lundi 6 juin 2011

Exercice secours au barrenc de St Clément


Ce samedi 4 Juin a été organisé un mini barnum secours sur une journée dans une jolie cavité de Roquefort des Corbières à proximité de la mer.


18 personnes étaient présentes dont 6 du SCA. Le scénario prévoyait la remontée depuis -100m d'une victime d'un arrachement ligamentaire du genou.


Malgré un début de journée pluvieux le temps s'arrange et l'absence de vent(rare sur ce secteur)permet une bonne tenue de la tente PC. Le secrétariat a donc pu inaugurer dans de bonnes conditions le nouveau fonctionnement avec le logiciel GIDS dans une configuration autre que la simulation et tout s'est déroulé sans accroc.


Sous terre également, après la mise en place des ateliers par une équipe en effectif réduit obligeant certains à être polyvalents, la remontée de la victime s'est effectuée en 3H15 de brancardage.


Les transmissions ont été établies en filaire avec les appareils spélephones qui ont démontré leur efficacité en cavité sèche. Une tentative de liaison TPS entre la victime et le PC a échoué, probablement à cause d'une mauvaise orientation des antennes. Fin du secours à 20h


2 commentaires:

jean michel a dit…

Comme d'habitude le but principal de l'exercice est d'assurer les trans., bien se signaler,...,bref rassurer le PC ,
qui s'est informatisé pour se faire encore plus peur!
Si je compte bien 18 personnes:
2 pompiers pour faire joli
6 personnes au PC
1 blessé
reste 50% des effectifs pour tirer les nouilles
dans le sang et les larmes

laurent a dit…

Merci pour cette analyse fine et intelligente. L'utilité du PC est discutable, les transmissions ne servent à rien... J'ai déjà entendu ce discours, mais jamais de personnes ayant connu les deux côtés d'un secours et ayant eu à prendre des décisions lourdes de conséquences en terme de vie ou de mort...
Pour ta gouverne, sache que les pompiers n'étaient pas comptés dans l'effectif, il y avait 12 personnes sous terre et 6 au PC (dont une stagiaire de 15 ans). Eh oui, les CT et les secrétaires se sont déplacés et se sentent concernés par la restructuration en cours.
Plutôt que de les blâmer, prends toi-en plutôt aux très nombreux membres inscrits sur la liste opérationnelle et qui sont probablement suffisamment forts pour ne pas avoir besoin de s'entraîner en cours d'année.