mardi 16 octobre 2018

Déluge sur l'Orbieu

Lundi 15 Octobre 2018
Vallées du Sou et de l'Orbieu

La date restera gravée dans beaucoup d'esprits. Les Corbières n'ont pas été en reste lors de l'évènement exceptionnel que notre département vient de vivre, beaucoup de dégâts matériels mais heureusement il n'y a pas de victimes à déplorer dans notre secteur contrairement à d'autres vallées.

Il est tombé entre 180 et 200mm en environ 5h30 sur le haut bassin du Sou, du Libre et de l'Orbieu.
Une crue-éclair nocturne...
Réveil à 5h du matin. Le voisin a 30cm d'eau dans son rez-de-chaussée, et 1m d'eau arrivant de son jardin appuie sur la porte arrière. Le ton est donné...

Rapide tour d'horizon des dégâts sur la commune, beaucoup de chemins n'existent plus...
La première vision en arrivant dans la vallée du Sou à Laroque est une voiture dans un figuier...

Heureusement le propriétaire n'est pas dedans...
Un peu en aval, l'entrée du village de Termes :


Le Sou a débordé et inondé les maisons en rive droite, le niveau est monté plus haut qu'en 2014.

Dans les gorges de Caune Pont c'est une vision dantesque malgré la petite taille du bassin versant



Pour ceux qui connaissent l'endroit, l'eau est montée jusqu'au câble de la main-courante du sentier d'accès une heure avant mon passage. Du jamais vu avec un débit d'environ 150 M3/sec.
Ici, pas de droit à l'erreur, état d'hyper-vigilance de rigueur.

La source karstique du Liadou et l'entrée du réseau de Nitable sont également en crue tout près de là, mais impossible d'y accéder.

Le Liadou (système de Nitable) se jette dans le Sou

En aval de la confluence avec l'Orbieu, la station vigicrues de St Martin bat son record de débit depuis sa création; près de 500 M3/sec !

L'Orbieu au pont en aval du Durfort
 Demi-tour car plus bas la vallée est dangereuse à parcourir en voiture avec ce débit. En aval, l'Orbieu gonflera à 1000 M3/sec à Luc. Pour comparatif, le pic de la crue du siècle sur l'Aude à Puichéric atteindra 1800 M3/sec à peu près au même moment.


Petit détour au retour par la source de Montjoi, habituellement assez longue à réagir aux crues, mais qui cette fois fait exception à la règle quelques heures à peine après le déluge. La turbidité est importante, ce qui n'est pas habituel non plus.


Vignevieille et St Pierre sont également en crue, mais le pic ne sera atteint que 10 heures environ après le pic de crue de surface.
Découverte également d'une source tiède qui n'apparait que très rarement, sur les renseignements d'une habitante de Montjoi.
Cette source limpide d'environ 18°C se situe au contact du Silurien entre la source tiède de la Sablière et la captage de Montjoi et confirme l'existence d'un aquifère profond qui subit un important "effet piston" sous la pression de l'eau rentrée subitement dans le karst.

Pour finir, deux vidéos du Sou à Caune Pont et de l'Orbieu au pont de Vignevieille en amont de la confluence avec le Sou :



Samedi 13 au Dimanche 14 Octobre 2018: Manoeuvre de validation à Cabrespine.
A l'origine régionale, puis sur désistement de certaines huiles du SSF devenue départementale.
Validation des compétences CT de Lionel et Nadège. La nouvelle génération.
Une trentaine de participants dont 7 ariègois. Que j'ai plaisir à retrouver comme Julien Fouquet.
Je suis déclenché par le CODIS (stoche) à 10h45 et arrive sur zone à...12H après avoir subis des bouchons infernaux dans le secteur carcassonnais...Rentrée dans la "gare"(la grotte aménagée!) à 14H45. Avec "gribouille" et Muriel. Deux pompiers spécialistes des transmissions. L'on est la première équipe et l'on avance bien. Mais c'est tellement de boulo de bien positionner ce maudit filaire, pour que personne ne l'accroche, que plusieurs équipes nous rattrapent et nous doublent. Pose de 5 postes de spéléphones: en bas des éboulis, à l'entrée de la salle des schistes, aux gobelets, à la sortie des grands gours et enfin en bas du réseau Capdeville. Ce qui doit totaliser pas moins de....3km de fils! Nous ai donné l'ordre d'arrêter, car ça retarderais le teaming....et de toute façon l'estimation avait été très mal fait puisque l'on avait presque plus de fil!Tout marche a merveille et c'est l'essentiel. Je suis détaché de l'équipe pour partir chercher l'info du bilan médical de la victime (François en premier cobaye), positionné dans un point chaud entre le débouché de Matte Arnaude (siphonnant) et les dômes. Du beaux monde participe: Jean Marie (le toubib), Annick, Michel de Narbonne, pour l'équipe ASV. 2quipe évac 1: Lionel chef d'équipe, Michel, Guillaume, Flo Guillot, Flo tout cour..., Julien, Fred, Eric, Denis.Je dois revenir au derniers spelphone pour demander l'autorisation au PC et je reviens au pas de course confirmer l'info....je suis bien content de souffler un peu en ne portant pas...pas de soucis de toutes façon avec le gabarit de certains!De retour avec mes collègues pompiers, je reprend ma place de reenrouleur de fil. Et je loue la patiente et le professionnalisme de mes 2 collègues qui doivent sans cesse batailler avec ces maudits tourets. Plus mal commodes tu meurt...Au point que gribouille un peu sur les rotules chute lourdement sur des lames saillantes dans un rapide. Pas malin de ne pas relever, alors que l'on est au turbin depuis le début! Avant les gobelets l'équipe evac2 prend le relais et j'y distingue: Seb, Jean Luc, Laurent et..... Encore que des costauds...En rebobinant l'on ce rend vraiment compte que l'on a tiré beaucoup de fil....Flo tout cour a pris la place de François dans l'inconfortable civière. En bas des éboulis, c'est Eric qui si met, et il dois un moment ce séparer de sa chère scurion toute neuve. Il est prêt pour la grande lévitation sur tyrolienne assurée par le GRIMP 11. Et inaugurée il y a maintenant 22 ans. Je met le turbo et suis dehors à 24H45.
TPST:11H. Au PC ils n'ont pas pitié des vieux!Repas sympathique grâce à la précieuse logistique pompiers. Merci Max (un ancien du CLUB)
Courte nuit réparatrice dans la partie basse de la zone aménagée. Merci Philippe.
Débrefing positif Dimanche vers 10H. Une manoeuvre réussit.
Pas de photos car toutes ratées.
ça me rappelle mes premières manoeuvres!
A la demande de François, je suis en train de faire l'historique de mes participations au manoeuvre depuis 1976. Soit 8 ans après la création du spéléo secour audois par Pierre Clottes et Daniel Cavaillès.

Crues de l'Aude et de l'Argent-Double

Lundi 16 octobre 2018
Participants : Denis et Sophie

Comme après chaque épisode de pluie forte et continue (toute la nuit), Azille devient une île : les routes sont coupées, mais le village est préservé. D'autres n'ont pas cette chance, comme Puichéric ou Trèbes.
Vers midi, la pluie a cessé, nous prenons la route de La Redorte pour voir l'Argent-Double depuis le pont.
Au loin, le pont avant La Redorte. L'Argent-Double a débordé et passe à côté (rive g.).
Au début on croit qu'il n'y a pas beaucoup d'eau. Mais au bout, il y a plus de 60 cm avec un fort courant. Même à pied, il vaut mieux ne pas passer.


Demi-tour...Il est 12h15.

Même photo à 17h30 : l'eau a disparu, le talus de la route a été emporté.

 L'Argent-Double à 17h40. Dire que le niveau a baissé depuis ce matin...
Il y a encore une semaine, le lit était sec.


Nous traversons La Redorte pour aller voir l'Aude. On voit au passage que le canal du Midi a aussi débordé.

Cherchez l'erreur... La péniche est restée sur le quai, les herbes et roseaux pris dans son gouvernail montrent que l'eau avait tout envahi. Le restaurant voisin a de gros dégâts.

 Vu du canal, le carrefour de la minervoise. De mémoire d'habitant, l'Aude n'est jamais arrivé jusque là.
 Normalement, le fleuve est invisible, il coule à droite des grands arbres.

 A gauche, le pont vers Castelnau.
Torrent avant le pont.


 Si, si, c'est la route...

Contrairement aux apparences, le courant est fort. Deux dangers : le courant difficile à estimer, et la profondeur, invisible. 
Nous rentrons impressionnés par la puissance des crues, en pensant à ceux qui ont subi des dégâts matériels ou pire, la perte d'un proche.



jeudi 11 octobre 2018

Des pisteurs dans l'Aldène

Dimanche 07 octobre 2018
Conférence de Philippe Galan et du groupe de chercheurs du projet "Tracking in caves".

Salle des Fêtes comble dimanche dernier à 17h30 pour la conférence organisée par nos amis spéléos de Cesseras.
Introduction sur l'historique de l'Aldène par Philippe Galan. Puis intervention de deux archéologues allemands de Cologne, à l'origine du projet en lien avec les 3 pisteurs de brousse namibiens. Ces pisteurs sont capables de "lire" des empreintes de pieds au sol, tout comme un géologue reconnait les roches. Ils sont d'ailleurs embauchés pour des chasses privées, ou par l'armée. Leur procédure est très méthodique : longue observation, échange entre eux, et signalement au laser d'une "piste" trouvée, c'est à dire d'un individu repéré parmi les 400 pas de la grotte.

A l'inverse des relevés archéologiques statiques, leur vision est dynamique : ils peuvent suivre l'individu, et bien plus encore...

Quelques exemples de ce qu'ils ont vu :
- une trace de femme qui portait un enfant sur son dos
- un enfant qui est entré lentement, mais ressorti en courant
- des femmes qui étaient plus chargées en  sortant qu'en entrant
- l'âge des pas va de 6 ans à 40 ans...

Ils n'ont vu la cavité qu'une semaine et seulement 1/3 de la galerie, mais déjà Philippe Galan est très impressionné par leur savoir-faire et les perspectives de cette approche.

Première conclusion :
 - Il y a 9 000 ans, la  cavité a été explorée méthodiquement sur plus de 500m par un groupe d'individus qui a visité toutes les galeries annexes à l'aller, parfois en grimpant, parfois en rampant.
- Ils n'avaient pas  un éclairage chacun.
- Ces explos étaient faites en famille.

Bon, ces préhistoriques, c'est à se demander s'il nous ont vraiment laissé des premières...


mercredi 10 octobre 2018

Mercredi 10 Octobre 2018: Et 4 de plus...
Comprenez 4 entrées potentielles de plus du Chandelier...
Avec Laurent et Jean Luc. Dans la zone du Sarrat de l'Etreuil. Tout d'abord, équipement rapide de l'aven repéré il n'y a pas longtemps par Laurent. Belle entrée non loin d'une perte temporaire. P12 donnant sur une salle sympathique....sans la moindre trace au sol..A part la présence de très nombreuses salamandres....Amusant: la salamandre était l'animal fétiche de François 1er. Et dans la symbolique signifiait: renouveau et renaissance pour aller de l'avant! Tout un programme!L'on remue quelques blocs au point bas. Mais il apparaît vite évident que la suite serait par une lucarne en hauteur à l'aplomb de ce point bas. Ayant au départ envisagé
une tentative en libre, je me ravise et bien m'en prend car aucune prise ne tiens...
En pendulant avec la corde du puits et aidé par 2 goujons, j'arrive a me rétablir sur une margelle glissante. Une lucarnette à ouvrir crache un bon souffle. Une heure et demi après coup de piquette, et masette burin, l'on pénétre dans une petite salle bien occupée par les concrétions. Retrouvé l'air est un jeux de piste peu aisé, que Laurent finis par solutionner. En bas et tout droit au fond, un petit espace crache un excellent souffle. Un beaux chantier en perspective.Pour cet aven des salamandres... Motivant vue la situation pile poil à l'aplomb du terminus temporaire du 4 du Chandelier. Terminus sur une vaste cheminée avec un actif temporaire juste avant....TPST:3H. Casse croute au soleil près de la perte temporaire. Puis retour au départs plus au Sud, que j'avais aussi relocalisé. Séance musclée de désenclavages de blocs bien coincés. Avec entre, un compost de feuille de first qualité. Descente, juste assuré sur poignée dans un beaux méandre. En amont impressionnant mur de blocs correspondant au fond de la doline. En aval une étroiture en hauteur pour les maigres donne sur un espace. Une lucarnette au fond crache un bon souffle, mais la suite en méandre semble bien maigre. 10m à l'Ouest le départ d'aven crache aussi du souffle, et il doit s'agir du méme trou . Mais ce ne sont vraiment pas des objectifs prioritaires....Pour finir, Laurent nous montre plus à l'Ouest sur le flanc d'une superbissime doline, entièrement tapissée de mousse, une conduite forcée plongeante. De très belle facture et ventilée...Je pense que cet hiver l'on n'auras pas le temps de s'ennuyer!TPES:3H

JNS : Trassanel

06 et 07 octobre 2018
Grotte de Trassanel

Samedi matin : Steve, Denis avec : Hélène, Marina, Christine, Brice , Félix.
 Réseau II jusqu'au Cierge. TPST : 2h45.

Samedi après-midi : Steve, Eric, Denis avec : Benjamin, Barbara, Charles, Sophie, Nathalie, Corinne, Jean-Baptiste, Jazz (10 ans).
 Réseau II  jusqu'au Gours des Cristaux. TPST : 4h.

Dimanche matin: Etienne, sa collègue DE, William+amie, Eric avec : Gilles, Gabin (8 ans), Bérengère, Pierre, Anaïs, Charlène, David, Duncan, Zoé, Maïwen.
Traversée I - II. TPST : 4h30.

Félix ancien du club, est tout heureux de retrouver Trassanel.
Les participants sont émerveillés des beautés de la cavité.
2 d'entre eux auront le privilège de passer l'étroiture pour aller voir le  crâne d'ours : Brice, adulte profilé, et Jazz qui profite de ses 10  ans.
Ambiance conviviale et bonne motivation des participants.

Photos de Brice et Félix (groupe du samedi matin).

Félix, Christine, Brice, Hélène et Marina au passage de la main courante avant le Cierge



Félix, Brice et Steve

Brice, l'homme qui a vu l'ours...




lundi 8 octobre 2018

Samedi 6 Octobre 2018: Participation aux JNS.
Puisque ça ne semble intéresser personne de faire un CR, je m'y colle.
C'est d'ailleurs plutôt bon signe, que ça motive moins que les CR d'explo!!
"Prestation sociétale"assurée pour le SCA, ainsi que le président du CDS François. C'est il me semble le terme le plus approprié, pour cette prestation pour l'amour de l'art, que l'on assume sur le 11 depuis maintenant pas mal d'année....
2 groupes à Cabrespine rivière pour moi dans la journée:
- Le matin avec 5 cadres et 7 jeunes et moins jeunes. Avec une forte représentation féminine, tranche d'âge ados. Tout ce passe bien. Et merci a François d'avoir insisté sur l'obligation d'avoir des bottes. Les gens y gagnent en aisance et en sécurité. Tout le monde apprécie, quand cette jeunesse consent un (cour) instant de rompre avec son addiction au "smart phone". Évidemment niveau de l'eau
très bas. Gour en étoile et demi-tour droite. Direction les tables de pique-nique dehors. TPST:3H30
Retour assez tardif, avec le deuxième groupe, plus centré et attentif a ce qui les entoures. Même nombre de participants ( 9 "grands public"), avec 3 cadres. Un bon rythme et de la curiosité, qui me fait quand même un peu espérer dans les générations montantes!Au gour en étoile, demi-tour droite, direction la sortie.
Et...et la "performance" du petit Louis (décidément l'on reste dans le "grand siècle!), 6 ans au conteur!! Bien encadré par François...qui le tiens en laisse, et sa maman aux petits soins...Pour moi une première avec cet âge là....L'on le reverra peut être dans...20 ans....TPST:2H20.
Ouf, c'est finis!
Traits de carractére: tétu!!
Deux anciens pointent aussi le bout de leur nez à l'extérieur: Christian Giménez, copain des débuts de Thierry à Trèbes, et le père Félix, qui est tout ému de nous revoir...
La valeur n'attend pas le nombre des années!
Merci aux organisatrices de l'apéro et repas. Et pour la deuxième année consécutive nous avons une soirée avec une pointure. Cette fois ci Phil Bens qui nous passe des films sur ces expés internationales.Et les anciens de chez nous: Papy et bien sur André, qui viens de fêter ces 80 printemps.Comme dis Dom: le SCA, une machine de guerre...

mercredi 3 octobre 2018

Mercredi 3 Octobre 2018: A la recherche de traces.
Au Chandelier avec Jean Luc, escalade de la cheminée aval de la salle du surintendant.
Plus facile que prévu et très plaisante. Pose d'un relais de départ en haut du toboggan: 1 goujon, 1 AN.
Beaux pas de 5a dans la calcite bien adhérente. 1 goujon et traversée à gauche vers une goulotte. 1 AN sur trou dans concrétion, petit pas d'adhérence et bonnes prises jusqu'à un seuil constitué de gros blocs. J'équipe en fixe sur stat, et déséquipe la montée. Jean Luc m'ayant rejoint exploration après une lucarne d'un petit réseau descendant étroit. Qui redonne en fait dans la salle. Vers le haut, une escalade facile m'amène sur un comblement de calcite. La lucarne terminale en plafond laisse voir un empilement de blocs calcités qui ressemblent comme à des frères au dépilage du Chandelier N°1....
Il est fort a parier que l'on soit là sous le N°1....Deux confirmation donc:
- Il y aurais eu beaucoup de boulo pour passer par le N°1.
- L'aven historique du document ne peux être que l'entrée par laquelle l'on passe maintenant...
Les fameux troncs d'arbres du texte ont depuis longtemps disparu, et les "gros quartiers de rocher"sont les blocs de la trémie que l'on a étayé. La preuve est définitive.
Il aurais été très émouvant de retrouver des restes de vieux outils de l'époque! Mais les exécutants de ce chantier n'ont cassé aucun manche et n'ont laissé aucune trace....Du boulo comme l'on savait le faire a l'époque! Surtout commandité par le ministre de la guerre de Louis 14 en personne!Qui n'était pas spécialement un tendre!
J'équipe correctement en fixe, pour une levée topo qui serait intéressante.
Le sef a bien diminué à l'entrée. TPST:4H.
Après la goutte....les crochets à goutte!
Après le départ de Jean Luc, je vais farfouiller au Sarrat de l'Etreuil, mais ne trouve pas les trous décrits par Laurent. TPES: 40mn.