dimanche 27 mai 2018


26/05/2018 TPST 1 h

L'exercice sur les techniques d'auto-secours prévu à la salle d'escalade de Carcassonne tourne court. En effet, deux heures après le RDV toujours pas de stagiaires malgré la présence de nombreux cadres : Papy, François, Michel, Stoche, Lionel, Bastien, Etienne. Comme vous l'imaginez Papy fulmine, soulignant le faible niveau technique des spéléo audois... Nous poursuivons les discussions au resto.

Pour finir l'après-midi déjà bien entamée je prends la direction de Limousis pour voir le résultat des derniers gratouillis. Seul je n'ai pas voulu franchir une chatière verticale particulièrement étroite (il me fallait forcer pour passer le bassin à la descente). Il faudra un tout petit aménagement supplémentaire pour aller voir de quoi il retourne dessous.

samedi 26 mai 2018

Nouvelle falaise à Caunes Minervois: Vendredi 25 Mai 2018.
Opération CDS de nettoyage et équipement de la "falaise du figuier"en amont de l'ancienne falaise qui avait subis un éboulement. Sont présent après 9H30: Lionel, Stoche, Marie, Michel, Dominique, Etienne, Cathy, François. Soit 9 participants. Au Sud de la barre contenant la grotte du figuier, de belles plaques saines nous incitent à y équiper deux voies spéléo sur de bons vieux spits classiques. Très beaux site, moins enfermé que l'ancien. Avec un accès facile depuis un sentier balisé. Il y a peu de purge de roche, mais une grosse matte de salsepareille qui donne du fil à retordre. J'équipe la ligne à gauche sur 10 spits et Michel juste à droite. A peu près 25m de haut. Lionel et Etienne vont faire les écureuils sur la falaise plus au Sud avec une grosse baume. Pour un futur exercice avec civière sur main courante. Je les rejoint et pose une ligne plein vite aboutissant dans...un bartas dense. Dom et François commencent l'ouverture d'un sentier en haut et en bas. Un bon début de mise en valeur. TPES:8H. Arrêt convivial au bistrot de Caunes.

jeudi 24 mai 2018

TECHTONIC de chez COUSIN

Nous remercions vivement la société COUSIN TRESTEC de sa participation à l exploration du chandelier.
Nous voilà livré.
http://www.cousin-trestec.com/fr/

plaquettes RAUMER

et voilà notre sponsor italien et ses plaquettes
merci à michela et cesare,au plaisir de vous voir dans le chandelier
http://www.raumerclimbing.com/fra/index.asp


mercredi 23 mai 2018

Entrée igue de St Sol
Quelques complément photos.
 De ce super weekend Lot.
Un Grand merci aux organisateurs et à nos collègues lotois.
Il n'y a pas que Jean Luc qui sache aménager la pierre!
Je savais qu'il aimait le vélo!

Week end dans le Lot



19, 20 et 21 Mai 2018
Participants : Christophe, Hélène, Seb, Elo, Henri, Philippe C et Annie, Philippe V, Cissou V, Christelle, Laurent

Ca faisait longtemps qu'on en parlait, on l'a fait. Un séjour très dépaysant de nos désobstructions et explorations audoises, organisé par un fin connaisseur des lieux, qui nous avait préparé un programme sportif bien loin du club Med mais ô combien intéressant.

Jour 1: Randonnée de 27 km sur le causse de Gramat
Boucle gîte - canyon de l'Alzou et moulin du Saut - Rocamadour - résurgence de Cabouy - gouffre de Saint Sauveur - gouffre de Ploumessyns - chateau de la Pannonie - gîte

Moulin du Saut

Un autre moulin abandonné dans le canyon de l'Alzou

Rocamadour

La résurgence de Cabouy, issue des pertes de Thémines et du réseau des Vitarelles à plus de 20km de là. Un monstre...

Gouffre noyé de Ploumessyns, regard sur le même réseau

 Le soir, les pieds sont bien chauds. Apéro monstre, arrivée de Philippe et Annie juste rentrés des USA avec bien sûr plein de photos.
Ensuite anniversaire de cricri. Les bouteilles tombent comme des mouches....



Jour 2 : journée aquatique à la perte du Saut de la pucelle pour rincer les excès de la veille.
Superbe cavité très engagée moralement dans la deuxième partie si on se pose des questions sur la météo extérieure.
Philippe et Annie font des photos dans la première partie, le reste de l'équipe s'aventurera plus loin non sans quelques émotions fortes.








Puisqu'on a un photographe de renom sous la main, la soirée est agrémentée de projections aussi belles les unes que les autres.

Jour 3 : l'équipe se divise en 2; Seb, Elo et Henri partent faire l'Igue de Saint Sol, un grand puits de 65m suivi d'un niveau horizontal important
Les autres rejoignent Daniel, guide spéléo local, qui nous amène à la grotte du Cirque, cavité fermée dont l'accès est réglementé en raison de son concrétionnement exceptionnel et de sa fragilité.
La cavité est vraiment surprenante dans un secteur pas vraiment connu pour ses richesses minérales. Nous sommes bluffés. Bien sûr nouvelle séance de photos obligatoire, en pyjama...







Avant la remontée, petit détour par la rivière souterraine de la grotte. Cette rivière proche de la tête de réseau de l'Ouysse, contre toute attente part vers le sud pour rejoindre la vallée du Célé éloignée de 15km. La spéléologie d'exploration a encore de beaux jours devant elle dans ces contrées...

Départ avec le sentiment qu'il y a encore beaucoup de choses à voir dans le coin. Il faudra revenir...
Merci à cricri pour son organisation, et à Philippe et Annie pour leur passion communicative de la photo souterraine.

mercredi 16 mai 2018

PEGUET GO7

la saison va pouvoir bien commencer....

nous remercions grandement la société PEGUET(Annemasse ,France) pour leur participation en maillon rapide pour l explo en cours au chandelier
http://www.peguet.fr/


dimanche 13 mai 2018

[VIDEO] Retour au Chandelier


Hautes eaux au Chandelier : ça baigne mais ça passe !

Samedi 12 Mai 2018
Trou du Chandelier
Participants : Denis, Henri, Dom, Seb, Laurent
TPST : 9h

On était impatients de voir ça depuis l'automne dernier, et nous voici en néoprène au beau milieu du sentier cathare pour descendre affronter la température de l'eau souterraine. Dans le kit j'ai pris de quoi faire quelques images pour immortaliser l'évènement; et Seb est équipé pour la vidéo...

La mise à l'eau nous rafraichit bien de la descente des puits, et bien vite nous avons l'impression de parcourir une cavité inconnue.


Dans la première partie du réseau, l'eau est omniprésente ce qui donne une super ambiance; plusieurs centaines de mètres de biefs séparés de rares zones plus sèches. Les néop en 5mm sont très bien adaptées, on a pas froid du tout et du coup ça déconne un max. Des gamins, quoi...


La boîte aux lettres passe sans problème, comme en été. Pourtant le Blau coule toujours. De bonne augure, d'autant que le courant d'air est présent.
On parvient à la fin du premier kilomètre dans le même timing que lorsque la cavité est sèche : on a gagné du temps sur les mains courantes et les passages sup que nous avons pu shunter par le bas.

Dans la deuxième partie, peu de changements pour commencer. Sauf que les signes de la crue de Février sont bien visibles au sol : traces effacées, apports de sable là où il n'y en avait pas : il semble que la rivière fossile puisse encore renaître de temps en temps. Mais d'où est arrivée cette crue alors que plus loin dans le réseau tout est calcité au sol ?

Comme au premier jour dans la rivière (presque) fossile...mais en néop !

Arrive la zone critique où nous pensions possible la mise en eau de grands gours. Et c'est le cas...
Impossible de quitter les combis plongée bien longtemps, au final on les gardera durant toute la sortie.
Un des passages laisse à peine passer la tête sans casque, alors qu'au dessus le plafond est à 15m.
Impossible de prendre des photos mais Seb avec sa caméra étanche immortalisera l'instant, après quelques élargissements à la clé de 13...

Dans la suite, zones sèches et aquatiques continuent à alterner.

Attention il y a un trou !
Nous arrivons dans les zones plus grandes de la deuxième partie du parcours. On suit toujours les traces de la crue quinquennale au sol car du matériel de balisage laissé par terre est retrouvé dispersé plus en aval.

Toujours en extase devant la beauté de ce canyon

Après une dernière vasque, enfin arrive la solution au problème : la crue est arrivée par le réseau inférieur semi-actif que j'avais exploré l'été dernier. Une mise en charge par le bas, à une altitude supérieure à 700m, c'est le drain le plus élevé jamais reconnu sous le plateau de Sault, 70 à 80m plus haut que la source du Blau !
Reste à savoir s'il s'agit d'une diffluence de ce dernier ou un système indépendant, mais c'est en tout cas très intéressant sur le plan hydro...

Nous arrivons un peu plus loin dans la grande galerie à la fin de la deuxième partie du réseau. Il aura fallu trois heures de progression pure pour y parvenir.


Ici c'est vraiment fossile. Nous repérons le passage qui devrait permettre de court-circuiter par le bas l'énorme coulée qui signe le début de la troisième partie. Ce sera le prochain objectif prioritaire qui devrait faire gagner 1/2 heure pour aller plus loin.

Nous sortons sans encombres vers 19h mais avec des images plein les yeux. Dehors il tombe des trombes d'eau. Encore...
Une nouvelle crue du Blau est dans les tuyaux....pourvu que ce soit la dernière de ce printemps !

mercredi 9 mai 2018

Grillage et quelques news

Mardi 8 Mai 2018
Trou du Chandelier
Participants : Seb et Laurent + Henri en surface
TPST : 3h

Sortie éclair pour finir la pose du grillage de soutien (méthode qui a fait ses preuves) en bas des deux ressauts d'entrée, avant la première sortie sérieuse de l'année prévue samedi.

Les orages ont été puissants la veille en haute vallée : coulées de boues, village de Brenac fortement endommagé, jardins détruits...

La source karstique de Brenac est en crue
Le Blau est lui aussi en crue : impossible de traverser le gué en voiture avec un débit de plus de 3 m3/sec environ. Le bruit de la source entendu depuis le parking du Chandelier est impressionnant, et on s'attend à ce que le courant d'air à l'entrée soit nul.
Mais bonne surprise ça souffle dur.
On descend bien chargés dans une ambiance gadouilleuse.





Vers 16h, la mission est accomplie sans n'avoir rien fait tomber de la paroi; on va pouvoir être plus sereins désormais.
Pendant ce temps, Henri est allé prospecter dans les marnes et a repéré un joli départ d'aven en bord de piste et en plein milieu du synclinal du col du Chandelier, en amont du trou du Vent et avec ventilation alternative. Ne sachant pas s'il a déjà été visité, ça vaudra le coup d'aller voir vu l'emplacement. Ca descend d'une quinzaine de mètres en toboggan...

Encore un bel exemple de karstification dans le Bédoulien


dimanche 6 mai 2018

Mikado et Meccano

Samedi 05/05/18
Trou du Chandelier
Participants : Jean-Luc, Henri, Thierry, Elodie, Seb, Laurent
TPST : 8h

Dernière grosse séance d'étayage de la trémie, cette fois sur la paroi du ressaut.
La matinée est consacrée au vidage de boue et blocs tombés derrière le grillage et gênants le placement des barres metalliques.
Le rituel est rôdé avec un frein de charge en haut du ressaut et le stockage dans le puits parallèle. Comme aujourd'hui il y a du renfort, tout se passe sans problème. A 13h le grillage est vide.

Comme on ne peut pas placer les barres à 6 dans le ressaut, l'après-midi, Thierry, Seb et Elo descendent pour aller voir les niveaux : le lac continue à descendre doucement mais une arrivée d'eau s'est réactivée peu avant : les basses eaux ne sont pas pour tout de suite...
Pendant ce temps on se paye une nouvelle séance de musculation dans des positions souvent excentriques pour placer les dernières barres, et il faut réviser un peu le schéma initial.
Le but du jeu étant de ne pas déclencher de nouveaux éboulements pendant qu'on est en dessous et que le grillage est vide.
On parvient à finir la pose alors qu'une nouvelle coulée pseudo-liquide s'amorce lentement. A 18h, nous décrétons la trémie sécurisée pour de bon. Quel soulagement....
Ce secteur, le plus dangereux, est terminé. Il ne restera que quelque mètres carrés de grillage à poser un peu plus haut, en bas du deuxième ressaut.
Les affaires vont bientôt pouvoir reprendre...

PS : Pas de photos car pas assez de mains...

mardi 1 mai 2018

Piège du gour en étoile
Préparation de la pèche....
Mardi 1 Mai 2018: Journée petites bestioles...
Je laisse le soin à François de soin de nommer cet habitant!
Accompagnement de notre président de CDS François à Cabrespine. Pour qu'il y pose ces pièges a troglodytes en prévision du stage bio-spéléo qu'il vas animer prochainement.
Le guano un milieu favorable
Notre ami Jean Claude du SCM et sa fille nous accompagne dans la descente. Ils vont récupérer le fluorimètre et des fluocapteurs laissés dans l'amont rivière. Cet amont que justement François ne connaissait pas. L'on franchis les "étroitures"historiques jusqu'à la porte. Et c'est justement dans cette zone que ce trouvent réunies les meilleures conditions pour les animaux cavernicoles. L'on peut même les voir crapaüter sous nos yeux. D'autres sont plus discrets. Et c'est a cet effet que François y pose ces pièges: des sortes de petits dolmen miniatures avec dessous un bout de saucisson et....du calandos, non pas breton mais normand pur beurre! Ornés, s'il vous plaît d'un beau rubalise pour les stagiaires....Comme il n'y a que....44 ans que je fréquente le site, je suis chargé de noter les emplacement de ces pièges sur un bout de topo qu'à amené François.L'on vas ainsi en poser plus de 10, y compris dans l'aval rivière jusqu'au gour en étoile. Les stagiaires n'aurons plus qu'a s'inviter au fabuleux festin que nos amis insectes vont mettre quelques jours à déguster....Pose également de pièges en filets dans la rivière. En fait Cabrespine est plein d'habitants!
saucisson du terroir....
TPST:4H.
François et son calandos
Discussion autour d'une bière sur les sujets du moments: protection de Trassanel, collective au
Jean Claude et Mélodie (...)
Chandelier, réserve du TM....La grotte aménagée est noire de monde.