lundi 28 novembre 2022

Escalades, piscines et courants d'air mystérieux

Dimanche 27/11/22

Vieux Lion/Chandelier

Participants : Félix, Etienne, Laurent

TPST : 8h

Les premières vraies pluies de la saison ont copieusement arrosé le massif durant la semaine. Etienne me propose d'aller tenter, par le Chandelier cette fois, une belle escalade évidente au début du réseau II avant que tous les bassins nous obligent à la néoprène pour le reste de l'hiver.
On est 3, chiffre idéal pour l'escalade, donc banco !

Arrivés à l'entrée, malgré le froid matinal, on constate que le trou souffle un fort courant d'air chaud. Incompréhensible pour une entrée basse bien affirmée de massif !
J'avais déjà observé une fois ce phénomène, pendant une forte crue, et bien avant que nous ayons relié le Chandelier avec la haute surface du plateau de Sault.

Cette fois c'est différent, le Blau s'est remis à couler mais à peine, et on sait qu'il n'y a aucun obstacle au courant d'air thermique habituel. On aurait dû se méfier...

Après quelques centaines de mètres de progression, on commence à trouver des grands bassins en eau. Nous utilisons tous les moyens, y compris la technique de Tarzan avec jeté de corde sur amarrage naturel, pour tenter de ne pas se mouiller pour le reste de la journée.
Heureusement la zone médiane du réseau I, où la hauteur d'eau dépasse 2m en hautes eaux, n'est pas encore pleine.

Par contre, plus loin, ça coule de partout et tout est en train de se remplir par une multitude d'actifs. Le courant d'air soufflant est encore présent à la chatière de la Murène, où un ruisseau coule. nous en déduisons que le souffle est provoqué par l'air chassé des réseaux inférieurs inconnus, suffisamment fortement pour contrarier un thermique, et doit provenir de cette fameuse jonction que nous cherchons depuis longtemps.

Plus loin tout est presque plein et nous maudissons les "mains courantes", qu'on devrait plutôt appeler les "culs trempés" bien trop basses. Certaines sont retendues mais d'autres devront être rééquipées.


Modification de main courante au-dessus des bassins

Par miracle, nous arrivons à la boite aux lettres sans être mouillés. Et là patatras, on se rend compte qu'on s'est cassé la tête pour rien : c'est tellement plein qu'il faut obligatoirement passer dans l'eau. De plus il n'y a presque pas de courant d'air dans le passage, ce qui semble confirmer qu'il existe bien une arrivée d'air des inférieurs dans le tronçon Murène - boite aux lettres (voir post sur les expériences aérologiques de cet été).

Instants d'hésitation, puis on se lance...
Nous arrivons au pied de l'escalade vers midi et Etienne, pour qui l'escalade est une seconde nature, entre en action telle une araignée.

Préparatifs

C'est parti...


Ca a une gueule terrible de galerie fossile et on a du mal à se croire dans l'Aude tellement c'est grand. Etienne s'élève de 30 m pour arriver dans un volume sans suite. Il s'agit d'une coupole décomprimée située sur un croisement de faille. Dommage mais il fallait aller voir...

Le plan de faille à l'origine du volume décomprimé est bien visible au premier tiers de la photo en partant de la gauche

Pendant ce temps on s'est bien caillé à l'assurance avec Félix. La tisane chaude est d'un grand réconfort.

Il nous reste du temps et nous repérons plusieurs passages qu'il faudra vérifier plus tard. Nous consacrons le reste de l'après-midi à chercher tous les points faibles entre la boite aux lettres et la Murène.

Plusieurs petites escalades ne permettent pas de retrouver le courant d'air. On se rendra finalement compte au retour que ce dernier s'est presque arrêté pendant l'après-midi, pas de bol !
le jeu de cache-cache devra reprendre avec des conditions plus stables...

A noter la découverte d'un site supérieur avec suies fossilisées dans la calcite et traces d'occupations ancestrales de chauve souris (signes de bio-corrosion et de guano dégradé). Quelques actuelles également (un grand murin tout seul dans les voûtes et un peu de guano frais). Elles ont pu arriver par les grandes cheminées inexplorées au début du réseau II.

La brèche-limite, niveau géologique repère dans toutes les Pyrénées

Film de bio-corrosion ancienne

Guano récent

Suies fossilisées découvertes dans un niveau supérieur du réseau I

Sortie sans encombres à 18h30, avec un courant d'air presque nul à l'entrée. Les vêtements secs sont un régal après cette journée caloriphage.

La suite des recherches devra se faire pour les prochains mois dans les zones fossiles...

mercredi 23 novembre 2022

Dimanche 20 Novembre 2022

participants : Groupe

Grotte de la COUROUNELLE dans l'HERAULT


Journée de perfectionnement sur corde pour les nouveaux du club et visite de la grotte de la COUROUNELLE (HERAULT).

Rivière a sec.

Curiosité dans la grotte, des pousses de plantes a plus de 100 mètres de l'entrée...




lundi 21 novembre 2022

classique

Sortie classique à la Courounelle 

Avec dom, Daniel, David, Prescilia,Gilles, Éléanor, Félix,Steve
 
Arrivé sur place vers 10h30 on commence directement à équiper les deux voix et faire faire quelques descentes et remonter à nos jeunes recrues 
à midi casse-croûte au soleil
Après manger certains font encore un peu de cordes pendant que d'autres vont visiter l'amont et Félix qui commence à équiper un nouvel atelier (équipement qui sera terminé à la prochaine sortie) et bien sûr nous allons tous visiter Laval il y a quelques cuvettes d'eau mais ça reste relativement sec
Malheureusement nous n'avons pas beaucoup de photos il faudra regarder la chaîne Youtube de Daniel qui comme d'habitude nous fait des belles vidéos
Nous ressortons vers 17h

dimanche 20 novembre 2022

Aval(e) du sable encore

Dimanche 20/11/22

Vieux Lion/chandelier

Participants : Etienne, Laurent

TPST : 8h

 

Sortie en binôme pour aller tester l'aval de l'affluent du sable avant les pluies. Nous nous étions arrêtés après un ensablage gravitaire en règle pendant la désob, dans un conduit remontant plein à bloc.

Le réseau commence à se remettre en eau, pas mal de pissettes à la descente qu'on avait pas vues depuis longtemps.
Quelques chauve-souris ont décidé de passer l'hiver au Vieux Lion. Elles ont choisi des endroits insolites...


Chiroptère ayant décidé de sécher tout l'hiver sur un fil à linge souterrain (balisage)

A deux c'est mieux...

Arrivée sur le site de travail du jour, pour constater qu'il y a eu un gros affaissement de sable : le conduit creusé la dernière fois est tout plein à nouveau et déborde vers l'amont. Autrement dit, on l'a échappé belle...

On se motive pour recreuser pour la deuxième fois le même passage.

Reprise du chantier là où nous l'avions laissé

Les gamattes s'enchainent à un bon rythme, mais à deux c'est franchement rude pour aller stocker. Après plus de 5h de boulot, crampes et courbatures s'invitent dans la partie, et de plus le barrage de blocs et sacs de sable est plein.

Le barrage/stockage est quasiment plein

Mais la délivrance semble proche; Etienne ouvre un trou avec du noir derrière et un peu d'écho.
Problème, la pente remontante est forte et on risque de la déstabiliser en passant.

Nous vivons un vrai remake, aussi bien au niveau de l'apparence des lieux que du dilemme mental, du franchissement en première du siphon du réseau de Nitable en 2015; avec en prime les mêmes protagonistes, sauf qu'aujourd'hui il n'y a pas d'équipe de soutien de l'autre côté en cas de problème.
(Pour info Etienne et moi nous étions retrouvés prisonniers en première après affaissement d'une dune, après l'avoir franchie, dans un siphon de sable...)

Finalement on tente à petits pas légers sans trop toucher le sol pentu, et ça fonctionne

Ca va passer !

Ca passe et c'est beau...

La roche du siphon est vraiment magnifique, et une galerie s'ouvre derrière

No comment

Galerie derrière le siphon

Nous parcourons un conduit confortable et remontant, en trois tronçons entrecoupés de deux passages bas.

Malheureusement, après 30/35 m, nous sommes stoppés par une trémie suspendue; encore un coup de la faille de Picaussel. On est un peu déçus car ça partait bien...
Le collecteur du Blau aura fait tout ce qu'il peut pour se planquer : siphon, trémies...

Conduit remontant vers trémie

Etroiture entre deux tronçons de galerie

Nous redescendons prudemment en admirant la roche polie à l'extrême.
Ce point d'interrogation est levé, on va pouvoir se concentrer sur les nombreux autres, moins exposés en cas de crue..
Enfin, presque levé, car il reste un passage descendant avec un bel écho juste avant le siphon à gauche et il est trop tard, puis surtout on est trop nazes pour s'y attaquer aujourd'hui...

Fossile et micro-faille

Détails de sculpture du calcaire

Au final, on aura fait un peu de première presque à chaque explo dans ce réseau ouest du VL, qui développe à lui tout seul, derrière le boyau du Vent, 1360 m pour le moment.
Mais il semble que l'objectif principal va encore nous tenir en haleine dans les prochains mois...

 

vendredi 18 novembre 2022

Mercredi 16 Novembre 2022

participants : Gilles A, Daniel C

TPST : 2h ; Visite  / Libellé : Grotte des Aragonites, minervois


Petite visite de la grotte des Aragonites avec Gilles A.

Des étroitures pour tester les nouveaux. 🤣🤣

Mais aussi quelques belles concrétions.



 

lundi 14 novembre 2022

Deux jours à Cabrespine

Dans la lignée des sorties initiations et communication du moment...

Vendredi 11/11/2022

Sortie photo avec Philippe C et toute son équipe de sherpas du club des Ragaïe. Philippe est actuellement en train de faire un livre de photos sur le réseau de Cabrespine mais ne connaissait pas les galeries en aval des Dômes.

On devait encadrer le groupe avec Christophe S mais lui aussi s'est retrouvé, comme tant d'autres encadrants, victime des infections virales du moment; je me retrouve donc seul avec 10 spéléos.

Très peu d'eau dans le réseau, nous irons jusque dans le canyon en aval du passage des Canots, toujours aussi grandiose : sans aucun doute la plus belle partie de la rivière. Très peu de traces de passage dans cette partie qui a été bien nettoyée par les grosses crues des dernières années.

Le groupe est enchanté par certains passages, Philippe s'attarde aux fistulaires. Au final 7 photos travaillées au lieu de 3 prévues initialement.

TPST 10h


Samedi 12/11/2022

Replongée mais moins loin cette fois, pour une initiation prévue de longue date avec des novices en spéléo, dont une élue du CD très concernée par les questions environnementales, et sa famille; 8 personnes dont 5 ados...

Le gouffre en ce samedi est une véritable usine : plusieurs groupes à la rivière, une équipe de tournage au drone dans la rivière également, des équipes à l'accro-grotte, plus l'équipe de la veille avec Philippe C qui fait des photos au vieux concrétionnné. une cacophonie incroyable...

Malgré tout nous parvenons à nous faufiler avec les bateaux sans gêner personne pour trouver un peu de calme après la salle des Schistes. A noter que la rivière est tellement basse que les bateaux s'échouent sans cesse sur les graviers.

Ailleurs, il n'y a pas plus d'eau dans les arrivées habituelles et la rivière coule à peine 40 l/sec au lieu des 120 en temps normal. De quoi s'inquiéter pour la suite...

Beaucoup d'intérêt de la part du groupe sur les questions hydrogéologiques.

TPST : 5h

 

dimanche 13 novembre 2022

Samedi 12 Novembre 2022

participants :Daniel M, Daniel C

TPST : 3h ; retrouvaille trou des feuilles  / Libellé : Grotte des Feuilles / corbières


Déjà bravo a l'équipe de la Trayolle. N'ayant pas pu faire de spéléo, Daniel M me propose une sortie randonnée a la recherche de la grotte des Milles Feuilles du coté de Sougraigne.

Si Daniel M connait bien le secteur, il y a longtemps qu'il n'y était pas revenu, aussi, cela nous a permis de voir de beau paysages, différent du minervois.

A force de recherche active, je retrouve l'entrée de cette grotte et je vois pourquoi elle a ce nom, en effet je m'enfonce dés l'entrée jusqu'à la taille.

Je ne rentre pas dedans car elle est connue pour son GAZ CARBONIQUE.




Daniel M prépare du matériel pour tenter de pousser les gaz afin de continuer la visite.