jeudi 14 mars 2019

Le poumon de la terre

Jeudi 14 Mars 2019
Vernouze - Plateau de Sault
TPST : 4H; TPES : 2H

Parti faire un état des lieux des débits des pertes après le petit épisode pluvieux de ces deux derniers jours, je suis passé à Vernouze pour sortir quelques gamattes. La perte s'est remis à couler, seulement deux ou trois litres/seconde, la misère en cette saison...
Le courant d'air était toujours alternatif malgré cette remise en activité et les 5° de moins que Dimanche dernier (15° de moins que le jour du foehn)
Quand le ciel s'est dégagé vers midi, les périodes d'inversion se sont raccourcies à une dizaine de secondes environ. Assez impressionnant. La preuve en vidéo : inversions à 0.06s puis 0.19s et enfin 0.29s


Une autre sous un angle un peu différent où on voit mieux les formes du plafond. Inversion à 0.06 et belle aspiration à 0.17 qui éclaircit l'air instantanément. Le bout de carton est planté dans la terre pour ne pas partir.



Bref, il y a de quoi fantasmer grave vu l'emplacement ! Et dire que ce courant d'air n'était pas là l'an dernier avant nos travaux sur le trou n°2...

Autre bonne nouvelle, en prospectant dans la vallée du paléo-Rébenty, j'ai pu enfin identifier l'origine des galets de quartz trouvés à la base des puits du Chandelier. Ils proviennent des alluvions de cette ancienne vallée sud-nord située entre Belvis et Espezel. Comme ces galets n'existent pas dans le secteur des Coumeilles (ils ne se sont déposés que dans une zone précise), nous avons là la preuve qu'une autre branche du Chandelier doit se diriger plein sud. Que du bonheur !

En bas, le galet de quartz trouvé dans la paléo-vallée (5km au sud du Chandelier); en haut, le même galet trouvé à la base des puits dans un univers de calcaire.

8 commentaires:

masdan a dit…

Il me tarde de remonter voir le fond de la doline dépotoir, juste pour lever une incertitude : 2 entrées de même altitudes peuvent créer ces inversions ...Ceci étant loin entre dans le massif et sur 80 m ,plus de doline donc transfert vertical des eaux.... ♪♫♪.

laurent a dit…

J'y suis allé bien sûr dès le premier jour : c'est entièrement bouché et aucune roche n'affleure. De plus ça ne pourrait pas expliquer la pression, l'air ronfle pendant les pics. Et ce n'est pas non plus en phase avec le vent (relatif) du pays de Sault.

masdan a dit…

Ah tu as pu descendre pour voir dessous il faudra récupérer des tôles. Cette doline n'a pas de ruisseau, c'est vraiment une doline de suffusion .

masdan a dit…

pour réviser nos bases, vous me direz que ce n'est que du vent.....

http://cds38.org/wp/wp-content/uploads/2013/04/climatologie_monde_souterrain-tome1.pdf


http://cds38.org/wp/wp-content/uploads/2013/04/climatologie_monde_souterrain-tome2.pdf

Tome 1 et 2 du vent des ténèbres de l'excellent Baudoin Lismonde

riton a dit…

Ces galets a combien de kilomètres du terminus actuel?

riton a dit…

Tendance plutot au souffle, non? Une entrée haute...

laurent a dit…

C'est un peu plus complexe car même courant d'air qu'il fasse 5° ou 20°: on peut imaginer une entrée unique branchée sur un gros volume, qui compense au gré des perturbations extérieures; ou bien un fonctionnement avec un autre entrée éloignée mais à même altitude. Le problème c'est qu'il faut écarter l'hypothèse de l'exposition à un versant de l'autre entrée : le trou fonctionne de la même façon par flux de sud ou de nord. De plus le vent en forêt c'est très relatif.
Deux conclusions : 1)C'est mystérieux donc intéressant; et surtout 2)Il faut aller voir!

Pour les galets, ils viennent d'une paléo-perte située à environ 3km au sud du terminus actuel Chandelier.

masdan a dit…

Le résonateur de Helmholtz est certainement l'explication de ce mécanisme Voici un lien très intéressant, malheureusement ,pour certains en Anglais, mais vous pouvez retrouver aussi dans le Vent des Ténèbres..

http://speleoretro.canalblog.com/archives/2019/03/16/37180874.html

J'ai peut être aussi une autre explication pour expliquer les respirations alternée des cavités...