lundi 14 septembre 2020

Dimanche 13 Septembre: Plateau de Sault toujours.

Explo et prospection-ballade avec Marie Victoire au Nord Est de Belvis.

Explo de l'entrée repéré en bord d'une piste dans les artigue de coumeilles le 29/08. A environ 2kms au Nord-Est de Belvis. A l'entrée étroite: 1gros AN+1AF+1 spit. Comme je m'y attendais les trou avait déjà été fait. Mais il certainement il y a un certain temps (SSP?), vue l'oxydation des spits. Un R8 ébouleux donne dans une belle salle déclive. Au fond une désob.dans une trémie calcité ouvre sur un ressaut au départ étroit. Puis après un palier, c'est un superbissime P25 au volume majestueux. J'améliore légèrement l'équipement, mais il est vite descendu. Sur l'aval l'élimination d'un bloc permettrait d'un peu d'avancer, et le passage est très légèrement ventilé. Passage peut être shuntable par un pendule dans le puits. C'est sur qu'ici nous sommes dans une structure anticlinale peu favorable aux grandes descentes. Mais aussi favorable aux beaux volumes...En tout cas très beaux petit aven idéal pour l'initiation: progression variée,aucune marche d'approche, très facile à trouver, un peu d'explo possible.C'est l'aven du chapeau rouge...





Comme j'ai oui dire que plein de débutants arriveraient au CLUB en ce moment....Ensuite coup d’œil à quasiment toutes les dolines, dont certaines impressionnantes le long du sentier VTT allant vers le sud-est. Marie découvre la prospection spéléo.Arrêt au soula de camp Sarda. Retour par le même chemin sous une forte chaleur. Je n'étais pas retourné par la depuis plus de 30 ans. Malgré nos exceptionnelles découvertes actuelles la prospection est loin d'étre finie sur ce grand plateau. TPST:1H30.TPES:5H.



 

 

samedi 12 septembre 2020

On l'entend et maintenant on le voit

Samedi 12/09/2020 

Trou du Vieux Lion 

Participants : Dom, Denis, JLuc, Henri, JMichel, Romain, Laurent 

TPST : 10h 

A nouveau une grosse équipe pour le défi marathon du jour : atteindre le volume sonore encore invisible. Il s'en est fallu de peu qu'une deuxième équipe aille en parallèle jouer du marteau par le fond du Chandelier; malheureusement Etienne a eu un empêchement de dernière minute. 

Les 5 premiers nommés passent la matinée à déstocker une nouvelle fois la voie vénitienne (voir posts précédents). Travail rébarbatif et pénible, mais indispensable pour pouvoir poursuivre. A 12h30, la voie est libre. Romain et moi arrivons en renfort pour attaquer le fond. 

Le travail de mardi a été efficace, un sacré paquet de gamattes remontent du front de mine jusqu'environ 16h30, où le stockage est à nouveau plein.

Rampe pour gamattes
Stockage vu du bas
Et vu du haut

 

JMichel ouvre en pointe un diaphragme vertical par où on commence à voir qu'il y a bien un puits assez profond pas très loin devant. Il reste environ 1,5m d'étroit. 

Il faut tenter le tout pour le tout pour ne pas avoir à re-redéstocker. Je tente un perçage à nouveau acrobatique et physique, tête en avant avec la mèche de 1m et un angle très limité. Le trou de gauche traverse dans une niche, pas de bol. A droite, butée à 50cm sur une belle fissure intraversable par la mèche sans la casser. Ca veut pas... Le troisième trou réussit quand même. C'est un vrai patchwork de techniques différentes qu'il faut mettre en place pour les optimiser. 

On se jette à l'eau... Après le 1/4 d'heure de rigueur, retour sur les lieux : tout est bouché et on ne peut plus rien stocker. Henri et Denis se relayent pour essayer de purger, mais rien à faire. In extremis, le point faible est trouvé sur la droite. En quelques minutes, on peut enfin balancer les remblais en bas. La tentative a été couronnée de succès, le puits apparaît enfin. La tête n'est pas encore pénétrable mais presque,et on voit bien une grosse moitié du diamètre. Pas de corde en visuel; il semble que l'on soit dans l'inconnu. C'est gros et profond d'au moins quinze mètres, une résonance semble venir d'encore plus bas. Nous sommes peut être au dessus de l'amont de l'affluent du vieux corbeau, et c'est précisément à ce moment qu'une équipe "Chandelier" aurait été très utile. 

Une chose est sûre, ce débouchage signe la fin d'une époque et le début d'une autre dans la quête de la connexion. Toute l'équipe est soulagée; la prochaine sortie, après la formalité de l'ouverture du puits, sera exploratoire.

Le puits est sous la piquette...

cabrespine

Mercredi 12 Août 2020

participants : Steve.N, Gildas.R

( mes excuse pour la publication tardive )

TPST : 5h ; Deuxièmes visite du gouffre pour mon beau frère dépars ver dix heurs un petit café et c'est parti nous entamons  la décente a très bon rythme suive d'un petit tour en bateau  nous filon tous droit jusqu’à la salle des dôme émerveillé il prend quelque photo


pause casse croûte c'est le ventre plein que mous engageons le retour on ne cherche même plus a évité l'eau à deux doit de se baigné avec les canard (nous nous le somme promit pour la prochaine fois) sortie et changer pour 15h    

   / gouffre géant de cabrespine 

 

dimanche 6 septembre 2020

Vieux Lion : on ne le voit pas mais on l'entend

Dimanche 05 septembre 2020

Trou du Vieux Lion

Participants : Jean-Luc, Henri, Dom, JPP, Denis

Le Vieux Lion résiste mais les 5 nains creusent toujours.

La matinée est consacrée au  déplacement de la Voie vénitienne de Jean-Luc vers la base du puits équipé où une murette étayée de rondins permet encore du stockage. A midi la "Voie" est libre. On mange à l'ombre  sous une température assez idéale. L'équipe est pressée d'en découdre avec la suite.

Aller au fond devient sportif, le gabarit réduit des 2 petits puits successifs donne une belle ambiance. La désob est coincée contre le dernier remblais en bas du puits, au début il n'y a pas de place pour la gamate...

Pendant 4 heures, on va se relayer pour creuser avec Henri. Remonter les gamates n'est pas plus facile, c'est étroit et tortueux. Puis l'espace devient plus confortable, on atteint de la boue de moonmilch sous les gravats (fond de la vasque). On laisse à gauche une fissure avec un petit écho.  A droite, le perfo de Laurent a brisé le rocher entre 2 fissures verticales espacées de 40cm.  On avance péniblement dedans, mais c'est étroit et descendant. Henri fulmine : "C'est une désob à la Mas !" A bout de bras, j'enlève 2 gros cailloux dans la fissure de droite : un passage apparaît, le courant d'air se fait sentir, un écho énorme s'entend jusqu'en haut du dernier puits...

La perspective n'est pas longue (1m) car la paroi de droite tourne à gauche en arrondi. Elle est couverte de moonmilch. On a avancé d'un bon mètre, il reste encore plusieurs gamates à enlever, mais le stockage est plein. 

Pour continuer : un petit agrandissement de confort (au moins largeur) nous parait nécessaire pour pouvoir enlever le reste du bouchon  qui est brisé mais coincé. Pour le stockage : petite possibilité de monter l'étayage du puits de la Vasque avec des rondins, ou refaire une opération de déstockage.

Comme l'avait prédit Jean-Luc, la prochaine fois pourrait être la bonne...

TPST: 7h30

dimanche 30 août 2020

Next level

Dimanche 30/08/20

Trou du Vieux Lion

Participants : JLuc, Henri, Boris, Laurent

TPST : 7H

 

Démarrage en trombe le matin avec l'ouverture du sommet du ressaut atteint la fois précédente. Deux trous de 80 à droite font le travail. Cette fois pas besoin de gamatter, tout part direct en bas. Vers 11h on est sur les lieux prêts à descendre. Ca se fait sans trop de problème en oppo mais on mettra une marche en fer pour plus de confort.

1/2 M3 de gravats est tombé, la vasque est entièrement comblée.

Sommet du ressaut ouvert

En bas , rien d'évident au premier abord. En poussant quelques remblais une suite apparait, bien planquée derrière un gros becquet. C'est tellement plat que je me pose la question un moment du sens d'écoulement : amont ou aval ?

C'est mince...mais avec de belles formes de creusement. Retournement pour passer la tête en premier, au maximum, la peur au ventre car nous n'avons presque plus de marge de stockage. L'issue de plus d'un an de travail acharné peut se jouer maintenant... Un minuscule décrochement du sol vers le bas un peu plus loin confirme que c'est l'aval. Courant d'air modeste et alternatif.


La suite...

Au fond je pousse une grosse gueulante...Et là, miracle ! Un écho phénoménal revient de quelques mètres plus loin. Si on est dans un parallèle, c'est du gros... Sinon il y aura une corde qui nous attendra...


Préparatifs percage

 On a de quoi stocker une salve en bas du ressaut, on attaque donc la suite, efficacement...

De retour sur place il faut édifier un muret pour stocker dans le demi-cercle ainsi formé (1,2m de diamètre environ). On passe le reste de l'après-midi à optimiser l'espace à l'aide de planches et de rondins.

Devant il reste au moins 2 ou 3 mètres à ouvrir, mais la perspective immédiate est enfin là...

Le prix à payer c'est qu'il va falloir à nouveau déstocker pour avancer, en transportant la "voie vénitienne" de JLuc en bas des cordes, pour pouvoir la reformer avec les salves suivantes venues du fond. 5 personnes seront nécessaires. Une fois le volume atteint, tout ce petit monde pourra être jeté plus loin, tout sera envoyé en bas. Encore quelques efforts, un nouveau palier vers le dénouement final vient d'être franchi.

 

dimanche 23 août 2020

Perspective

Dimanche 23/08/2020

Trou du Vieux Lion

Participants : JLuc, Henri, Dom, Laurent

TPST : 6h


Séance improvisée sur le tard, motivée par la réussite de l'opération de communication Vieux Lion - Chandelier de la semaine dernière.

Déblayage de la suite du méandre et stockage un peu plus haut en confectionnant quelques escaliers en planches.

Nouvelle salve, je fais mon possible pour aller percer en pointe tête en bas, histoire d'optimiser les chances d'avoir un visuel sur la suite avant le soir.

Pari gagnant, une série de gros blocs s'est décollée au dessus du nouveau ressaut. Certains tombent dans la suite et la vasque, mais la plupart peuvent être récupérés au prix d'acrobaties non conventionnelles.

Un "très mince", tel qu'il a été défini dans un précédent post, pourrait passer, le court méandre n'est plus. Dessous il y a environ 3m sans la moindre prise, un tube circulaire tombant directement dans la flotte. On la joue donc raisonnable, on ouvrira la tête de ressaut dans les règles à la prochaine.

J'ai passé l'appareil photo dans la suite, mais ça manque de lumière. Nous espérons que cette vasque est le filtre à courant d'air, qui monte en pression dès que c'est étroit (entre blocs avant déblayage), mais de faible débit dès qu'on agrandit. Un court pertuis au niveau du déversoir en bas (aucune trace de mise en charge sur les parois) serait la configuration la plus favorable. On saura bientôt...


Méandre agrandi jusqu'au ressaut


Ressaut vierge, vasque et manque de lumière


 

jeudi 20 août 2020

Appel à candidature:

Pour nous donner un coup de main, moi et Jean Luc au Vieux lion afin de remuer quelques blocs ce Dimanche 23 Aout.

Me contacter si interressé.

Merci

 

 

Barrenc de Cascastel épisode II

Mercredi 19/08/2020

Barrenc de Cascastel

Participants : Henri, JBaptiste, Laurent + Freddy en surface et 8 initiés

TPST : 7h

 

A l'invitation de Freddy, nous avons retrouvé nos vieux amis de Cascastel où nous étions venus il y a déjà 3 ans. Cette fois, il s'agissait d'initier quelques personnes du village à la verticale et à leur cavité locale, de faire la topo et quelques photos.

Le trou est intéressant à plus d'un titre au niveau géologique. L'entrée se situe sur un double interstrate verticalisé dans les calcaires du Lias, une structure datant d'une phase tectonique "pré-pyrénéenne", datée de la fin du Crétacé. Le massif associé a fait l'objet de vives controverses géologiques dans les années 50 car il est un des seuls témoins ayant conservé les indices de cette phase tectonique effacée partout ailleurs. Nous sommes ici à la jonction du massif de Mouthoumet, de la nappe des Corbières orientales et du bassin de Carcassonne, et le massif de la Pinède où se situe la cavité, ne fait partie d'aucun de ces trois grands ensembles.

Le trou a été creusé par des flux ascendants, peut-être hydrothermaux, et témoigne d'au moins une phase durable de remise en activité après une première fossilisation. Cette présentation sommaire est non exhaustive et il y a donc beaucoup de choses à raconter sur le coin, qui témoigne de surcroit d'une esthétique extérieure remarquable, un décor de western avec de grands pitons d'érosion différentielle et des plis de structure bien visibles.

L'ensemble mérite une belle mise en lumière, notamment dans le cadre de la partie géologie du futur PNR, et nous allons oeuvrer dans ce sens à l'avenir en partenariat avec la commune.

Entrée de la cavité sur double joint de strate verticalisé


JB avant la descente


Puits d'entrée vu du bas

Bref, le programme de la journée était chargé, la cavité a été rééquipée et la topo commencée dans la matinée. Au préalable, nous avions pris cher durant la marche d'approche et l'équipement du premier puits à cause d'une chaleur incroyable, sans un souffle d'air sur le versant sud. Pris par le temps et le rdv de la mi-journée au village, j'ai bien vite abandonné l'idée de finir la topo ce jour, je reviendrai avec JB par une météo plus clémente et sans chrono.

L'après midi s'est déroulée sans encombres avec visite en deux groupes et accompagnement technique des participants, tous sportifs et très enthousiastes. Certains se souviendrons longtemps de la deuxième verticale et de sa sortie plutôt technique...

La suite de la cavité avec de belles formes de corrosion ascendante sur faille


Une partie du groupe en bas de la deuxième verticale


Michel à la remontée


La journée s'est clôturée par un exceptionnel repas gastronomique organisé par la mairie et dans une ambiance très conviviale. Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'à Cascastel, on sait recevoir !

Nous reviendrons prochainement finir la topo, et aussi parce qu'il semble bien qu'une deuxième cavité de belles dimensions existe dans le même secteur. A suivre...

mercredi 19 août 2020

Vendredi 7 août

Visite de Cibelle par un club du Doubs

Participants : Benoit et Guy Decreuse, Valérie et Sylvain Lapeyre, Gérard Jaworski, JPP
Tpst : 3h 30

Vendredi 7 août, la grotte Cibelle a reçu la visite de 5 spéléos du club GCPM, basé dans le Doubs. Ils profitent de leur camp d’été pour explorer les richesses souterraines de notre région. Ils alterneront ainsi les Vents d’Anges, Cabrespine, Trassanel, les Cazals, la grotte du Cimetière et Cibelle. Pour cette dernière, ce sera le vendredi 7 août. Rendez-vous à 14h par une chaleur torride devant la cave coopérative... J’aurais plus tard une explication à ce RDV en début d’après midi car ce club abrite de redoutables photographes. Ils comptent passer un bon moment dans la cavité.

Une fois informé, je donne la consigne : « on va au fond et les photos se feront au retour ».

Au fur et à mesure de l’avancement, je sens une grande fébrilité les gagner. Leur région ne comporte pas de cavités très concrétionnées et la profusion d’aragonites leur donne un peu le tournis. Leur envie d’immortaliser ces fleurs de roche cache en fait une grande passion. Deux d’entre eux vont enchaîner les prises de vues toute l’après midi. Le résultat sera remarquable et je vous en livre quelques clichés. 





                                                       Photos de Guy Decreuse



                                                            Photos de Gérard Jaworski

On le voit, leur technique de prises de vues est très différente mais tout aussi efficace. Chapeau les artistes.

lundi 17 août 2020

Missions multiples, validation des acquis et imprévus...

Dimanche 16 août 2020

Trous du Chandelier et du Vieux Lion

Participants : Denis, Henri, Dom, Laurent

TPST : 8h

 

Deux binômes pour un cahier des charges bien rempli. Nous entrons tous au Chandelier dans la matinée. Denis et Henri filent avec des kits mini vers le fond pour tenter une nouvelle communication sonore avec le Vieux Lion dans l"après-midi. Dom et moi levons la topo des puits d'entrée pour caler précisément les différentes altitudes.

Puis direction le Vieux Lion avec l'arsenal perforant pour continuer le chantier au fond. Au préalable, un protocole strict de communication a été établi avec des horaires précis. Chaque équipe possède également une radio portative et un ARVA.

Peu après 14h, Denis et Henri sont au pied des cheminées en ayant établi un nouveau record de vitesse de progression jusqu'au fond. Au passage ils ont remarqué de nombreux stigmates de la crue exceptionnelle de janvier dernier dont les séquelles sont visibles dans toute la haute vallée de l'Aude. Au niveau du réseau, même les parties fossiles du III et du IV se sont réactivées. le "point chaud" a même eu les pieds dans l'eau, une crue s'étant formée dans l'affluent du vieux corbeau.

Bivouac portant les stigmates de la crue de janvier dernier

kits remplis par la crue au bivouac

Pendant ce temps, je suis en train de finir une salve de 7 trous. L'équipe du fond entend distinctement le perfo en arrivant, mais la radio ne passe pas.

Aux environs de l'horaire prévu, Dom et moi au fond du Vieux Lion commençons à entendre des bruits de marteau désordonnés en provenance du Chandelier. Magie instantanée...mais en dehors de tout protocole...!?

Nous sommes interrogatifs et pensons plutôt à un spitage. A l'horaire suivant, le code d'appel (3 coups espacés) fonctionne. Nous répondons comme convenu (5 coups rapides), et répétons l'opération plusieurs fois. Toutefois la jonction ne semble pas très proche. Par deux fois l'ARVA capte un signal furtif en provenance du fond, ce qui au vu des essais en surface, montre que nous ne sommes quand même pas très loin. Dom et moi sommes enthousiastes mais modérément car on ne semble pas encore au point de se serrer la main entre équipes...

Comme convenu après la réussite de la com au marteau, chacun repart à ses objectifs. Denis et Henri repartent vers la sortie pendant que nous levons la topo au Vieux Lion. Ensuite nous faisons bruyamment progresser le front de taille pour se rapprocher de cette mystérieuse vasque en aval dont on espère que c'est la clé de la suite.

Nous repartons ensuite attendre les autres à l'entrée du Chandelier, impatients d'avoir des nouvelles. Nous n'attendrons pas longtemps, à peine 10mn. Timing parfait...

A voir la tête d'Henri, on sent qu'il s'est passé quelque chose. Il ne veut rien dire avant que Denis ne sorte. Alors alors....?


La mauvaise nouvelle c'est que l'équipe du fond n'est pas parvenue à franchir le méandre remontant entre le P30 et le P20 (cause gabarit Etienne). Les bruits désordonnés de marteau étaient en fait des tentatives d"élargissement !  Du coup, toute la com s'est faite depuis un point situé 25m plus bas que ce qui était potentiellement possible et prévu !

Cette mauvaise nouvelle en est en fait une très bonne pour nous. Cela signifie que le contact ARVA et la com ne peuvent qu'être amplifiés depuis le haut des cheminées et que nous sommes peut-être très proches...


Méandre entre les puits remontants

La topographie confirme ce que nous pressentions : avec 28m de profondeur, le Vieux Lion a atteint la cote du méandre en haut des cheminées aux incertitudes de mesure altimétriques (entrées) et topographiques près.


 

Une nouvelle journée sous terre extrêmement riche en émotions et apport de connaissances...

 

dimanche 2 août 2020

Avancée non décisive

Dimanche 02 Août 2020
Trou du Vieux Lion
Participants : JLuc, JMichel, Henri, Dom, Denis, Laurent
TPST : 8h30

Journée marathon pour éliminer la fin du diaphragme et tenter d'ouvrir le sommet du ressaut qui nous nargue depuis plusieurs sorties.
Les 5 trous du matin remplissent la première partie de la mission. Stockage loin du chantier, en bas des cordes avec un système de barrage en planches. Personne n'est inactif, la mine tourne à plein régime...
Deuxième perçage cette fois à la verticale et au juger. Tout fonctionne à merveille et on revient rapidement sur les lieux. Un pont de blocs résiduel est évacué, le passage est ouvert.
Le ressaut fait trois mètres. Evidemment une bonne partie des remblais est au fond et c'est assez long à évacuer.
Pas de miracle immédiat, la suite repart en méandre étroit...
Mais pas sur loin, et la résonance est toujours devant. En finissant de déblayer le fond, la vue s'améliore : il y a à peu près deux mètres à ouvrir puis un nouveau ressaut se présente. Au sondage il semble plus large et de même valeur que le précédent. La nouveauté vient du gros "plouf" entendu en bas, son caractéristique d'une belle vasque ou d'un gour assez profond. Avec un peu de bol ce pourrait être l'obstacle qui freine le courant d'air... C'est sans doute aussi l'origine de la résonance.

Nous sommes à présent quasiment à la cote recherchée. Vu les difficultés de stockage et les conditions sèches, la prochaine étape va être de faire la topo du trou et de caler précisément les altitudes du Chandelier et du Vieux Lion, pour avoir une idée la plus réaliste possible de la lacune théorique résiduelle.
En parallèle, une nouvelle tentative de jonction sonore entre les deux cavités, à deux équipes synchronisées, est dans les tuyaux pour la mi-Août. Des informations très attendues dans les prochaines semaines...

Des touristes du Minervois en tong et bermuda, égarés dans les fraiches brumes pyrénéennes...

La suite du méandre en bas du ressaut. La lucarne visible à peu près au centre de la photo donne sur le ressaut suivant.

vendredi 31 juillet 2020

Trassanel II au frais

Jeudi 30 juillet 2020

Trassanel II et II bis

Participants : Valérie, Serge, Jean-Marie, François, Sophie, Denis

Photos de Serge, Valérie et Denis

Sortie de vacances avec mon cousin Jean-Marie d'Amiens, mon frère et 2 amis déjà initiés à Cabrespine.

On entre au frais dans Trassanel II avant midi, choc thermique garanti malgré le temps orageux. La cavité est d'ailleurs assez humide pour la saison.


                            De g. à d. : Sophie, François, Denis, Serge, Valérie, Jean-Marie

                            Descente assurée.



                             Pique-nique sous le Cierge.

                          Silence dans la salle du Diamant, on entend des goutte à goutte.

                                                      Dans le II bis.
                                            Serge apprend à nager.
                                           Gours des cristaux.


                            Retour un peu avant le terminus du II bis.


Sortie vers 17h20. TPST : 5h30.