lundi 26 septembre 2016

Une longue ligne droite et puis un stop

Dimanche 25/09/2016
Trou du Vent du Blau
Participants : Denis, Sébastien, Elodie, Henri, Laurent (SCA); Arthur, Viviane, Rémi, Lionel (SSP); Stoche (SCM)
TPST : 9H30

Sympathique interclub pour poursuivre les travaux et l'exploration du nouvel affluent découvert en haut de l'escalade mardi dernier.
Descente rapide du puits d'entrée rééquipé la veille par Seb. On se retrouve en bas de l'escalade avec un gros tas de matos à monter. Les navettes de kits vont prendre un bonne heure étant donné la configuration des lieux et l'impossibilité de monter individuellement un trop gros poids tellement les bloqueurs glissent.

On se divise en trois équipes : Elodie et Stoche resteront en bas pour topographier certaines zones connues du Trou du Vent (faille Parkinson entre autres). Denis et Henri se chargeront de l'aménagement et du rééquipement de l'escalade pendant que Seb, Lionel, Rémi, Viviane, Arthur et moi partirons topographier le nouveau réseau au fur et à mesure de l'explo.

Les kits montent un par un dans l'étroite faille

Après la montée de la faille à déconseiller aux âmes sensibles, la sortie dans la salle des brèches est un soulagement, mais l'endroit reste dangereux à cause de l'instabilité et de la configuration en entonnoir.
La géologie est remarquable : l'agrandissement est dû à un croisement de faille doublé d'une arrivée d'eau en plafond. La brèche sédimentaire habituelle du secteur est accompagnée d'une brèche tectonique beaucoup plus spectaculaire puisqu'elle a remanié des blocs de grès du Tertiaire en son sein, probablement lors de l'avancée frontale du pays de Sault sur le bassin de Carcassonne, pendant la surrection des Pyrénées.

La salle dans les brèches. A l'arrière, Rémi sort de l'escalade
 Nous attaquons la topo grand confort avec le distoX et deux équipiers cherchant les bons points. Je n'ai qu'à noter sur le carnet. Le méandre est sportif mais esthétique, et les dimensions sont remarquablement constantes. Il y a de nombreux virages et le réseau est clairement actif en hautes eaux malgré le fait qu'il soit perché.
Après une vingtaine de visées, nous arrivons au cairn matérialisant la limite du connu. Après un passage étroit en oppo, la morphologie change radicalement. Nous voyons Seb qui est parti en éclaireur s'éloigner indéfiniment dans le conduit avant de trouver un point. La visée suivante est incroyable : 32m.
Et la ligne droite continue...
Je me prends à rêver de déboucher enfin dans le supérieur tant convoité, car nous nous sommes nettement élevés par rapport aux galeries du Blau.

En première dans le méandre devenu subitement rectiligne

Mais Dame Nature sait souvent nous rappeler à l'ordre.
A la fin de ce parcours, nouveau croisement de faille. A droite, une courte galerie fossile bute sur un remplissage de calcite et mondmilch.
Tout droit le conduit redescend d'au moins huit mètres tout en se pinçant inexorablement. Il n'y a plus de ventilation. Le courant d'air, lui, arrive bien évidemment d'encore au dessus.
On parvient à le localiser dans le plafond sortant d'un espace franchement mince et sans visibilité, tout le long d'une fissure remontante.
Un point faible reste à tenter cependant : une alcôve a l'air un peu plus large au dessus d'un passage étroit d'un bon mètre cinquante qu'il faudrait éliminer, en travaillant prudemment de bas en haut.

Nous rentrons un peu déçus et frigorifiés. Nous retrouvons Henri et Denis dans la salle. Henri s'est bien pris la tête pour rééquiper l'abominable escalade, que nous redescendons tout en topographiant.

Sortie sous la pluie vers 19H.
Au total une quarantaine de visées de mon côté dans le nouveau réseau. Mon sentiment est que nous nous sommes nettement rapprochés du Chandelier mais que nous sommes encore trop bas. Le Blau ne s'est jamais laissé faire et il le prouve encore aujourd'hui.
Mais la sortie a été vraiment optimisée avant les pluies et l'étau se resserre. Bientôt les chiffres parleront.

13 commentaires:

masdan a dit…

Il faudrait faire la traversée dans le puits d’entrée.Hypothèse: La faille Nord Pyrénéenne a explosé la zone de résurgence du Blau . la faille parkinson, ou celle que vous avez exploré sont d'origine tectonique postérieure au creusement du réseau(?) et tranchent avec la belle facture des galeries du Blau. La moitié du courant d'air provient donc de là en passant par le chandelier . L'autre partie provient du réseau profond avec une entrée bien en amont comme en atteste la ''fuite d'air'' mise en évidence par l'obstruction du trou du vent. La traversée dans le puits d'entrée, si elle se prolonge se fera par des conduits karstiques,C'est peut être par là que l'air est parti vers le trou amont

Chose promise, chose due, chacun se reconnaitra ... https://get.google.com/albumarchive/112289402006170155734/album/AF1QipMVWTJgzjLJfevg399P8-tvuWyDchX8SCun5JNV?source=pwa




Copier le lien et cliquer sur ouvrir...ou coller dans la barre d'adresse de vôtre navigateur , tout là haut, le https:www....


riton a dit…

A tenter, ne serais ce que...parce que c'est propre!!

riton a dit…

Par rapport au toujours excellent CR de Laurent:
Une autre journée historique, une journée de l'enterrement (le comble pour un trou!)collectif du Trou du Vent du Blau!Je ne vois maintenant vraiment pas ou il pourrait il y avoir une suite dans ce trou!Deux dates à retenir: 1947 première descente, et donc naissance de la cavité.2016 fin de tout espoir de continuation, cette escalade très ventilé était LE passage prometteur, donc décés et enterrement du trou!69 ans de supputations et de fantasmes, qui ont turlupiné plusieurs générations de spéléos...Point à la ligne...direction le Chandelier...RAS!

masdan a dit…

Ce trou n'est pas tout à fait fini, et vos travaux sont remarquables.L'escalade car c'est la plus évidente, d'autant que c'est une traversée, et le trou souffleur aux feuilles ... Et du Chandelier en plein sur la faille Nord Pyrénéenne, on en reparlera.


laurent a dit…

Certes l'espoir est devenu mince mais non nul au trou du vent. Cependant il n'y a plus d'inconnue dans le bilan des courants d'air de l'entrée. je préfèrerai donc concentrer le temps dispo au chandelier pour le moment.

En ce qui concerne la tectonique, elle est très clairement antérieure à la formation du réseau qui paraît bien jeune et incapable d'avoir créé l'immense reculée karstique de l'Escale.
Je pense que les arrivées d'air dispersées dans le trou du vent ne sont que des "fuites" vers le réseau fonctionnel actuel, provenant de quelque chose de plus vaste probablement situé plus à l'ouest sous la grande vallée sèche du col du Chandelier.
Rappelons que cette vallée drainait, durant le Miocène, une surface bien supérieure à l'actuel plateau et qui incluait le bassin versant amont du Rébenty jusqu'à l'Ourtiset et au col du Pradel. Il faut donc imaginer des conduits karstiques de taille en relation avec ces paléo-débits énormes.

Quant à la faille en question sur la zone (à l'origine des brèches tectoniques) et pour ceux que ça intéresse, il s'agit du front nord-pyrénéen ou chevauchement frontal nord-pyrénéen. La faille nord-pyrénéenne, elle, sépare la zone axiale des Pyrénées de la zone nord-pyrénéenne, au sud du pays de Sault. On les confond souvent.

masdan a dit…

Certes, il n'empêche au vu des conduits depuis la base des puits, un peu l'aval, siphon amont, et derrière siphon, les conduits sont vastes, et l'eau devait sortir,un temps, par l'orifice d'entrée( 80 cm de diamètre. Je vois très bien sur les photos de l'album dont j'ai mis un lien, que front ou faille, qu'importe ce pinaillage, que la roche a été bouléguée, mais les conduits sont bien karstiques Les photos de la faille parkinson, montrent vraiment une cassure tectonique et la belle première que vous avez faite, est tectonique, de plus dans un beau compartiment de ripage, broyage de roche . Quand tu as bouché l'entrée La moitié du zef est sorti par le chandelier, et, à peu près l'autre, par ''le trou des feuilles , pour moi c'est l'explication . Maintenant qui vivra verra .

masdan a dit…

En relisant mieux ton commentaire, je vois que tu n'as pas tout saisi ce que j'ai dit. Quand je parle du trou des feuilles qui s'est mis en pression(fuite d'air), suite à l'obturation du Blau , je pense que ce trou est un accès vers le réseau profond.

riton a dit…

En priant que sous le bouchon du Chandelier l'on ne retombe pas sur ces maudites fractures...Je pense par là plutot, à un risque de trèmie...

Dom POULAIN a dit…

Si je comprends bien, il y a une ou des lucarnes dans le puits d entrée et ca n a jamais été vu?
On peut avoir un descriptif
En tout cas un beau week end je pense , et qui fait avancer la connaissance du systeme

masdan a dit…

Henri, c'est sûr que c'est décevant, mais finalement, 2 sorties d'escalades qui donnent 200m de premières et la topo du trou, c'est une belle avancée,! Vous l'aurez ce trou, et + ou - par le bas .

Seb a dit…

Ne fanstamez pas trop sur les lucarnes du puits d'entrée. D'après ce que j'ai vu, cela redonne vraisemblablement dans le puit, à confirmer bien entendu (ça prend 5 minutes à deux). La question c'est plutôt où se situe le nouveau terminus du Blau par rapport au Chandelier. Cela définira un volume où se situerait le drain commun. Le plus intéressant est surtout la hauteur de ce volume, cela nous donnera un indice sur ce qu'il reste à creuser en vertical au Chandelier.

masdan a dit…

Le lien suivant fonctionnera mieux pour voir le dossier Blau et photos :https://goo.gl/photos/Naj82JnSoB1YAsM16

riton a dit…

Pour l'instant, j'ai reçu de Stoche les données brutes des relevés, mais je n'ai pas le temps de les transcrire en visual....peut étre Laurent?