lundi 14 avril 2014

Accompagnement du Samedi 12 Avril 2014

GROTTE DE LAUZINAS

Participants : Claude et Alain Assémat - Christelle et Laurent Hermand - Denis Poitout - Pierre Bonhomme - Denise Baro
T.P.S.T.: 6 h
Rédaction fiche : Alain Faure
Accompagnateurs : Alain Faure - Véronique Rieussec
Photos : Alain Assémat

Nous commençons la descente des échelles fixes vers 10 h 30. Nous prenons la direction du "Lac" Vert et continuons jusqu'aux sapins d'Argile. Le retour se fait sans problèmes par le Lac des Echos et le Lac de la Grande Salle. Tout le monde est dehors vers 16 h 30.
Les participants ont vraiment été enchantés par cette cavité pas forcément très riche en concrétions dans les secteurs visités. Par contre la grande salle a impressionné ainsi que le profond Lac des Echos. Les formes de galeries, les méandres, la succession de gours, les grandes coulées et draperies, les actifs, la diversité géologique mais aussi le passage sur le Pont de singe ont été bien appréciés.
 













 

dimanche 13 avril 2014

Dimanche 06 avril 2014
participants Eric Millet et cinq amis non spéléos.
TPST : 3h



C'est le printemps; la lumière croît chaque jour un peu plus et dans la grotte de Sabart (Ariège), un labyrinthe de lumière a répondu au labyrinthe de pierre qu'est la grotte elle même.

Cinq amis non spéléos ont partagé avec moi ce moment magique...

Un temps pour l'installation du labyrinthe (170 pots de verre et 170 bougies).

Un temps pour le parcourir lentement, en conscience, avec en tête une question, une demande, une prière ou une intention à venir déposer au centre.

Un temps pour le contempler encore, avec toujours pour nous accompagner, une musique inspirante diffusée par le très bon matériel, mis au point par un ami à cette occasion.

Un temps enfin, pour aller manger ensemble au soleil retrouvé, près des grands porches majestueux.


Eric Millet


 
 
 

Dimanche 13 Avril 2014: Une collective....en débandade...qui tourne bien.

Suite à la sollicitation de notre Stoche président (de région),j'encadre avec l'autre président (du CDS), François,une collective à Cabrespine,le lendemain de l'AG régionale à.....Cabrespine...Décidément l'Aude est au centre de beaucoup de chose en ce moment!
Pas une petite,puisqu'à deux l'on est sensé accompagner.....38 spéléos!...ou qui ce prétendent tels pour certains!!!Au vue de la vitesse de progression dés les échafaudages.....je vois tout suite que ça va cafouiller grave!L'on respecte comme il ce doit le quota de 10 personnes maxi sur cette antique ferraille,et je démarre donc dans l'amont de la rivière avec à peu près 10 personnes.Au fil de la progression vers l'aval,et malgré une avancée extrêmement lente,et des arrêt continuels.....mon groupe dépasse tout le monde,pour ce retrouver en tête!J'ai constamment vu ici "l'effet accordéon"dans la progression.....mais à ce point jamais!!!
Mais en fait tout s'équilibre très bien,puisque je me retrouve en fait avec de très sympathiques collègues,majoritairement de Perpignan (dont Patrick Rideau),et Philippe Galan de Montpellier.
L'on monte sans problèmes au Capdeville par les "touches à piano,sans Patrick qui est resté avec Yves qui commence à souffler.Visite exprès,mais qui plaît beaucoup,personne ne connaissant la grotte.En bas de l'accès,l'on croise nos jeunes....beaux et ....prometteurs!!!jeunes plantauréliens,qui montent aussi ce mettre des aragonites plein les yeux.Retour contre un courant assez fort,ou l'on croise ici et là,des groupes qui ont légèrement dévié du trajet habituel.....!!!!
"l'oiseau mouche"....de loin...
Toujours beaucoup de plaisir à partager ainsi,malgré le nombre....calculable....de fois ou je suis venu là!!!
La "cigogne"....hors Alsace!
A quand des collectives Explo...?
Exceptionnelles "coupelles"

Philippe Galan
TPST: 5H20
Christophe,Philippe et Eric (caché)

mardi 8 avril 2014

Sortie Photo - Vidéo du Dimanche 07 avril 2014

GROTTE DE LA CABANE

Participants : Emeline et Thierry Lescure; Didier Béziac; Olivier Coquelet; Alain Faure; Véronique Rieussec
TPST : 7 H
Rédaction fiche : Véronique Rieussec
Photos : Olivier Coquelet

Suite à l'invitation de Didier et ses amis que nous avions guidé à Roquebleu nous nous sommes retrouvés dans ce superbe coin des Causses à St-Paul des Fonts.
On s’achemine vers le porche de la grotte de la Cabane. L’entrée a été bâtie. On progresse sous les voûtes de la « cave Bâtarde » : cave ayant servi à affiner le fromage de Roquefort en dehors du village de Roquefort. Lors de la restriction de l'aire de fabrication au seul secteur de Roquefort même, ces caves indépendantes ont dû fermer, mettant un terme à une économie locale.
A 450 m de l'entrée on passe devant la perte du ruisseau. On continue vers l'amont dans des volumes imposants présentant de belles coupes de galeries. On vient buter sur un 1° lac que l'on franchit grâce à des mains courantes le surplombant à plusieurs reprises. Puis on traverse en hauteur la dernière partie par une petite tyrolienne, les fesses ne sont pas loin de l'eau...
Une longue main-courante amène en haut d’un P 5 que l’on descend.
On enchaîne au-dessus d'un 2° lac une dernière série de main-courantes avec des anneaux de corde pour poser  les pieds. Plutôt physique. 
On atteint ensuite une galerie aux volumes gigantesques, les plafonds sont à peine visibles puis des salles d’effondrement dans lesquelles on remonte d’une quarantaine de mètres. Depuis le sommet de ce chaos, on redescend pour retrouver la rivière et arriver après une escalade au siphon à 1500 m de l’entrée.
Sur le retour, nos hôtes font preuve d’une grande patience en tenant les éclairages et en figurant sur le cheminement.
Le passage de la tyrolienne rompt les bras dans la partie remontante, surtout avec nos kits.

On ressort ensuite par les surprenantes « caves bâtardes » mais en traversant cette fois-ci la partie qui servait pour le stockage et l'affinage du fromage. La partie inférieure empruntée à l'aller servait au passage du ruisseau. Aujourd’hui tout est à l’abandon mais on devine bien les structures anciennes.
















jeudi 3 avril 2014

Le SP4 ( Belvis)...20 ans après...:

Jeudi 3 Avril 2014: Descente avec Fabienne de Puivert dans la mythique cavité des années 90.

Comme les jeunes de la SSP avaient équipé la cavité l'an passé,ça me trottait depuis un moment dans la tête d'y revenir.Belle occasion pour Fabienne qui est à, coté et qui ne peu pas sortir souvent.
Et là,je dois dire que si les passages étaient inscrits dans le disque dur de ma mémoire....j'avais quasiment oublié la splendeur de ce trou...!Je ne trouve pas d'autre mots!Digne d'un grand trou des Picos de Europa!
D'autant que les agrandissements de la manoeuvre d'après les explos, en ont fait une cavité 4 voire 5 étoiles!
Certains rééquipements sspièns (mot inventé à l'instant!)laissent à désirer,mais quel bonheur d'avoir déjà les cordes en place.Du grand luxe...Descente de 7 puits et ressauts pour Fabienne, et je poursuit seul jusqu'à 13 puits.Arrêt dans le grandiose puits en cannelure non loin des premières salles.
Je suis non seulement emballé par la beauté,mais surtout par l'aspiration à bête sensible dans les rétrécissements.Nous avons là à faire  non seulement a une grande classique....mais à l'entrée potentielle N°1 du plateau de Sault coté trou du vent du Blau (écoulements Nord).
Ou elles sont les viroles????
Dés à présent,je la propose comme classique (jusqu'aux grandes salles:-230)à tout membre du club suffisamment débrouillé sur corde (il y a des équipement hors crue un peu olé olé...).L'on en parlera à la réunion...
Un bon entrainement
Et je vais chauffer à blanc nos benjamins en explo à la manoeuvre ce weekend,pour poursuivre la désobstruction au fond.L'on sort à temps pour éviter la grosse régentade qui arrivera en fin d'après midi....et qui a du provoquer quelques belles cascades....Il y aura t'il toujours la ventilation après?ça serait intéressant à vérifier....TPS
Un vieux équipé light....

T: 3H
Bien étrange oréole!!!
Thierry,si tu me lis....je t'assure qu'au vu des aménagements,tu peu refaire le trou!Il n'a rien a voir avec l'époque!Puis sans acéto,c'est le jour et la nuit!
Avec encore moins de cheveux qu'en 92!

dimanche 30 mars 2014

Rude journée sous les Hautes Corbières

Samedi 29 Mars 2014
Trou de la Pause
Participants : Sylvain, Henri, Jean-Michel, Laurent
TPST : 9H

Nouvelle sortie polyvalente au trou de la Pause. Le début de la journée est consacré à la poursuite des aménagements.
L'équipe se scinde en deux : les "vieux", Jean Mi et Henri poursuivent la construction de la "Escande Tower" dans la trémie, pendant que les "jeunes", Sylvain et moi, franchissons celle-ci et partons réouvrir le méandre intermédiaire encombré de gros blocs depuis la dernière sortie aménagement.

Les missions sont remplies avec succès dans la matinée. Au passage je perce une rafale de trous  (16) dans le méandre intermédiaire (ex-terminus 2013). Ensuite rapide pause casse croûte mais le froid tombe vite (8°2). Sylvain et moi décidons de nous avancer vers le fond et la suite de l'exploration, tout en arrangeant quelques passages à la massette le temps que les autres nous rejoignent.
La partie de la cavité située entre l'ancien terminus et le seuil de débordement découvert lors de la dernière explo s'avère extrêmement pénible avec des kits.
Il s'agit d'un ancien siphon de plusieurs dizaines de mètres de long, en montagnes russes, avec plusieurs points bas tapissés de crème. Derrière cette zone, l'engagement est total...

Nous parvenons au "seuil", synonyme de changement radical de morphologie. Jean Michel et Henri nous rejoignent. Ce dernier semble absent et a eu beaucoup de mal à gérer cette traversée.

 La dernière partie de l'ancien siphon. L'argile a fait place aux graviers
 
Quelques mètres sous l'ancien seuil de débordement, la conduite forçée de jonction est entièrement creusée dans les grès du Turonien
 
 
Nous partons tous ensemble vers le fond et les combis sèchent rapidement. Le ressaut terminal est atteint et vite équipé. Il est franchi allègrement par Sylvain et ses grandes jambes qui sont un avantage indiscutable à cet endroit au lieu d'un handicap ailleurs dans le trou.
 
Equipement du ressaut à genoux dans une marmite pleine de galets
 
Nous voici à nouveau en première. La cavité continue, Henri reprend quelques couleurs. Cela fait à présent une bonne distance qu'il n'y a plus d'obstacles impénétrables sur notre chemin,  Jean Michel et moi imaginons déjà découvrir l'actif avant la fin de la journée. Sylvain est en pointe.
 
Quelques photos de la zone :
 




 

  




Aménagements de banquettes




Détails de marmites. Contrairement aux apparences, la galerie est aujourd'hui totalement fossile!
 
 



Galeries en interstrate grès (sol)-calcaire (voûte)
 
Un nouveau ressaut se présente et est rapidement franchi, puis le conduit a tendance à s'horizontaliser à nouveau, en reprenant un profil de méandre. Je prends régulièrement les directions : nous suivons depuis une bonne distance (ex-terminus 2013) la direction Sud Sud Ouest, vers l'aval et la résurgence.
Nous devons être assez profond à présent sous la couche de grès affleurant dans la vallée sèche de surface. On se croirait dans les Alpes, la progression restant sportive mais assez sympathique, avec de belles formes de corrosion et un rocher tout propre.
Tout semble cohérent...sauf que...
Après quelques dizaines de mètres, une coulée de calcite arrive en paroi gauche, rétrécissant le conduit. Et là c'est le drame...une lucarne impénétrable dans la calcite se présente. Au sol quelques gours calcités avec des cristaux, preuve que le ruisseau qui a creusé la galerie, façonné les marmites et les galets s'est maintenant retiré et ne circule plus dans cette zone.
Bye bye les rêves de collecteur pour aujourd'hui.
L'obstacle est ridicule, un simple tir à trois trous en viendrait à bout, mais ici c'est toute une histoire, car nous ne sommes pas à 10mn de la sortie !
Les thermiques habituels étant à l'équilibre (aucune amplitude intérieur-extérieur), je plonge la tête un long moment dans la lucarne pour m'assurer que ça vaut le coup d'investir sur un retour bien équipé sur les lieux. Trois grosses rafales d'aspiration en moins d'une minute trahissent la présence de la suite. On voit sur 3m pénétrables derrière avec ensuite un coude à droite. Il va falloir revenir mais on y est habitués...
Nous prenons le chemin du retour.
 

 Escalade
 
 
Galerie peu après l'ancien seuil de débordement du siphon, début de la zone profonde, vers l'aval
 
 
En remontant vers la surface, un peu frustré temporairement je l'avoue, je me venge en éliminant d'un coup tous les coudes de l'ancien méandre terminal, via les 16 trous faits le matin même. Toute l'équipe se rejoint ensuite dans la grande salle, l'occasion d'admirer l'étayage de la trémie qui maintenant a pris forme. Ce sera une dose de stress en moins à chaque passage.
Nous sortons harassés par les efforts fournis et le poids des kits.
La prochaine sortie en pointe devra attendre de se faire avec de bonnes conditions aérologiques (pas d'inversions et bonne amplitude).
 
Nous avons progressé significativement lors des deux dernières explos mais beaucoup de questions restent sans réponse pour le moment. Pourquoi avons nous perdu le ruisseau depuis si longtemps ? Les actifs majeurs de la vallée sèche circulent-ils en parallèle de notre progression, en dessous ? Combien de coups tordus la cavité nous réserve-t-elle encore avant la délivrance ?
Ici l'aventure se mérite, mais sous ce massif, elle a aussi le mérite de continuer à nous faire vibrer...