lundi 24 octobre 2016

[VIDEO] En première au trou du cerf

-voir CR d'Henri ci-dessous-

Et je plussoie, belle cavité d'initiation à la verticale : de beaux petits puits très propres entrecoupés de paliers confortables, équipement confort, marche d'approche inexistante... Et une étroiture au milieu, pour faire spéléo :-)

19 commentaires:

masdan a dit…

Arghhh, reste le chandelier et le trou des feuilles ...arghhhhh... Félicitations.

laurent a dit…

Ces vidéos ça rend vraiment vivants les CR de sorties. Dommage pour ce trou mais il fallait essayer.
Dans nos karsts de plateau où le socle étanche est très profond, les collecteurs de crue se créent par mise en pression de la zone noyée.
Les avens, eux, exploitent la fracturation de surface.
Les deux types de creusement sont donc (presque) indépendants et ne peuvent se rencontrer que très très fortuitement.

laurent a dit…

D'où les dizaines de "chaussettes" du pays de Sault

masdan a dit…

Il n'empêche qu'au niveau aérologie souterraine, je suis assez perplexe quand au fonctionnement et la relation avec le collecteur...

riton a dit…

Merci pour vos réactions. ça encourage et sa rend vivant le blog....c'est le but. Méme en étant un peu déçu, belle récompense, car ce n'est pas toujours aussi beau et propre...Et Seb, tu est un as!Je me suis éclaté à équiper. ça n'arrive pas assez souvent...

Seb a dit…

C'est bien la première fois qu'on me traite d'amarrage souple. Je mets ça sur le compte du cidre breton.

Jean Luc Bénet a dit…

Dommage que ça ne passe pas mais vous avez fait une belle sortie d'explo. Steve doit être aux anges depuis qu'on lui parlé de première ... Trouvera t'on 7 personnes pour continuer au Chandelier avant les pluies ?

Thierry bonnel a dit…

Avant de jeter l'eponge et meme si une suite n'est pas trop evidente il faut faire l'analyse des differents courants d'airs a un moment d'amplitude thermique plus marque pour se faire une idee vraiment objective...

Thierry bonnel a dit…

Avant de jeter l'eponge et meme si une suite n'est pas trop evidente il faut faire l'analyse des differents courants d'airs a un moment d'amplitude thermique plus marque pour se faire une idee vraiment objective...

riton a dit…

Tout à fait d'accord avec toi Thierry. Nous n'étions pas hier dans des conditions favorable pour le pistage du sef!

riton a dit…

Sil n'y a plus d'air au Chandelier, il nous reste le trou des feuilles...

Thierry bonnel a dit…

Dans tous les cas de figures il nous reste que tres peu de temps avant le debut des mises en charges surtout le trou des feuilles tres proche et a l'aplomb des zones actives malgre le denivelle...
Les prochaines sorties devront s'organiser rapidement pour le zef..

masdan a dit…

...et, sur le plateau, ne vous faîtes plus avoir par les zefs de type tube à vent(facile à dire) essayez de repérer les courants d'air de volume, un courant d'air peu en cacher un autre...

Thierry bonnel a dit…

Trop d'air cette fois -ci pour un trou du plateau habituellement plus discret...
Nous avons fait un deni collectif de tube a vent pour y croire jusqu'au bout...mais comme tu le dis un courant d'air peut en cacher un autre...on l'espere tous...

riton a dit…

Je ne suis pas persuadé que les feuilles-dames ne soit pas un fossile.Un controle de l'air en hautes eaux le dira...

masdan a dit…

Thierry, je ne suis pas sur que tu ai compris mon point de vue . Ne trouvez vous pas étonnant que cet immense plateau pourvoyeur de 3 résurgences je crois ,n'ait que des chaussettes .... , que des courants d'air ''de surface en fait . Il se pourrait que le collecteur ait des zones noyées qui verrouillent le zef dans le grand style tube à vent.. Si je me souviens, le plateau drainerait une grosse partie de l'eau vers Font Maure, une autre résurgence dont j'ai oublié le nom et le blau, il y aurait même une bascule , suivant la pluviométrie entre Font Maure et le Blau. Soit l'actif est tout noyé, ce qui serait étonnant, ou régulièrement entrecoupé de siphons, ce qui impliquerait l'absence de grands volumes connectés aptes à engendrer de grosses aspirations ou souffles pour s'équilibrer avec les pressions externes. Il faut faire une sélection de quelques ''chaussettes'', et aller surveiller le courant d'air au fond des trous aux périodes propices.

riton a dit…

Daniel.Il n'y a pas que des "chaussettes", puisqu'il y a le SP4, qui un accès à un niveau fossile et à un semi actif qui n'a pas encore été atteint....C'est Laurent qui a donné la meilleure explication. Mais c'est quand méme un très vaste plateau, et il n'est pas exclu que d'autres SP4 existent...Qui depuis maintenant longtemps, n'est plus vraiment prospecté!

Thierry bonnel a dit…

Il y a du vrai dans vos commentaires..
Effectivement la plupart des trous ventiles du plateau ne sont pas relies avec des entrees basses a propement dites...car la probabilite de rencontrer des obstacles est proportionnelle aux distances qui les separent.
Des boucles de courants d'airs interne peuvent se creer mettant en evidence un niveau fossile connectant plusieurs entrees superieures d'ou la difficulte de comprehension des courants d'airs dans lesquels peuvent se dissimuler un vrai courant d'air de reseaux(sp4 par ex..)partant vers le bas.
A noter l'observation de courants d'air s de volume au sp4 et paradoxalement au cerf il y a peu a l'approche d'une depression mais nous etions qu'a l'entree encore..et c'est uniquement par le lien des niveaux fossiles que pourrait se faire la transition arrivees de surface et semi-actifs car les deux non pas les memes fonctions dans le karst donc tres peu de probabilites de se rencontrer...l'un recharge et l'autre evacue...

masdan a dit…

Si l'un recharge et l'autre évacue, c'est qu'ils sont en relation. Bien entendu il y a les amonts et les avals, Mais avec de tels raisonnements, il n'y a pas de recherches et donc d'explos possibles . En fait il n'y a aucune entrée possibles sur le bas, mais certainement un certain nombres depuis le haut. Je dis ça, je ne dis rien...