dimanche 18 novembre 2018

Fenêtre météo providentielle au fond du Chandelier

Samedi 17 Novembre 2018
Trou du Chandelier
Participants SCA : Dom, Seb, Henri, Laurent
SCM : Annick et Guillaume
GPS : Jean-Michel
+ une très grosse équipe SSP +Troglos en classique dans les réseaux I et II ( Papy, Nadège, Nico, Léa, Anthony, Guillaume (le pompier), Romain, André (bobo), Lionel, Chantal, Marc, Rémy, Arthur, Clélia)
TPST : 12H30 pour l'équipe de pointe

Malgré les manifs sur la route, tout le monde est à l'heure au rdv (certains sont partis très très tôt). Nous nous séparons en plusieurs groupes pour éviter les bouchons dans les puits. Dans le réseau I, l'eau est montée modérément mais est bien redescendue car il n'a pas plu depuis un mois. Malgré tout, dans les zones où l'épaisseur de calcaire est moindre, l'eau est parvenue au collecteur et les vasques remplies.
On passe quand même sans trop de problèmes (eau aux genoux).

Les réseaux II et III sont secs comme en été. On arrive au terminus du III et là, surprise, le passage est plein d'eau. On avait prévu le coup et le gros perfo entre en action pour éliminer la voûte et combler la fosse.
Travail rondement mené en deux heures, deux salves et une paille. On finit par passer à l'horizontale et à presque à sec. Coup de bol, le pseudo-siphon plus loin est vide (allez comprendre...).
Nouvelle salve dans ce dernier pendant que Seb et Henri partent en avant équiper les passages faits en libre la dernière fois.

Enfin nous partons pour le fond

Progression dans le IV

Joli coin

Arrivée dans le fossile sec au dessus du méandre. Pendant que les cordes sont mise en place, on crapahute un peu dans le coin et trouvons un départ d'affluent grâce au phare de plongée de Guilaume.

Dans le fossile aval galerie du loir

Départ d'affluent en hauteur

Jean-Michel l'atteint un peu plus tard et fait une centaine de mètres de première à plat, arrêt sur rétrécissement mais ça continue. Guillaume tombe sur un loir endormi dans une marmite, prouvant que malgré l'éloignement de la surface il existe un passage quelque part.

Le fameux loir en hibernation dans une marmite
Après l'équipement de la première main courante, Henri et Seb vont équiper la suivante pendant qu'avec Guillaume et Jean-Michel on continue à crapahuter un peu partout.

Ancien terminus (cairn)

Suite du fossile

2,5m de remplissage de petits galets scellés par un plancher de calcite puis soutirés

Suite de la galerie. Le vide sous la coulée correspond au remplissage soutiré vers l'inférieur
 Prospection dans un départ vers l'inférieur. Il y a un bon courant d'air soufflant dans la lucarne entre deux ressauts. Ce secteur est en tête de liste si on veut trouver le Blau actif qui doit circuler plus bas. Il y a des blocs à enlever au fond pour poursuivre, beaucoup d'eau est passée par là et également beaucoup de remplissages ont été engloutis depuis la galerie fossile.

Equipement de la deuxième main courante
La main courante étant équipée, nous poursuivons l'exploration de la galerie fossile. Après une centaine de mètres on tombe dans un bel élargissement suivi d'un ressaut remontant à escalader.
Le temps de cette dernière, nouvelle prospection et nouvelles découvertes :
En suivant une galerie annexe vue à l'aller, il s'avère que c'est un autre aval fossile. La conduite forçée fait deux virages et je tombe sur un départ de puits. Environ 12 mètres en cloche à vue de pif, en bas ça semble se rétrécir mais il y a pas mal de résonance arrivant de plus loin. Retour vers les autres pour faire passer l'info.
En fouillant la salle,je tombe sur un squelette en partie dégagé du remplissage. On dirait une chauve souris mais vraiment balèze. On voit que c'est ancien, l'envergure potentielle et la taille du gros os au milieu interpelle. Je ferai suivre aux naturalistes...


Squelette de ???


Remplissage soutiré genre "demoiselles coiffées" des Hautes Alpes en miniature
Pas très loin, nouvelle trouvaille, un gros os indéterminé ancien sorti des galets. Il y a probablement une relation avec d'anciennes pertes.

Os fossilisé
Vers le haut il y a aussi des choses, en plus de l'énorme cheminée d'au moins 40m au dessus de la main courante, on en trouve à présent une autre très esthétique d'une trentaine de mètres par où sont peut-être arrivées certaines bestioles.

On aimerait bien arriver par là un jour...
L'explo se poursuit au sommet du ressaut mais un peu plus loin les remplissages caillouteux rejoignent la voûte de la galerie. A revoir car c'est à présent la nuit dehors et donc pas la bonne heure pour pister un éventuel courant d'air.

Arrivée de comblements dans le fossile
Au final 300m environ de plus au compteur et on quitte le conduit unique pour une belle complexification du réseau sous le synclinal. Les conduits descendants prévus par la géole sont bien au rendez-vous. Pas moins de 5 suites potentielles sans compter les cheminées, il y aura du pain sur la planche l'année prochaine pour dénouer tout ça avec l'aide de la topo.

Le retour paraît vraiment très long à présent. Certainement parce qu'il l'est, très long....
Sortie assez groupée vers 22h30 après quelques chutes dans la flotte...

34 commentaires:

dominique poulain a dit…

un an d exploration...des perspectives pour l année prochaine quoi demander de plus.
une belle aventure !

riton a dit…

Je confirme et Jean Michel, je pense aussi, que...le retour est très long!Objectifs prioritaires maintenant: les Salamandres et la conduite forcée. Laurent arriverais tu a estimer la lacune entre la main courante et l'entrée des Salamandres?

laurent a dit…

150m de la surface (Salamandres) à la galerie fossile, 110m si on compte la cheminée.

SUBIAS a dit…

encore une belle explo et d'énormes potentialités...
Combien de temps pour aller au fond? 4H?
On s'est quand même un peu inquiétés avec LN suite aux alertes annoncées par Météo France et les 150 mm annoncés sur les Corbières...
Est-ce qu'on sait évaluer les passages qui pourraient siphonner en cas de fortes pluies?
Bravo à tous. J'espère bien être des vôtres la prochaine fois.
Christophe (Subsub)

subias a dit…

et moi aussi
bravo à tous
LN

Gounel a dit…

Super! Ça fait rêver. A la prochaine. MN

masdan a dit…

Pour le proche avenir, ça sent le bivouac, mais faudra aussi prévoir cordes et équipements.... pour ne pas ralentir la progression... ♪♫♪.

Etienne a dit…

Que l'aventure continue !

Thierry Bonnel a dit…

Bravo et super compte rendu tout en photo en plus..
Finalement 110m de calcaire à traverser c'est pas mission impossible d'autant plus que tout ces ossements sont de très bon signes révélateurs..la chauve souris paraît être une mutante vu sa taille !

JPP a dit…

Pour le squelette, je pense qu'Evelyne Crégut serait de bon conseil. Je lui envoie un mail pour qu'elle consulte le blog.

Evelyne Crégut a dit…

Bonjour,

Jean-Pierre a demandé mon avis sur le squelette trouvé au Chandelier. C'est un squelette d'oiseau. Malheureusement je n'ai pas les compétences pour déterminer l'espèce. Je vais transmettre laphoto aux collègues qui travaille sur l'avifaune.

Evelyne Crégut

masdan a dit…

C'est la puissance de l'éclairage qui blanchit les parois ,ou vous avez changé de terrain ?

laurent a dit…

Merci Evelyne et Jean-Pierre pour cette info très intéressante et pour le moins surprenante vu l'endroit ! Ceci ouvre des perspectives. L'oiseau n'ayant pas fait des kilomètres de méandre, une relation assez simple avec la surface est désormais prouvée.
Concernant l'éclairage, c'est les deux. On a changé de terrain depuis le milieu du réseau III (barrémien à teinte plus claire), mais c'est surtout la lampe led à 9000 lumens de Guillaume qui a permis les photos.
Pour les zones à risque en cas de (très)forte crue, elles sont ponctuelles et bien identifiées (ex-boîte aux lettres dans le I, dans le II tout est shuntable, aucun risque dans le III, il reste le pseudo-siphon en passant vers le IV et le boyau de 15m dans la galerie annexe. Samedi on ne risquait rien en flux d'Est la pluie ne franchit que très faiblement la vallée de l'Aude.

masdan a dit…

Quand je pense que j'ai une lampe à 21 000lumens, batterie déportée 600 à 800g, carter alu pour dissiper la chaleur !!!! Vivement que je trouve une immense grotte horizontale près d'une route.... Je pense même pouvoir faire chauffer le café avec... Acheté en chine pour la modique somme de 45 euros... L'interclub: super!

Thierry Bonnel a dit…

La relation la plus simple serait une perte fossile de grande ampleur d'où le transfert de l'oiseau à une époque où celle-ci était active ou un P110 direct jusqu'à la surface.

riton a dit…

La perte Thierry, c'est celle au bout du talweg marneux...sous les salamandres! Ne cherche pas plus loin!Il y avait peut étre un gros trou, comblé par la suite...Il faudrait ramener le squelette pour le faire dater.

Etienne a dit…

En connexion anatomique, faut voir ce qu'il y autour et dans le remplissage, mais je verrai plutôt un oiseau rupicole qui s'est loupé... Fermeture brutale, prédation...
C'est dans le quartier du loir ?

laurent a dit…

Tu veux dire par là que ce pauvre piaf était à la rue et porté sur la picole ?

Pas étonnant qu'il soit tombé dans un gouffre...

riton a dit…

Il n'y avait pas une photo de tout le groupe au parking?

Stoche a dit…

Peut-être un guacharo ? Oiseau cavernicole qui tentait la traversée Chandelier/Salamandre.
Ou alors la proie d'un prédateur type martre ou fouine ? Ces animaux, de même que les loirs, peuvent aller très loin sous terre. Ce ne serait pas également impossible de trouver des ossements d'animaux domestiques (chevaux, vaches, moutons, etc...) et des restes anthropiques (tessons, objets métalliques,...). Ouvrez les yeux.

masdan a dit…

L'oiseau a du mourir en surface ,puis être amené par l'eau d'une perte. Au trou des mages j'avais trouvé un pigeon entier avec ses pûmes C'était , en bout de bras par l'arrivée d'une perte du ruisseau.Comme j'ai beaucoup d'imagination j'ai appelé ça l'affluent du pigeon... Par contre le Loir est bien descendu, mais on sait qu'on en trouve assez profond, et d'ailleurs ils finissent souvent par y rester,L'étable à -100 ou 120; et le magnifique aven du roc d'Agnel vers -100....

riton a dit…

Sympa ces animaux...vivants ou morts...ils nous signalent les entrées hautes!

masdan a dit…

Comment sait on si un os est fossilisé....Ding ding ding ding dang dond:mettre sa langue au contact du nonos ..si vous aves l'impression de mettre vôtre langue sur du buvard...::: Bingo, il est fossilisé...

jean michel a dit…

Au delà du puits de 12m, le méandre continu sur une cinquantaine de mètres et l'on tombe sur une cheminée déclive assez étroite pour être facilement remontée en escalade.
Grosse résonance, c'est une voie facile pour accéder à un niveau supérieur.
Ensuite le méandre devient plus étroit et je n'ai pas insisté.

Gardèch'ti a dit…

A Masdam. 21000 lumens: on ne te demande pas d'éclairer la lune !
A Thierry. Avant d'avoir lu ton commentaire, j'avais pensé à un corvidé style corneille et une ouverture en surface suffisamment grande pour en attirer. Près de la Cigalère, à l'aven des Cigales, j'en avais trouvé une entière vers -50 dans une grande salle où elle n'avait pu atterrir à l'endroit où elle était qu'en volant.
Je vous souhaite de trouver son cheminement et pousser encore plus loin et aisément votre superbe et exaltante aventure.
Patrick SOETENS.

riton a dit…

Salut Patrick.
ça fait des lustres!

Thierry Bonnel a dit…

Salut Patrick. L'idée de la corneille est bien pensée surtout que pas très loin se trouve le gouffre du corbeau à l'entrée démesurée où les oiseaux pouvaient effectivement s'abriter à l'occasion d'où l'origine du nom peut-être ...

laurent a dit…

Pour info les avis de deux spécialistes contactés et ne se connaissant pas convergent pour l'hypothèse du corvidé. C'est donc le plus vraisemblable.
Pour Patrick l'étoile de mer, une petite visite dans l'Aude prochainement ?

masdan a dit…

Patrick, bien que tu dises le contraire, c'est toi qui cherchais, non sans beaucoup de mérites ,un verre de lunette tombé au fond de l'eldorado touristique de la grotte de Vignevieille...Oui , oui, je me souviens très bien de ta voix.... D'ailleurs j'ai retrouvé ce verre...mais depuis, où l'ai je mis....?

masdan a dit…

https://crei.ffspeleo.fr/Telechargement/CREI_essentiel_topo.pdf?fbclid=IwAR1rK8oTUfoC__AZsJ6B-IeLNBQ9mjvTlzJ5_jhm33If_9JREfH0JJpBGkE

Le Long a dit…

Salut, on a fait que le I et le II il me semble mais ça en jette !! Y a que la bougnaffle qui dénote, dommage. Dans un petit bout de supérieur sur la gauche dans le II, les gours sont totalement noir, c'est du manganèse ?
Le prochain coup j'espère venir avec vous au fond !
Nico

Gardèch'ti a dit…

Salut Henri, salut Laurent.*
Ce n'est pas l'envie qui me manque de faire un saut dans les Corbières, mais j'ai actuellement assez à faire dans notre cavité de Barjac !
Daniel, ce n'était pas mon verre mais celui d'un de la Cordée.
Patrick.

masdan a dit…

Elle est magnifique vôtre cavité avec puits et continuations, oui, j'ai mes oreilles mais on m'a dit: chuuuuut...Comme quoi on a des copains communs.... Moi, je vais vers tharaux parfois, chuuut...

masdan a dit…

Par contre pour le courant d'air...sujet à cautions... ♪♫♪.
Et puis c'est plus en Ardèche que dans le Gard....