dimanche 11 novembre 2012

Le jeu de piste continue


samedi 10 Novembre 2012
participants : Jean Michel, Henri, Laurent
TPST : 8h

Nous revoici au fond de la Pause après deux semaines d'absence. Les conditions sont nettement moins bonnes pour le courant d'air : équilibre thermique et atmosphérique parfait. Mais elles sont meilleures pour nos propres calories : la déperdition sera bien moindre.

Une bonne partie de la journée va être consacrée au calibrage du méandre découvert la fois précédente. Les gazs du premier boum en matinée vont être rapidement aspirés vers la suite. On ne les reverra pas malgré une première inversion du zef vers 11h. Le trou se met en effet à souffler (en plein mois de Novembre, c'est très rare), et cela va durer toute la période correspondant à l'ensoleillement extérieur. Nous serons donc obligés de traverser les nuages (dit comme ça, c'est poétique mais Henri n'apprécie pas ce genre de poésie...)
Petit à petit les passages deviennent plus humains, et en fin d'après midi on peut s'attaquer à la suite. L'obstacle se passe assez facilement, mais derrière ça continue en méandre, qui bien qu'assez haut (+ de 2m) est toujours infernal en largeur. Seul Etienne pourrait s'y glisser, et encore, en se mouillant (oui, parce que maintenant, en plus, il y a des vasques remplies d'eau au fond du méandre...). Vue sur 2,5m et après ça tourne...Il y a encore du taf par là !

Par contre quelques mètres avant il y a toujours ce trou noir en plafond. L'élargissement de la journée permet de mieux voir et d'y glisser la tête. Au max deux tirs sont nécessaires pour pouvoir s'avancer et une partie du courant d'air passe par là. Nouvelles reflexions...
Depuis la grande salle nous avons avancés plein sud, décalés vers l'ouest et plus bas que celle-ci. Depuis une quinzaine de mètres nous sommes plein est, à l'horizontale. Il est donc probable que nous soyons quelques mètres à peine sous le prolongement potentiel du conduit fossile, qui doit continuer derrière le cône d'effondrement de la salle.
Si c'était le cas, cela ferait la quatrième fois que ce scénario se reproduirait depuis l'entrée et par trois fois nous avons pu ensuite shunter les méandres inférieurs par le haut plus vaste. Ca vaut donc le coup d'essayer et ce sera l'objectif de la prochaine sortie.

Le jeu de piste grandeur nature continue, jamais auparavant un trou n'aura fait autant réfléchir à l'echelle locale. A présent on attend tous la délivrance et la sortie du labyrinthe avec impatience...


4 commentaires:

riton a dit…

Une coquine...cette rivière des Aigles(éthymologie de l'Agly)....pour l'instant bien planquée!Vivement le froid...que l'on sache ou aller...

Le Long a dit…

Je vois que tu reviens vers ce petit trou dans le plafond. J'aurais souhaitais que l'on voit ça en premier lors de notre dernière sortie car je pense qu'il est possible que l'on trouve la suite des fossiles parcourue avant la grande salle. Il est vrai que le courant d'air passe par en bas mais il suit le passage le plus direct, peut être qu'un shunt existe plus haut. Souviens toi, à l'entrée le courant d'air passe par en bas malgré le shunt.En tous cas, c'est à vérifier avant d'attaquer ce méandre humide et étroit. A vendredi.

laurent a dit…

On est d'accord sur l'analyse.
Mais tout droit ça passait tout de suite et il fallait aller voir de toute façon. Ca n'aura pris qu'une heure.
Je compte faire la topo de ce qu'on a trouvé ces dernières semaines à la prochaine sortie. On en aura le coeur net...

riton a dit…

OK Laurent pour t'aider au relevé.
ça avance...ça avance!