dimanche 15 avril 2018

Le C5
Zone des exutoires
 Dimanche 15 Avril 2018 l'après-midi: Font Maure et Ginoles.
arrivée de terrains non karstiques
L'on ne sait jamais,  passage à Font Maure qui est désespérément sans la belle couleur rose foncé de l'autre jour à la Canalette....Cette sulfo met bien du temps, si elle sort là, pour arriver de la Vernouze. Même si elle sort demain, ça feras presque une semaine qu'elle a été injectée. Contre 4 jours et demi pour la fluo depuis le Rébounédou. Il y aurais t'il par là un autre drain parallèle plus ennoyé?Je repère juste à l'entrée des gorges une amorce de sentier, manifestement en cours de création (la Forge?), qui rejonctionne avec le "belvédère du diable". Le moins que l'on puisse dire c'est que le secteur n'est vraiment pas favorable à la présence d'exutoires fossiles...Passage à la Canalette, qui a vraiment un bon débit (pluies de la semaine). Alors que les exutoires ne ce sont pas remis en eaux. Au dessus de la "tour de Ginoles", je vais revoir l'entrée du C5, en bord Ouest d'une belle doline verticale. Qui il y a maintenant longtemps avait fait l'objet de séances de désob. musclées. Je ne comprend maintenant pas pourquoi, vue l'absence totale de ventilation! Au fond de la doline le départ bouché du C4 serait beaucoup plus intéressant....Sur cette zone les très fréquentes alternances marnes- calcaire sont impressionnantes...Ce transfert ultra rapide entre le poljé de Coudons et la Canalette est un vrai mystère dans des terrains pareils....TPES:3H
La Canalette

samedi 14 avril 2018

Incroyable mais vrai à Quirbajou

C'est l'histoire d'un monsieur se promenant dans les sous-bois à l'Ouest de Quirbajou lors de la dernière pluie.
Le ruisseau tout proche a débordé et inonde partiellement le fond de cette vallée habituellement sèche.
Soudain, alors qu'il passe à côté d'un bouquet de frênes, celui-ci se met à s'enfoncer brusquement dans le sol. La surprise est totale...un gouffre est en train de s'ouvrir !
Toute l'eau retenue dans le sous-bois se précipite dans l'abîme comme une baignoire dont on aurait retiré le bouchon.
Le gouffre s'élargit et s'approfondit en quelques instants, manquant d'engloutir le pauvre homme. Ce dernier, pris de peur, tente de s'échapper mais s'assomme quelques mètres plus loin sur un autre arbre.
Heureusement, le processus s'arrête à temps...

Une histoire incroyable ?
C'est aussi la première impression que nous avons lorsque le maire de la commune prend contact avec le club le lendemain, c'est à dire hier soir, pour que nous fassions un diagnostic sur le phénomène.
Nous constituons rapidement une brigade d'intervention dans le karst (BRIK, le nom plaira à notre constructeur de murettes), et nous prenons rendez-vous.
Nous sommes cinq ce samedi à l'entrée de Quirbajou (Jean-Luc, Julie, Henri, Seb, Laurent) pour être guidés jusqu'au trou par le témoin et le maire du village.

Seb s'en frotte déjà les mains...

On s'attendait à voir un banal soutirage, il n'en est rien : c'est une ouverture de 4X2m qui donne sur un volume plus large en dessous, entièrement dans la terre.
Sur la paroi, on peut admirer une superbe coupe stratigraphique des derniers millénaires de sédimentation de cette vallée, ce qui montre que c'est la première fois que le phénomène se produit.
La cime des frênes dépasse encore du trou.

Les racines maintiennent quelques cm de sol au dessus du vide

Equipement dans les arbres plus lointains puis descente.

Départ d'explo tout en prudence
 Le volume englouti est estimé entre 80 et 100 m3 de sédiments. Le fond est à 9m sur un palier encore non stabilisé. Nous resterons encordés en permanence .
Au fond deux parois apparaissent entre lesquelles un entonnoir semble donner vers la suite. Le problème c'est que rien ne tient. Nous creusons un moment mais il est impossible de stocker vu la pente et la nature du sol.
Il faudra laisser "travailler" ce gouffre naturellement pour espérer comprendre dans quel suite tout cela se jette. Il y a plus de 500m de dénivellation jusqu'à la vallée de l'Aude...
En attendant le trou va être clôturé par la commune.

Le palier avant l'entonnoir vu du haut
 Peu de première donc mais une véritable curiosité karstique que notre témoin avait une chance infime de pouvoir observer en direct. Sans compter que son propre poids aurait pu déclencher le soutirage, il aurait alors purement et simplement disparu !
Ah oui, j'oubliais le nom de notre homme : Mr Siffre....Ca ne s'invente pas...

Nous avons ensuite passé l'après-midi à la Vernouze pour continuer la désob : 2 mètres de gagnés dans le méandre, puis coude à gauche.
Le fond est bouché par les sédiments apportés par les crues, mais le méandre est haut de plus de deux mètres pour 20cm de large. Le courant d'air arrive du chenal de voûte en hauteur, il y a encore du boulot en perspective car pas de verticale en vue pour le moment.
TPST : 6h30


mardi 10 avril 2018

Vitesse record pour le premier traçage positif vers le Blau


Presque tout est dit dans le titre : les premiers résultats partiels du traçage commencé hier sont déjà tombés : l'éosine injectée à Coumeilles sort depuis le milieu d'après-midi au Blau comme le montre cette belle courbe :


 C'est le premier traçage qui ressort au Blau depuis le début des études hydros sur le plateau de Sault, et la vitesse se passe de commentaires : 200m/h !
On peut donc dire que cette opération est révolutionnaire...
La carte pour illustrer :


Avec ces chiffres, c'est une autoroute qui existe loin sous le massif (je cache ma joie). Bottes neuves et matos de bivouac à prévoir pour cet été...

lundi 9 avril 2018

Traçages Pays de Sault, deuxième session

Lundi 09 Avril 2018
Pertes de la Vernouze et de Coumeilles
Participants : Boris, Jérôme, Laurent + visite de Jean-Luc et Julie
TPES : 5h

La nature est bienveillante pour les hydros-spéléos ce printemps puisqu'une nouvelle fenêtre météo favorable s'est mise en place entre deux épisodes de pluies. Il est tombé environ 45mm Dimanche et cours d'eau et résurgences ont fortement réagi.

Après pas mal d'incertitudes finalement le protocole prioritaire est défini et le top départ est lancé ce lundi vers midi. Nous avons très peu de temps car la décrue est très rapide cette fois (plus de neige).
A 15h, 5kg de sufo sont injectés dans la perte de la Vernouze.

Injection; le débit est de 20 L/sec environ

Volutes esthétiques

Les derniers écoulements se perdent devant la cavité


L'eau durant la crue de la nuit s'est infiltrée sous la digue, la cavité a été décapée et nettoyée sans la moindre mise en charge. Il faudra prévoir une grille à fin maillage pour la suite.
Vidéo du site :


Ensuite direction Coumeilles; la perte est vraiment spectaculaire avec un débit de 300 l/sec mais qui a largement dépassé le mètre cube seconde dans la nuit. Aucun équivalent dans le département.
Le lien de ce site avec la genèse du  Blau et du Chandelier paraît très probable.
Nous injectons 6kg d'éosine.

Mélange

Injection

Vers l'inconnu



 Les résultats de ces deux traçages seront forcément inédits et sont attendus avec impatience...

Paysage reposant après l'action

dimanche 8 avril 2018





Samedi 7 avril 2018
Josep Herreria à Cibelle
comme en avril 2017, séance photo à Cibelle avec Josep Herrerias et quatre collègues spéléo de Barcelone. Ils n’ont pas hésité à faire un aller et retour depuis la capitale Catalane ce Week-end pour passer 5 heures à mitrailler la cavité. Josep est un inconditionnel et extraordinaire photographe spécialisé dans l’immortalisation des beautés souterraines. Il a parcouru toutes les plus belles cavités de France et de « Navarre ». Il viens d’ailleurs de sortir deux livres de 150 pages. Agréables et variés, il les a baptisé « Delicatessens » et « Sensations ». Ils sont de toute beauté et composés de ses plus belles réalisations. Il travaille actuellement à un troisième volume qui verra le jour prochainement.
 Connaissant la longueur des prises de vues, j’en ai profité pour fignoler un travail commencé l’an dernier. Pour rafraîchir l’air caniculaire qui pénètre dans la cavité pendant nos étés devenus torrides, j’ai construit un sas devant la porte d’entrée . Lors de l’été 2017, il a bien rempli sa fonction mais la construction n’était pas tout à fait étanche. J’ai donc coulé une dalle ciment sur le dessus en remplacement de dalles en pierres. 
 André Rieussec s’est joint aussi à nous et a effectué des mesures de t° et d’hygrométrie. Celles-ci, renouvelées cet été, nous permettrons de quantifier l’impact au fond de la grotte des variations climatiques. Peut-être une explication à la lente détérioration d’une partie des aragonites. Un prélèvement va être amené par André à Moulis à des fins d’analyses pour contrôler la présence ou non de bactéries.
Dans le gour d’entrée, nous avons constaté pour la première fois la présence d’une petite bestiole d’un centimètre environ. Elle était en train de dévorer un de ses congénères. Peut-être un rituel de la femelle après accouplement comme certaines autre variétés d’insectes ? La nourriture doit quand même être rare et précieuse en ces lieux...
                                
                                                                   c'est quoi ?

congrès régional spéléo occitanie Nant aveyron

Samedi ,en Aveyron au congrès régional
Visite des stands matériel,expositions photos et stand livres.
Rencontres , retrouvailles,discussion...
Un peu de tourisme géologique au chaos de Montpellier.
Après l apéro , débute la soirée festive .


samedi 7 avril 2018

Trou en bord 613
Samedi 7 Avril 2018 l'après-midi: Prospection amont massif de Ginoles.
Trou du poljé
Pour une fois sans Aza, qui la veille était revenue...couverte de tiques!
Trou a ciel ouvert
Descente de la vallée temporaire au Nord-Est de Coudons. A priori zone d'infiltration favorable à des entrées. Et bien non, même les zones en beaux calcaire sont bouchées au delà du raisonnable...Je retrouve quand même le PY5 sous la D613. Superbissime porche bouché que je viendrais bien désobstruer....si je trouve un ou des volontaires. Le trou du secteur le plus intéressant est....hélas le petit départ en bord de route non loin en aval du point 836. Très délicat à ouvrir sur un domaine qui relève de l'administration des routes. Pourtant en stockant les remblais juste au dessus en sous bois, ça ne nuirait ni à la s
le PY5
écurité de la route, ni a l'écoulement des eaux du caniveau....Passage dans le superbe lapiaz à l'ouest du point 836. Avec un effondrement, trou à ciel ouvert, qui témoigne d'une belle karstification. Ce massif me fait penser a celui de Missègre en matière de comblements. Le moindre semblant de trou doit être pris au sérieux même s'il est bouché. En matière d'épineux aussi!
Pour finir descente à l'entrée du trou du poljé de Coudons. Je n'ai aucun doute que l'entrée de ce réseau révélé par la coloration soit là! Excellentissime ventilations aux deux entrées. Celle de droite ne fait que souffler un sef froid, alors que celle de gauche fonctionne en courant d'air de volume. A revoir absolument. Avis aux amateurs.TPES:3H
Un gabarit étroitures!
Les touriste Belges sont de retour!!

vendredi 6 avril 2018

Ca creuse bien dans l'Albien

Vendredi 06 Avril 2018
Perte de la Vernouze
Participants : Jean-Luc, Henri, Gaëtan, Laurent
TPST : 7h

On est de retour à la perte pour une deuxième séance. Nous sommes cette fois accompagnés de Gaëtan, un des pionniers de Vignevieille et actuel président du club de "La Cordée". Jean-Luc découvre également le site avec enthousiasme.
La perte coule encore pas mal (6 à 7 l/sec environ) et la météo est de notre côté. On décaisse terre et blocs le matin puis nous devons passer à une méthode de désobstruction plus lourde.
Il faut un peu de temps pour apprivoiser les réactions de cette roche dans laquelle nous n'avons jamais travaillé auparavant, mais on s'adapte vite...

Mais qu'est-ce qu'ils peuvent bien fabriquer là-dedans ?
 Avant d'avoir eu besoin de finir l'élargissement du méandre tout droit, un trou s'ouvre subitement dans le bas du conduit. Dessous c'est pénétrable...
Passage vers le ressaut
Un ressaut de 4 à 5m se présente et se franchit en désescalade. En bas on est debout, le sol est plat. Tout est nettoyé par le passage de l'eau, aucun signe de mise en charge. La suite est évidente, un beau méandre haut d'un mètre cinquante mais encore impénétrable, avec le courant d'air.
On pourrait presque se croire dans du calcaire au niveau des formes...
Il y a du boulot pour atteindre un coude à 90° un peu plus loin. On a démarré les hostilités mais il faudra revenir, bien sûr...
La suite...on devine le virage au fond

La digue prend forme...Jean-Luc est passé par là...

dimanche 1 avril 2018

De mieux en mieux

Dimanche 01 Avril 2018
Perte de la Vernouze

Participants : Henri, Laurent
TPST : 6H30

Sans laisser refroidir après les traçages, nous sommes allés voir ce que le trou souffleur récemment découvert avait dans le ventre.
Pour planter le cadre, il s'agit d'une vaste dépression presque invisible qui draine une vallée et un ruisseau non cartographiés; ruisseau qui se perd brutalement dans un secteur du plateau de Sault non calcaire.
Quand on sait qu'on est le 1er Avril, ça doit laisser songeur...
Pourtant en regardant les choses sous un autre angle et en l'état actuel des connaissances, nous sommes théoriquement à l'aplomb du collecteur venant de Camurac et aboutissant à Font Maure (24 km à vol d'oiseau et 5m3/sec de débit à la source en ce moment). Nous sommes également proches de la vallée fossile menant au Blau (beaucoup plus près que Font Maure), donc sur une entrée haute potentielle du Chandelier, et accessoirement sur le cours du paléo-Rébenty qui a laissé trainer là ses alluvions. Un genre de point-clé dans l'hydrogéologie passée et actuelle du massif, qu'aucune interprétation sérieuse ne solutionne à ce jour.
Ca, ça laisse encore plus songeur...

Mais assez de réflexions, pour l'instant on casse du caillou et on creuse de la terre...
Résumé en images :

Début de chantier après débroussaillage à la pioche

La perte avale encore 15 à 20 l/sec

Vue du chantier depuis la perte active

Le travail avance

La roche encaissante, les marnes de l'Albien, ici karstifiées contre toute attente

Un filon insoluble très dense remonté de la cavité

L'état du chantier en fin d'après-midi; la digue servira à protéger en cas de forte crue

Bilan : malgré la faible amplitude thermique et la quantité d'eau avalée, courant d'air aspirant ++ à la mi-journée, moins fort vers 17h.
Un chenal de voûte de méandre en hauteur sauve la cavité de l'obstruction totale et canalise l'air. Bon espoir d'élargissement quelques mètres devant même s'il reste pas mal de boulot.

La découverte de ce point faible dans la cuirasse terreuse du plateau est le point d'orgue d'une semaine intense en émotions et riche de nouvelles avancées dans les connaissances du massif.

samedi 31 mars 2018

le trou de l'oliveraie
Samedi 31 Mars 2018: Constatation et prospection.
Ginoles village
En fin de matinée avec Raymond, passage à Font Maure qui crache toujours un très beaux vert spectaculaire....ça laisse rêveur quand on imagine le trajet parcouru...
le CA7
L'après-midi après un semblant d'accalmie météo, prospection avec Aza en amont des exutoire de Ginoles.
L'éxutoire principal.
4 jours après les avoir vu couler, le niveau est descendu de plusieurs mètres sous les entrées. Alors que la source principale crache encore pas mal. Preuve, s'il en est de l'intérêt de ces exutoires...
Prospection minutieuse sur le calcaire rive gauche, qui dans le genre bouché ce pose un peu là.
Près du contact marneux et à 50m de dénivelé du lit du ruisseau, découverte d'un beaux porche colmaté par la terre. Début de décaissage. ça a l'air ultra colmaté, mais au vue des très belles formes de creusement, une séance de plus serait à tenter. Passage au CA7, découvert il y a quelques années: puits étroit de belle facture, mais qui à l'air colmaté...Ce n'est pas gagné dans la zone aval!
Cet été, le projet de pompage de l'éxutoire principal serait le plus réaliste. A condition d'avoir une pompe...TPES:4H.
Vendredi 30 mars 2018
participants : D MAS et D CONSTANS.
TPST : 3h ; Gratouillage / Libellé : Trou de la Barre Trassanel

Creusement dans le trou de la barre pour essayer de travailler confortablement au fond.
Les blaireaux vont être fier de nous, leur logis va devenir spacieux...
Il semble aussi que les puces sont de sorties.

https://youtu.be/I0UkhPc4NaU

La prochaine sortie devrait nous permettre d'attaquer le fond du trou pour savoir s'il y a ou pas vraiment un intérêt.

L'origine du Blau reste mystérieuse

Samedi 31 Mars 2018
Suite des résultats du traçage plateau de Sault

On s'en doutait fortement depuis deux ou trois jours, eh bien c'est confirmé : la perte du Rébounédou ne participe pas à l'alimentation du Blau.
La coloration verte est réapparue à Font Maure depuis hier, elle est visible à l'oeil nu ce matin.



Il y a d'autres sorties d'eau en amont de l'émergence au niveau de l'Aude
Il semble que le chemin emprunté par l'eau soit le même qu'en moyennes eaux car les caractéristiques de restitution se ressemblent (forte dilution, zone tampon). Toutefois la vitesse est bien plus élevée, supérieure à 100m/h linéaires, car le fort débit booste le renouvellement dans les drains.

Du coup, le mystère de l'origine du Blau s'épaissit car il faut bien lui trouver un bassin versant en relation avec son débit, vers l'Ouest et le Sud-Ouest. De nouvelles investigations seront nécessaires...
Le trajet de la fluo sur la carte ci dessous :


mardi 27 mars 2018

Mardi 27 Mars 2018 en fin d'après-midi: virée à Ginoles.
Au vue du résultat étonnant de la coloration du poljé de Coudons, qui est sortis à une vitesse record à la source de la Canalette....Je reprend contact avec mon ancien compagnon d'aventure sur le massif, Raymond Pradelle. Environ 17H après le premier signal donné par le préleveur, la veille dans la nuit.
Le trop plein le plus actif.
Laurent le matin même avait de visu constaté une belle couleur rosé (voir son CR). L'eau est bel et bien toujours rosâtre, surtout dans les exutoires amont. Au point que le fils de Raymond, qui travaille à la mairie s'en était aussi rendu compte dans la journée....
La sulforodamine est bien là!
C'est avec émotion que nous voyons toutes cette eaux...nous qui avons pendant une bonne dizaine d'année fait des hypothèses, prospecté le moindre recoin, fait des désobstruction mémorables....et quelques petites premières. Sur ce que nous appelions le "massif de Ginoles". Par distinction avec le "massif de Quillan", comprenant plutôt l'unité calcaire plus au Sud et aboutissant à la Pierre lys.
Raymond devant la source de Canalette.
Raymond qui avait débranché depuis longtemps n'a pas perdu de sa curiosité. Et un tel résultat ne peux que relancer les désirs de recherches! Par contre il semblerait que les cavités explorées à l'époque et toutes fossiles, ne soient pas situer dans la même couche que celle contenant cette rivière souterraine....ça expliquerait nos déception à répétition....Les environs immédiats des exutoires demanderons à être reprostecté. Mais surtout le pourtour du poljé de Coudons. Et évidemment le trou dit du poljé de Coudons. Ou des combats épiques armés de pieds droits à l'assaut de trémies en lévitation....nous avaient donné quelques sueurs froides!Un mystère ce trou, souvent bien ventilé à l'entrée. Puis au fur et à mesure de la descente....de moins en moins aéré! Tiens ça me rappelle un CR d'un CLUB que l'on connaît bien! Serais ce une constante des ventilation sous le plateau? Je pense surtout que nous y avons...loupé un passage! Un trou idéalement placé (voire spectaculairement placé!) comme ça , ne peux pas...rien donner!Coup d'oeil à Font Maure, au cas ou...Chez Raymond nous fêtons le succès de la coloration.
Pas de sortie de colorant à Font Maure.
TPES:2H