dimanche 6 décembre 2020

Lorsque le puzzle géologique s'éclaire...

Les récentes découvertes et observations au fond du Vieux Lion et en surface associée ont permis de lever le voile sur certaines interrogations et de résoudre certaines énigmes.

Petites explications...


Lorsque l'on reporte en surface une partie du réseau du Chandelier et que l'on y place le trou du Vieux Lion, cela donne la carte ci-dessous :


En y ajoutant un fond géologique, plusieurs choses apparaissent :


On remarque d'emblée que l'arrivée du collecteur fossile et le boyau du Vent se situent exactement sous la partie pincée du synclinal du col du chandelier, sous les marnes du Bédoulien formant une cuvette entre deux affleurements de calcaire massif du Barrémien (un peu plus vieux géologiquement; le calcaire du Barrémien constitue la couche inférieure des marnes du Bédoulien, en contact stratigraphique normal). 

Il est probable que ce soit là dessous que passe le Blau souterrain inconnu.

A l'extrémité sud de l'affluent du Vieux Corbeau, nous sommes censés, d'après la carte, toujours nous trouver sous les marnes à une petite centaine de mètres en plan de la faille du Sarrat de l'Etreuil limitant la bordure sud du synclinal. Cette faille normale abaisse le compartiment nord-est de quelques dizaines de mètres au maximum. 

Or, en remontant l'affluent du Vieux Corbeau ou en descendant le trou du Vieux Lion, nous sommes tombés de part et d'autre sur une trémie calcitée dont nous avons à présent la preuve qu'il s'agit du même obstacle géologique court : une faille donc...

Fort de ce constat, quelques petits relevés de surface s'imposaient. Quelques centaines de mètres plus au nord, malgré l'imposante forêt de conifères et la pédologie associée, quelque part au sud-ouest de la perte du Sarrat de l'Etreuil, la faille cartographiée est bien visible dans le relief (on la nommera du même nom que la perte pour simplifier). Les calcaires du Barrémien forment un rempart compact à son contact, qui peut aussi être bien visualisé dans l'aven des Salamandres (colmaté).

Mais si on prolonge sur carte, dans son axe, cette barre rocheuse et donc la faille après sa disparition apparente vers le sud-est, on tombe effectivement sur...la salle de Noël ainsi que le fond du Vieux Lion d'un côté, et le terminus de l'affluent du Vieux Corbeau côté Chandelier.

Dès lors, tout devient clair et donne la carte zoomée ci-dessous. La carte géologique actuellement éditée est légèrement erronée, et la faille du Sarrat de l'Etreuil, subverticale, passe en fait exactement dans l'intervalle de quelques mètres séparant le Vieux Lion et le Chandelier.

 

Ce type de faille peut parfois représenter un écran impénétrable sous terre, ou à l'inverse être utilisée pour le creusement d'un drain majeur. Dans le cas du Chandelier, le réseau en a déjà traversé plusieurs sans pour autant être inquiété. 

Cette situation explique bon nombre de choses, contrariétés, perspectives et réussites rencontrées durant la quête de la jonction :

- Les cheminées remontées par Etienne (ainsi que la grande cheminée de 50m rencontrée un peu avant) sont situées du"mauvais"côté de la faille (à quelques mètres près) et sont donc chapeautées par plusieurs mètres de marnes en surface, masquées par les sols forestiers. Elles n'auraient jamais pu déboucher.

 - La salle de Noël représente la paléo-perte drainant, au niveau de ce contact masqué, un petit bassin marneux. Cette paléo-perte est la cause majeure du creusement du Vieux Lion.

- Le trou du Vieux Lion, côté calcaire, était donc la seule alternative pour atteindre le niveau des paléo-drains du massif depuis la surface.

- Le chaos terminal du Vieux Lion longe le front de faille en direction du sud-est.

- Le franchissement souterrain de la faille est relativement étanche à l'air (comblement sédimentaire de la zone chaotique).

- Cette faille a témoigné d'une activité assez récente (postérieure à la karstification).

- Les grosses circulations d'air rencontrées dans l'affluent du Vieux Corbeau ont lieu sous couverture marneuse et ne peuvent être reliées de façon simple à la surface.

La coupe interprétative est ci-dessous :


Rien n'est dû au hasard sous terre comme ailleurs. Associer la spéléologie et la géologie, une fois de plus c'est gagnant-gagnant...



19 commentaires:

Etienne a dit…

Joli post ! Un petit bout de tunnel à l'ARVA et l'aventure repart... Si j'ai bien tout suivi l'amont inconnu du vieux corbeau est la collection des pertes au Sud des Marnes (impluvium plus paléo vallée de surface), déconnecté par l'activité récente de la faille. Les diverses cheminées correspondraient aux pertes au nord des marnes (alim idem) revenant vers le sud en suivant la litho sous couverture des marnes ?

riton a dit…

Pour parler d'une façon plus littéraire et métaphorique: sous les pavés la plage....Il y a un message caché dans ce que j'écris. Celui qui trouvera, gagnera des séances contorsions-mal au dos dans le froid humide!

masdan a dit…

Bravo, beau travail et que de travail!!! Joli coup de cul, également.Vivement bientôt.

laurent a dit…

Etienne, les marnes ne sont pas parfaitement étanches, elles contiennent du calcaire et l'eau s'y infiltre sans toutefois créer des cavités (jusqu'à preuve du contraire dans ce secteur). Les grandes cheminées collectent ou ont collecté ces infiltrations de pertes temporaires ou paléo-pertes dans les marnes, elles sont situées à l'aplomb de la vallée de l'Etreuil, en échelonné.

Le drainage global s'effectuait vers le nord en direction du coeur du synclinal, à contre-sens de la pente topographique.

Sur l'origine sud de l'affluent, on peut effectivement supposer un apport double vallée fossile d'Espezel - paléo-pertes du Sarrat de l'Etreui (alors située plus au sud au niveau de la clairière), ce qui veut dire qu'il peut y avoir une suite amont dans la zone chaotique de jonction VL-Chandelier.

Dom POULAIN a dit…

Super descriptif.
On pourra bientôt sortir un livre😉😊

Unknown a dit…

Plutôt inverse cette faille,
Bravo Laurent

Boris a dit…

Un bon point sur la situation géol !
Le collecteur fossile doit se poursuivre encore un peu vers L'Ouest-Nord-Ouest derrière le siphon de sable, dans l'axe du synclinal. Avec un peu de chance, il rencontre la perte active qui n'est qu'à 50m (en plan), et là c'est notre ticket vers l'inférieur.

laurent a dit…

Exact pour la perte ! Avec un peu de chance elle sera d'ailleurs tracée cet hiver car dans la littérature l'eau serait sortie à Font Maure lors d'une vieille expérience ! J'ai des doutes...
Quant à la nature de la faille (normale ou inverse), il faudrait pouvoir déterminer son pendage qui est en tout cas très fort pour ce qu'on peut en voir. Avec la topo du fond et après la jonction, on saura sans doute...

Unknown a dit…

Même sans pendage les failles normales sont des marqueurs de phase d'extention très peu probable dans cette zone géologique

Ours a dit…

"Petites explications..." dixit Laurent.

Pas si petites que cela, tout de même. Bravo pour votre blog et ses aspects didactiques.

laurent a dit…

Contrecoup du rifting oligocène ? Basculement tardif de blocs vers le sud ? C'est le cas plus à l'est dans la structure dans le synclinal du Fenouillèdes (séisme de St Paul, j'avais lu un papier il y a longtemps là dessus)). La forme du synclinal du Chandelier interpelle en tout cas, même s'il est clair que l'immense majorité des failles du plateau de Sault jouent ou ont joué en compression.

Unknown a dit…

La liaison perte du sarrat de l'etreuil Fontmaure est mentionnée dans la notice géologique 1076 N lavelanet
15,5 km 25 jours

masdan a dit…

Toujours vif ce unknown... 25 jours, c'est long,Bien entendu, si ça passe par Fontestorbes, puis au PInet ça se ravise direction à rebours pour Quillant, ça trompe sa route du côté du lion et puis pour faire simple ça sort à Font Maure...

Unknown a dit…

Pour plus d'info
Rapport RP-67528-FR-infoterre-brgm
Page 136

laurent a dit…

Le traçage de l'Etreuil date de 74, avec fluocapteurs.
Dans la BD traçage, il lui est attribué une note de fiabilité de 1 sur 10! A refaire impérativement avec des moyens modernes...

jean michel a dit…

Tout ça ,c'est bien joli, mais moi je vais raccourcir une pioche pour assurer une bonne force de frappe.
Covid ou pas, nous poursuivrons le combat jusqu’à la victoire totale!

masdan a dit…

Jean Mi, j'aime ta détermination joyeuse, et communicative, mais l'un n'empêche pas l'autre...l'art et la manière, la force brute qui éclaire la science... Je ne peux m'empêcher ( depuis le presque début ) de penser que la doline située en aval du vieux lion, à 100 ou 150m en font de l'imbut, est l’accès royal. Mais si je peux remonter les puits je peux venir aider à la jonction qui sera difficile: traverser une faille décrochante , mazette !!!! . J'avis envoyé un lien il y a un mois sur une caravane à récupérer sur Castelnaudary... gratos...Dommage.

riton a dit…

Jean Michel, j'aime ton discours!!!
Débranchons le mental, et frappons. Laissons les spéculations théoriques pour les temps de paix!!!

masdan a dit…

...au sujet de la caravane il y en a une autre, mais il faut changer les 4 roues pour décoller...