dimanche 23 octobre 2016

Exploration de pointe dans l'inconnu


Samedi 22 et Dimanche 23 Octobre 2016
Réseau de Vignevieille
Participants : Christophe S., Sylvain, Jean-Michel, Guillaume, Laurent
TPST : 16h

Ca faisait longtemps qu'on attendait...
Enfin une fenêtre météo exploitable était là.
Après une préparation et un conditionnement minutieux du matériel, nous voilà partis nous confronter au "siphon du bout de monde" de Vignevieille, en espérant que le niveau d'eau ne soit pas trop haut.

Nous entrons sous terre à 9h45. Le plan d'eau de -30 est au plus bas, presque à sec, de bonne augure...
Plus loin par contre, les vasques et autres pissettes sont à leur niveau normal. Nous ne manquerons jamais d'eau claire pour nous ravitailler en chemin.
Il nous faut 5h20 de progression soutenue pour atteindre le "vestiaire" à proximité de l'objectif. C'est le temps minimum avec une équipe entraînée pour faire ce long parcours.
Et pourtant les choses ici ne font que commencer...

Tout le monde se met en tenue de "petit baigneur", ce qui donne lieu à quelques images qu'il aurait fallu immortaliser, mais l'appareil est trop bien planqué, surconditionné "étanche" avec le DistoX.
Jean Michel est le premier immergé dans le plan d'eau mais revient dépité : "ça siphonne à fond".
Je m'engage à mon tour : pas reluisant en effet. Mais le petit trou souffleur dans l'alcôve est là, et montre l'aplomb du passage noyé. Je coupe le cerveau, plonge et ressort de l'autre côté. Bingo ! Plus court même que dans mon souvenir.
C'est au tour des autres...

Une lampe dans l'eau, un bidon étanche émergant à l'envers : mauvais signe ?

 Non, c'est Jean-Michel qui sort presque pas noyé

Au tour de Christophe, avec une large expression de soulagement

Nous sommes bientôt tous réunis de l'autre côté et nous mettons à pied d'oeuvre pour la topo-explo.
La galerie est remontante et nous cumulons les visées.

Galerie dans le marbre agrémentée de nombreuses marmites de géant
Nous repérons un départ sur la droite. Christophe s'engage pendant qu'avec Guillaume et Sylvain nous poursuivons la topo. Il revient enthousiasmé : arrêt dans du 5x5 au pied d'une grande cheminée remontante. De plus il y a quelques insectes malgré la profondeur théorique. Et ils n'ont pas pu arriver de la zone connue en franchissant le siphon...

Dans l'axe principal, nous dépassons bientôt le terminus de 2008 avec Gaëtan et poursuivons en première. Nous allons enchaîner 60 visées avant le ras-le-bol de chiffres.

Dans la première la plus isolée du département...

Marmites, marmites...
Après avoir posé le carnet topo, nous décompressons en poursuivant en explo pure. Environ 150m plus loin, une bifurcation. Une voûte mouillante défend la suite à gauche. Pas de problème car on est tous en néoprène et on surchauffe. La galerie redescend, deuxième voûte mouillante. Un peu plus loin, c'était attendu vu la configuration, nouveau siphon.
Le courant d'air est canalisé dans la branche de droite de la bifurcation. Il s'agit probablement d'un shunt du siphon mais c'est étroit et la fatigue se fait sentir. Il faut se rendre à l'évidence, nous sommes ici au bout des possibilités humaines d'explo depuis l'entrée actuelle du réseau étant donné l'éloignement et l'engagement post-siphon.
Plus que jamais une entrée supérieure devient indispensable. Et les possibilités sont là...

Il est tard et nous prenons le chemin du retour. Franchissement en sens inverse du siphon, et déséquipement des néop, ce qui est un véritable soulagement. Séance de ravitaillement des troupes plus très fraîches.

Les quelques kilomètres (surtout le dernier) vont être éprouvants et ponctués de quelques glissades et chutes heureusement sans gravité.

Nous sortons dans la falaise à 2h du matin Dimanche.

Bientôt les données topo indiqueront le développement exact, le report de surface et l'emplacement de la fameuse arrivée repérée pendant cette explo.

Mais en extrapolant le bilan, nous avons validé entre 500 et 600m de nouvelles galeries à partir du siphon.Un grand jour qui a tenu ses promesses. Place maintenant à la poursuite de la quête de la jonction.

La croix matérialise le terminus topo

 







15 commentaires:

Gaëtan a dit…

Bravo à tous,

Quel explo formidable et engagée, ce réseau fait parler de lui après un long silence, reste maintenant à trouver une possible jonction, mais quelle aventure!!


Gaëtan

Jean Luc Bénet a dit…

Félicitations à toute l'équipe, belle aventure.

riton a dit…

Une page glorieuse du trou est tournée non?Par une équipe de fer...
Maintenant, ça va étre une dimension plus patiente et acharnée qu'il va falloir mettre sur pieds!Par forcément plus facile!Le magnifique Aven de la Pärcade est sans doute la clef de cet accès haut...

Dom POULAIN a dit…

et l affluent de la parcade serait ou? Vous y êtes arrivé ?ou encore apres .
Bravo

masdan a dit…

et bravo ++, le grand aven, là où je m'étais arrêté il y a + de 20 ans était tout a fait bien à travailler,: en étant sur le dos ,juste à droite une diaclase dont l’accès est défendu par une lame pleine roche, facile à fumer ce qui donne une bonne aisance , et sur la gauche, un pont de blocs (au dessus d'un puits) , à fumer, l'énorme zef vient de là....

laurent a dit…

On est passé devant l'affluent de la Parcade peu avant le "vestiaire" à un peu plus de 5h de l'entrée. Il développe un peu plus de 500m sportifs avec un trou souffleur dans la calcite au fond, peu avant un P30 qui donne sur un siphon. Une bonne partie de l'air vient de là, mais c'est très loin pour trimballer tout le matos désob (perfo indispensable) et être efficace un minimum de temps sur place. A tenter malgré tout.
Au grand aven, nous avons mené un très gros chantier (96 à 98) depuis l'ancien terminus, déblayé un puits de 8m. Ca reste vertical, toujours des blocs à purger. Il faut être au moins 6 répartis dans le chantier pour sortir les déblais, pas évident et surtout très loin du report topo. La Parcade bien mieux placée, fond à peine 25m au dessus des galeries, au max 200m en plan.

Dom POULAIN a dit…

La parcade donnerait avant le siphon qu on voit sur les photos ou apres?
25 m et 200 c est pas pire que le chandelier :-))

laurent a dit…

Avant le siphon. Mais un accès à cet endroit permettrait de le vider (il n'est pas alimenté) voire de l'éliminer.

masdan a dit…

Si le grand aven est bien plus loin, il n'en est que bien plus intéressant. La colonne de brouillard qui en sort se voit en hiver a plusieurs centaines de m (quand on sait où regarder)..

Le Long a dit…

Bravo pour cette super explo ! Faut avoir le mental pour aller là bas quand on voit l'engagement ! Et vous vous êtes arrêtez sur quoi à la Parcade ?

Stoche a dit…

Bravo pour cette explo engagée et enthousiasmante. Un jour une grande traversée verra le jour sous ce massif mais il y a encore du taf. Mobilisez-vous les jeunes, ces moments là sont uniques et il faut en vivre le plus possible. Mais pour ça il faut se motiver et se donner à fond.

laurent a dit…

Bien sûr le grand aven reste un objectif très intéressant vu l'énorme zef. Il ne faut pas désesperer d'accéder aussi à cette partie du système plus lointaine. L'exutoire de Caulière est aussi un excellent point faible potentiel de l'Est du massif.

Concernant la Parcade, arrêt à -140 sur siphon. 10m avant une cheminée donne sur une lucarne qui redescend en méandre étroit avec tout le courant d'air (shunt du siphon probable). Chantier-phare avant la découverte de Matte Arnaude. A reprendre absolument.

masdan a dit…

...En fait ce n'est pas les perspectives qui manquent...Qui a dit que les explos étaient finies dans l'aude la... ♪♫♪.

Gardèch'ti a dit…

16 heures dans ces zones éloignées et exposées, BRAVO.
Que ces insectes vous ouvrent une nouvelle entrée.

masdan a dit…

Par où arriverait le courant d'air du grand aven , de la parcade?: que nenni le siphon suspendu n'avait pas été dynamité et le grand aven était le grand pourvoyeur en air . Si la topo montre que la cheminée du vestiaire donne sur la parcade, alors que l'amont du réseau est bloqué par un siphon....Par où communique le grand aven dans Vignevielle .... Juste avant le siphon terminal, le boyau de 400m, petite escalade au dessus d'un niveau noyé, lucarne en hauteur et waw waw wa , une ou deux pignes..... ça sert à ça la jujotte ?...malheureusement histoire d'égos....besoin d'exister, de finir dans le dictionnaire, Déprofondis.Amen.