dimanche 13 mai 2018

Hautes eaux au Chandelier : ça baigne mais ça passe !

Samedi 12 Mai 2018
Trou du Chandelier
Participants : Denis, Henri, Dom, Seb, Laurent
TPST : 9h

On était impatients de voir ça depuis l'automne dernier, et nous voici en néoprène au beau milieu du sentier cathare pour descendre affronter la température de l'eau souterraine. Dans le kit j'ai pris de quoi faire quelques images pour immortaliser l'évènement; et Seb est équipé pour la vidéo...

La mise à l'eau nous rafraichit bien de la descente des puits, et bien vite nous avons l'impression de parcourir une cavité inconnue.


Dans la première partie du réseau, l'eau est omniprésente ce qui donne une super ambiance; plusieurs centaines de mètres de biefs séparés de rares zones plus sèches. Les néop en 5mm sont très bien adaptées, on a pas froid du tout et du coup ça déconne un max. Des gamins, quoi...


La boîte aux lettres passe sans problème, comme en été. Pourtant le Blau coule toujours. De bonne augure, d'autant que le courant d'air est présent.
On parvient à la fin du premier kilomètre dans le même timing que lorsque la cavité est sèche : on a gagné du temps sur les mains courantes et les passages sup que nous avons pu shunter par le bas.

Dans la deuxième partie, peu de changements pour commencer. Sauf que les signes de la crue de Février sont bien visibles au sol : traces effacées, apports de sable là où il n'y en avait pas : il semble que la rivière fossile puisse encore renaître de temps en temps. Mais d'où est arrivée cette crue alors que plus loin dans le réseau tout est calcité au sol ?

Comme au premier jour dans la rivière (presque) fossile...mais en néop !

Arrive la zone critique où nous pensions possible la mise en eau de grands gours. Et c'est le cas...
Impossible de quitter les combis plongée bien longtemps, au final on les gardera durant toute la sortie.
Un des passages laisse à peine passer la tête sans casque, alors qu'au dessus le plafond est à 15m.
Impossible de prendre des photos mais Seb avec sa caméra étanche immortalisera l'instant, après quelques élargissements à la clé de 13...

Dans la suite, zones sèches et aquatiques continuent à alterner.

Attention il y a un trou !
Nous arrivons dans les zones plus grandes de la deuxième partie du parcours. On suit toujours les traces de la crue quinquennale au sol car du matériel de balisage laissé par terre est retrouvé dispersé plus en aval.

Toujours en extase devant la beauté de ce canyon

Après une dernière vasque, enfin arrive la solution au problème : la crue est arrivée par le réseau inférieur semi-actif que j'avais exploré l'été dernier. Une mise en charge par le bas, à une altitude supérieure à 700m, c'est le drain le plus élevé jamais reconnu sous le plateau de Sault, 70 à 80m plus haut que la source du Blau !
Reste à savoir s'il s'agit d'une diffluence de ce dernier ou un système indépendant, mais c'est en tout cas très intéressant sur le plan hydro...

Nous arrivons un peu plus loin dans la grande galerie à la fin de la deuxième partie du réseau. Il aura fallu trois heures de progression pure pour y parvenir.


Ici c'est vraiment fossile. Nous repérons le passage qui devrait permettre de court-circuiter par le bas l'énorme coulée qui signe le début de la troisième partie. Ce sera le prochain objectif prioritaire qui devrait faire gagner 1/2 heure pour aller plus loin.

Nous sortons sans encombres vers 19h mais avec des images plein les yeux. Dehors il tombe des trombes d'eau. Encore...
Une nouvelle crue du Blau est dans les tuyaux....pourvu que ce soit la dernière de ce printemps !

9 commentaires:

masdan a dit…

C'est vraiment un trou unique pour le département, et...ça continue, Yeap...

riton a dit…

Magnifique sortie. Mais maintenant ce pose le problème de l'explo et de toute la logiste matos qu'elle éxige avec des hauteurs d'eaux qui n'ont pas du exister les années précédentes!Impossible de faire des escalades en néoprène!

masdan a dit…

Henri, de l'au jusqu'au cou, avec le sourire ? , je n'aurais jamais cru!

dominique poulain a dit…

splendide sortie,de beaux souvenirs en perspective ,une très bonne humeur ,une très bonne cohésion dans l équipe.
il va falloir organiser la suite dans l ogre...

Denis a dit…

Un vrai canyoning souterrain ! Moins de mains courantes, mais la progression en combi est éprouvante dès qu'on sort de l'eau. La grotte est toujours aussi belle, on découvre à chaque fois quelque chose.

Thierry Bonnel a dit…

Vous me faites rêver...!j'aurais bien aimé faire la baignade avec vous mais pour l'instant pas de néoprene et au vu des conditions météo les niveaux d'eaux resteront d'actualités un bon moment....

riton a dit…

Les inventeurs du néoprène sont des génie!J'aie eu plus froid en faisant le modeste canyon de Galamus!

dominique poulain a dit…

une pensée à jean luc qui a raté ce grand moment aquatique .
bon rétablissement.

riton a dit…

Effectivement, grand regret de l'absence de Jean Luc.
Mais je pense qu'il seras avec nous pour la première...vu les intempéries qui n'arrétent pas de dégringoler!