lundi 7 novembre 2016

Une image vaut 1000 mots

Après calcul des coordonnées de quelques points topo remarquables et report sur carte zoomée sur le secteur Parcade-Paichaires, le résultat est frissonant !






Le trou des Paichaires correspond avec la cheminée découverte lors de la dernière explo. Il ne reste qu'une cinquantaine de mètres à faire en plan et environ 75m à descendre pour jonctionner, après plusieurs kilomètres de cheminement, et le courant d'air est là !
Ils ne vont peut être pas se donner facilement, mais c'est un objectif à réveiller les spéléos morts !!!

12 commentaires:

masdan a dit…

Malheur !!! le réseau actuel de dirige droit sue la caune de Salza !!! La vache , le grand aven est idéalement placé sur le grand inconnu avec courant d'air colossal !!!

masdan a dit…

Vous avez donc fait, pour moi,le fameux réseau de la Caune de Salzan et aucun rappor avec la parquade ... Quand je vois où se trouve le grand aven!!! Dans le grand inconnu, à cheval sur le réseau de Vignevieille et celui de Caulière ....Vignevieille, pour la petite histoire , a été capté par le réseau de caulière, ce n'est plus maintenant qu'un trop plein de Caulière quad l'orage critique ne peut plus évacuer ses eaux par Caulière, tout déval par l'event de la casquade (entrée de vignevieille... Donc voila 4 objectifs majeurs sur le coin et les prochaines années

riton a dit…

Confirmation...il me semble... que l'Aven de la Parcade est le plus intéressant..non? Il va quand méme vers le gros du massif...!Vers tous ces trous de la Peyre Fouillères et pas seulement le grand Aven!
Quand à résucciter les morts...c'est une autre chose!!!faisons avec les vivants!!

laurent a dit…

Soyons pragmatiques. Si on réussit à jonctionner par les Paichaires, on ouvre la voie en même temps vers l'amont et vers la Parcade, en éliminant ou en placant un système de vidange dans le siphon qui n'est alimenté qu'en crue.
Ensuite on peut à la fois avancer vers la Parcade (qui serait pris en tenaille) et ouvrir le trou souffleur, porte potentielle vers la Peyre Fouillère et le système de Caulière.
Donc pour moi objectif n°1 Paichaires. C'est la clé qui rend accessible les autres serrures...

Thierry bonnel a dit…

Tout a l'air d'etre tres bien connecte...dommage que ce ne soit pas le cas sur les autres massifs... l'aventure vignevielle est loin d'etre terminer...

riton a dit…

De toute façon d'accord: le chantier des Paichaires est plus facile d'accès que le fond de la Parcade...peut étre aussi revoir la Caune de Salza, ou il aurait eu à une époque un trou souffleur...

masdan a dit…

A quoi ressemble les Paichaires, arrêt sur quoi ?

masdan a dit…

La caune de Salza redonnera derrière le siphon terminal des dernières explos 750 m environ ,en ligne droite, mais le plateau est encore bien grand... ce n'est pas le terminus de cette branche .La paichaire,je viens de lire le rapport de la dernière sortie, demande à être repris, ne serait ce que pour dégager les derniers tirs.

laurent a dit…

Le trou des Paichaires est complexe. Le réseau principal, méandres et petits puits, descend à -30 avec arrêt sur colmatage. Une partie de l'air venait d'une cheminée au sommet instable.
On avait donc réattaqué une lucarne en bas du ressaut d'entrée et trouvé un réseau parallèle, le zef s'est mis à sortir par là mais il venait systematiquement de l'Est (on comprend maintenant pourquoi...) par une succession de lucarnes parfois en hauteur.
La dernière a donné sur un ressaut avec suite étroite en bas mais nouvelle lucarne non atteinte en hauteur. Il faudra avant tout pister l'air avant de reprendre, un jour de froid.

masdan a dit…

Merci Laurent. Tu pourrait mettre la carte IGN en plus grand avec le report de surface des topos et pointage cavités, et source Cauulière, ça parlerait mieux et pourrait motiver une bonne équipe élargie...

laurent a dit…

OK je ferai ça sur un prochain post.
Par rapport à la remarque de Thierry, si les trous du plateau semblent bien connectés au réseau profond, c'est qu'il n'existe presque aucune karstification de surface dans ce coin du massif qui ressemble à la lande écossaise. Beaucoup de prospections stériles.
Les seules entrées sont des pertes fossiles ou temporaires près des vallées sèches,calquées sur les axes drainants souterrains. Ces pertes étaient de surcroit presque totalement obstruées et invisibles à l'origine.
C'est très différent à l'Est du massif ainsi que sur bon nombre d'autres karsts où les entrées sont nombreuses et souvent sans suite.

masdan a dit…

Les entrées cachées sont,dans l’Aude, la norme. Il serait intéressant d'en faire un inventaire, je dirais, à la louche, que seuls 5 à6 pour cent des cavités étaient ouverte avant que l'homo spéléus ne s'en occupe .