lundi 28 mars 2011

Du nouveau sur Lacamp

Après un samedi studieux entre 4 murs avec une grande partie du staff gestion du SSF11, une soirée arrosée qui déborde sur le Dimanche et le passage à l'heure d'été, difficile d'être opérationnel pour le trou de la Pause alors qu'il est déjà midi. Le besoin de prendre l'air extérieur se fait sentir. Les derniers résultats du traçage du Cinquantenaire m'ont travaillé l'esprit, je reporte donc la sortie prévue pour aller revoir une zone intéressante et bien placée à l'ouest du plateau de Lacamp parcourue il y a 15 ans. Pour une fois sur le coin, l'évolution de la végétation est favorable : les pins riquiquis pleins de ronces ont fait place à de jolis arbres sous lesquels on peut progresser et la crue récente a laissé des traces d'écoulements bien visibles. Quelques dolines ont servi de perte. La morphologie de surface a tellement changé qu'il est impossible de se reconnaître. Après avoir testé quelques soutirages sans air, je repère un petit affaissement au pied d'une barre de poudingues. Un peu de débrousaillage et de désob plus tard, un départ de ressaut qui souffle bien apparaît derrière une étroiture impénétrable. Coup de téléphone à Henri, préparation du perfo et retour sur les lieux lundi à la mi-journée. Le travail est de courte durée, au bout d'une heure le ressaut se laisse franchir et nous prenons pied directement dans une jolie galerie aux parois violettes qui donneront leur nom à la grotte. Au bout de 15m, nouveau ressaut. Ce genre de bonne surprise est plutôt rare sur Lacamp. On se prend à rêver mais en bas ça se complique : un angle droit a formé un bouchon.
galerie d'entrée



Oui, c'est bien lui et il ressort!!!



paroi violette



marnes bariolées avec fossiles


La désob reprend, deux chataîgnes... le bouchon saute et un nouveau départ de ressaut apparaît. Un fort courant d'air de grand trou en sort, concentré sur la lucarne. Il nous manque un allumeur de chataîgne et nous devons provisoirement faire demi-tour à un chouia de franchir le passage.


Ca sent bon la première qui nous appelle en dessous, on espère une bonne surprise prochainement.



7 commentaires:

Le Long a dit…

Jolie travail !!!

masdan a dit…

Enfin,du concret......

masdan a dit…

Parce que cela fait 3 mois que je suis,intensément vos blogs,c’était palpitant,mais très théorique,et sans beaucoup de résultats.....

laurent a dit…

Impatient, va!
La théorie est incontournable pour réussir à moins de ne compter que sur la chance.
On en a plus appris sur les karsts de l'Aude en trois mois de traçage qu'en dix ans de désob. Cette nouvelle génération d'appareils sont de vrais scanners de massifs...
Encore un à faire sur Citou-Pestril ensuite on passe au concret à temps plein.
Prochaine sortie dimanche sur la grotte violette, tu es le bienvenu.

masdan a dit…

Très franchement,je n'ai rien appris de +,sinon que sur le cinquantenaire,cela soit passé si vite.
La coloration de Montjoie,n'apporte rien de + que l'ancienne ,faite par le thésar.L'Agly,si je me souviens ,nous avions amené 10 ou 15 jerrycans eau +fluo:il n'y avait aucun écoulement(?)et je ne me souviens pas si c’était sorti,par contre tu t'étais fait piquer le petit chien,un yousky,en prélevant les fluo-capteurs!!!!
Quant aux Bailleurs,aucune idée,seul exitait le Majestier.

masdan a dit…

un bon courant d'air,ce n'est pas si courant sur ce plateau!!!

masdan a dit…

Vous savez qu'on a de la chance ,jusque là (réchauffement de l'atmosphère....)



http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/zoologie/d/des-scientifiques-surprennent-des-crocodiles-au-fond-dune-grotte_29163/#xtor=EPR-17-[QUOTIDIENNE]-20110401-[ACTU-des_scientifiques_surprennent_des_crocodiles_au_fond_d_une_grotte]