 10h au trou ou Laurent commençait à poiroter...Je reste au groupe (électrogène...) et les autres rentrent vers les 12h. En me baladant sur un sentier balisé au nord du trou je "trouve" deux trous souffleurs sur le talus du sentier (les Chandelier N°1 et N°2 actuels!). L'un d'eux fait un bruit de turbine (certainement l'air sous pression). Je descend au Blau vers les 14H. il y a beaucoup d'air à l'entrée. Les autres viennent tout juste de percer deux trous. Avec la mèche fine que l'on peut adapter sur cette perceuse, les trous sont vîtes faits. Seulement l'accès est maintenant très mal commode tout au fond. Les trous sont bourrés en technique micro-charges directes, et le tir ne veux pas partir.Ce n'est qu'après plusieurs aller-retour que l'on arrive à faire péter un seul trou. Il faut faire un nouveau tir dans un coude, mais cette fois ci en placage. L'air est littéralement frigorifiant. J'arrive à franchir une étroiture sévère en coude vers la droite. En me relevant je me trouve alors à hauteur du fameux "méandre" que les autres avaient cru apercevoir. N'étant toujours pas convaincus de la commodité de la frontale pour fouiller dans des boyaux étroits, ils avaient été abusés!...Ce "méandre" n'est qu'une fracture remplie de blocs, partant à la perpendiculaire de la faille d'accès. L'entassement de blocs donne l'impression que l'on pourrais ce trouver au bas d'une salle, mais rien n'est visible. Dessous la banquette ou sont posés les blocs, un étroit laminoir laisse voir un espace sur quelques mètres. Pour pouvoir continuer il faudra désormais prendre plus grand tout le chemin qui y mène au bout. Ici il n'y a aucune place pour stoker. Décidément le trou du vent ce défend bien. 8M de première dans la journée. Plus de 15m ouvert depuis le 30/05. Les autres sont un peu dépité et ne vont même pas voir!...Sortie vers les 19H. Coups d'oeil aux trous souffleurs du sentier. Ils semblent en fait assez loin du trou du vent et pourraient donner sur un amont (et comment donc, peut t'on dire maintenant!!!). Descente dans la voiture de Laurent à la Roque de Fa ou il y a la fête. A quatre dans ce tas de ferraille c'est assez épique!....l'on couche dans un pré à l'ouest du village.
- Dimanche: arrivée en milieu de journée à l'Escale. La flemme étant au rendez vous chez nos fêtards, l'on ne vas pas déséquiper le trou du vent, comme il serais judicieux, mais l'on monte aux trous souffleurs près du sentier balisé. Je commence à piqueter celui le plus haut (l'actuelle entrée du réseau..), mais la terre compactée donne sur du rocher en place. Dans celui de l'aval, j'y agrandis le boyau d'accès. Après un coude vers la gauche, une salle basse butte sur une sorte de trémie. Au milieu, une lucarne laisse voir deux espaces assez étroits. Rien n'est évident, mais un très bon courant d'air est plus qu'encourageant...Les autres avachis au soleil....ne lèvent pas le petit doigt!....Départ assez tôt et retour à la Roque de Fa après une discutions à bâton rompu...Je prend cette fois ci la 4L. Coup d'oeil à la résurgence de Montjoi qui coule bien. Coup d'oeil à l'entrée du réseau de Vignevielle. Cet exutoire à une allure impressionnante. Le siphon est très bas et l'eau à libéré la faille soufflante au dessus. Bien qu'à ce jour pas ventilée, elle est désormais attaquable. Cette première partie est vraiment magnifique et laisse pésager un réseau d'attaque (c'était ma première descente dans l'Event de la cascade). Le soir à la Roque de Fa la fête est plus calme, et il y a moins de cas d'éthylisme!
- Lundi: Départ de la Roque de Fa plus tôt que la veille. Passage à l'entrée du Buffo Galino à Bouisse. L'on n'y sent pas le moindre soupçon d'air....Arrivée en milieu de journée à l'Escale. rentrée dans le trou du vent à 13H. Déséquipement complet du trou: l'on remonte nécessaire de désobstruction, lignes et cordes. Pour un temps le trou vas retrouver sont calme millénaire. Au trou souffleur du sentier le plus en amont, Thierry fait un placage monstre pour utiliser de la vielle gomme. Le pet est des plus retentissant, mais ne fait pas beaucoup avancer! Le bruit de turbine est toujours là....Laurent descend et laisse Christophe à Couiza. Montée à Bélesta avec Thierry rendre la perfo à maître Albert. Il nous apprend que maintenant le trou du Pinet à Comus fait - 400....L'on rembarque Christophe à Couiza, et je raccompagne les deux jeunes à Trèbes. Repas chez Thierry et retour à Limoux.

Ce n'était que le début de l'aventure que nous sommes en train de vivre.....27 ans plus tard....

Extrait de mon cahier de Compte Rendus N°2.


dimanche 24 décembre 2017

Pas de trève pour Noël

Dimanche 24 Décembre 2017
Alentours du col du Chandelier
Participant : Laurent
TPES :3h30

Une belle matinée d'hiver calme et froide, rien de tel pour une petite prospection solitaire

Mer de nuage sur Puivert et la reculée du Blau. A droite le mont Trabanet

Le pic de Nore émerge au loin
Le premier départ intéressant découvert est un méandre rentrant dans un escarpement de doline. Jolies formes de creusement mais malheureusement pas de courant d'air.

La frontale donne l'échelle
Beaucoup de zones rébarbatives, puis dans une zone facile d'accès un escarpement et un départ de trou. C'est bouché par les blocs mais un petit départ de voûte de dessine en bout de faisceau de lampe, et ça souffle assez sensiblement.

Départ vertical plein de blocs
Ensuite, en suivant l'escarpement mais bien dissimulée, une vieille stalactite attire l'oeil.
Et dessous, un trou, un vrai cette fois.

La stalactite, en noir, trahit la présence de la cavité
Le trou est vertical, peu engageant car étroit, mais pénétrable. Pas de signe évident d'un ancien équipement, mais la cavité a probablement été descendue il y a longtemps par les anciens, même si on en avait jamais entendu parler. La différence c'est que maintenant on en sait plus sur ce qu'il y a dessous.
Le sondage donne une vingtaine de mètres quand même, avec un palier vers la moitié.
Mais le mieux c'est qu'il y a un bon souffle (il fait 0°C). On sent bien que le passage n'est pas ouvert jusqu'aux galeries, ce n'est pas une tornade, mais c'est encourageant et il faudra aller voir.

Verticale étroite
De retour à la maison et le pointage effectué, il est clair que nous avons un premier candidat au concours des entrées hautes : le trou n'est pas très loin en plan des galeries du Chandelier, mais il faudrait descendre de 140m. Pas gagné d'avance, à suivre donc...

mercredi 20 décembre 2017

Commando sec tombe à l'eau et se mouille...

18/12/2017
Grotte du Cirque
TPST 4 h 30
Etienne

Pointage GPS et photo de l'entrée. Cheminement topo jusqu'au petit puits en face duquel nous avions repéré, lors de la sortie précédente, un remplissage facile à creuser. Le but n'est pas de refaire la topo mais d'avoir un cheminement suffisant pour pouvoir faire le report de surface de l'ancienne topo.


Je vais faire quelques photos des varves aperçues la fois précédente. Il s'agit bien de sables et limons dolomitiques, parfois très fins, venant de l'extérieur et non pas de farines glaciaires.



Sur le cheminement, j'aperçois aussi ce remplissage de graviers, bien calibrés, bien roulés, provenant de la Clamoux et témoignant de vitesses d'écoulement relativement rapides...


J'aimerais pouvoir dire que c'est une perte venant du Sud qui constituerait la tête de réseau du III... Mais il faudrait d'autres éléments et rien n'interdit qu'il s'agisse d'un réseau de flanc. Les chicanes successives ne facilitent pas la lecture. Daniel doit bien avoir quelques interprétations pour animer le blog pour le plus grand plaisir du Riton...

Je gratte un moment en face du petit puits. Le remplissage vient très bien à la piquette. La prochaine fois prévoir une pelle US, une gamate, une massette et un burin pour les zones calcitées.
Je regrette un instant de ne pas avoir pris un bout de nouille pour descendre en bas du petit puits car il y a un bruit d'eau assez important à mon arrivée. En quittant la zone, je récupère mon sac dans un écoulement d'environ 4 l/min qui s'est installé pendant que je grattais. En effet, il a pas mal plu la nuit précédente et l'infiltration vient juste d'arriver par une fissure en paroi.
Direction la sortie. Je m'engage dans les chatières de la zone d'entrée et là, surprise : la flaque, sèche à l'aller, s'est bien remplie pendant que j'étais dans la cavité ! Petit bain avant de retrouver le vent frais en surface.