dimanche 2 août 2020

Avancée non décisive

Dimanche 02 Août 2020
Trou du Vieux Lion
Participants : JLuc, JMichel, Henri, Dom, Denis, Laurent
TPST : 8h30

Journée marathon pour éliminer la fin du diaphragme et tenter d'ouvrir le sommet du ressaut qui nous nargue depuis plusieurs sorties.
Les 5 trous du matin remplissent la première partie de la mission. Stockage loin du chantier, en bas des cordes avec un système de barrage en planches. Personne n'est inactif, la mine tourne à plein régime...
Deuxième perçage cette fois à la verticale et au juger. Tout fonctionne à merveille et on revient rapidement sur les lieux. Un pont de blocs résiduel est évacué, le passage est ouvert.
Le ressaut fait trois mètres. Evidemment une bonne partie des remblais est au fond et c'est assez long à évacuer.
Pas de miracle immédiat, la suite repart en méandre étroit...
Mais pas sur loin, et la résonance est toujours devant. En finissant de déblayer le fond, la vue s'améliore : il y a à peu près deux mètres à ouvrir puis un nouveau ressaut se présente. Au sondage il semble plus large et de même valeur que le précédent. La nouveauté vient du gros "plouf" entendu en bas, son caractéristique d'une belle vasque ou d'un gour assez profond. Avec un peu de bol ce pourrait être l'obstacle qui freine le courant d'air... C'est sans doute aussi l'origine de la résonance.

Nous sommes à présent quasiment à la cote recherchée. Vu les difficultés de stockage et les conditions sèches, la prochaine étape va être de faire la topo du trou et de caler précisément les altitudes du Chandelier et du Vieux Lion, pour avoir une idée la plus réaliste possible de la lacune théorique résiduelle.
En parallèle, une nouvelle tentative de jonction sonore entre les deux cavités, à deux équipes synchronisées, est dans les tuyaux pour la mi-Août. Des informations très attendues dans les prochaines semaines...

Des touristes du Minervois en tong et bermuda, égarés dans les fraiches brumes pyrénéennes...

La suite du méandre en bas du ressaut. La lucarne visible à peu près au centre de la photo donne sur le ressaut suivant.

20 commentaires:

riton a dit…

Les méandres font de la résistance...J'avais l'impression de me retrouver au SP4 à l'époque de son ouverture. Des vides séparés par des méandres impénétrables dans du beaux calcaire cupulé.Étonné de la présence de cette vasque, puisqu'il semble qu’Étienne n'ai rien vu de tel! Une erreur topo?

masdan a dit…

...les méandres font de la résonance... En tout cas chapeau :désob sur 30m de dénivelé .Les deux équipes c'est la bonne idée...

laurent a dit…

La mesure à l'altimètre dans le Vieux Lion donne effectivement une trentaine de mètres de profondeur. Si l'on s'en tient à la carto IGN et à la topo du Chandelier, la cote (très) théorique de jonction serait de -36m. On serait donc dans notre méandre encore un petit peu au-dessus du terminus par le bas. Les prochaines mesures devraient clarifier l'incertitude.

masdan a dit…

Il faudrait presque tirer depuis le bas, plus facile à stocker...

masdan a dit…

Prendre un sifflet .

Dom POULAIN a dit…

On tient le bon bout .
C est clair que le gros pb est le stockage

riton a dit…

C'est exactement ce que je pense: ouvrir par dessous avec des pailles.
Par contre, je ne sait pas si c'est techniquement c'est faisable: possibilité de ce mettre à l’abri, ainsi que la corde!Le descriptif que viens de m'envoyer Etienne n'est pas très encourageant: "5-6m difficilement pénétrable". Quand tu sait ce qu'il passe!Puis pour l'équipe du dessous, ça signifie: porter des kits avec perfo et tout le bazar!
Je ne suis pas sur de trouver des candidats!Je suis étonné qu'Etienne n'ai pas aperçu la vasque dans laquelle tombait hier les cailloux hier....

riton a dit…

J'ai compris que le SC Arize serait passé nous voir...
Puisqu'on ne c'est pas vu: bonjour Nicole et Jano.
Nicole, vu le gros travail de répertoire que tu a fait par là, il faudrait qu'on ce cale une réunion de travail (sur le terrain, l'on ne prend jamais assez de temps)pour uniformiser les marquages. Philippe fait aussi les siens de son coté, et pour l'instant tout ça est un peu confus!

masdan a dit…

..Tout ça peut être réglé par un bel interclub.♪♫♪.

Etienne a dit…

Par le bas un tir par séance because gaz. Deux séances pour atteindre le deuxième puits sauf si un très maigre perce tout le long du méandre. Ensuite au sommet du deuxième puits il faut choisir le bon départ, donc jonction phonique à réaliser, puis que ce soit celui de droite ou de gauche, les deux démarrent à 20 cm de la corde, donc tirer un rappel et refaire l'escalade après chaque tir ? A cœur vaillant rien d'impossible, mais grosse mission, avec tarif minimum TPST 13 h ;-)

riton a dit…

Donc impossible par le bas!
Pour le haut il faut recruter du "personnel", comme ils disent à l'armée....

laurent a dit…

La solution la plus réaliste consiste à ouvrir le nouveau méandre jusqu'à la vasque, en mettant provisoirement de côté le gabarit civière maintenu jusqu'ici. On stocke pour le moment dans la dernière ligne droite, ce qui peut se faire à 4.
La vasque elle-même semble constituer un espace de stockage assez important dont on pourra se servir ensuite.
Je suis plus motivé que jamais...

riton a dit…

ça c'est sur que si l'on n'est pas motivé maintenant....l'on peut s'inscrire à un club de belote!
Après pour calibrer, l'on bombardera vers le bas, il y a la place....

Félix a dit…

Belles perspectives!

Félix a dit…

Du coup, vous avez refait une séance le weekend dernier?

riton a dit…

Je te répondrait: l'on manque de jeunes....points de suspension...qui aiment l'explo!!

Félix a dit…

Désolé Henri, j'ai beau aimer l'explo, ça fait un peu trop loin pour moi pour faire l'aller retour depuis Nice pour un weekend. Du coup je fais de l'explo avec les Niçois (ce weekend, on est allé voir 9 petits trous inventorié qui laissaient entendre qu'une suite pourrait de nos jours être envisageable (signalés comme bouchés par la neige il y a 20 ans, ou alors avec des topos encore plus vieilles et arrêt sur impénétrable, qui peut maintenant être désobé plus raisonnablement qu'il y a 40 ans).

Pour trouver du monde pour vous aider, pourquoi pas essayer de faire passer la désob en désob interclub?

Sinon, comme jeune du club, il y a peut-être moyen de convaincre Lucas de vous aider de temps à autre (quand je lui en avais parlé, il ne semblait pas complètement fermé à l'idée, même si clairement, il est plus intéressé par de la classique)

En tout cas, bon courage!

masdan a dit…

Comment ça, toujours pas de sortie ? !!!. Vous devenez un club très restreint.....

riton a dit…

Au Posets (massif pyrénéens), au début des années 80, l'on avait exploré aussi des trous avec de la neige qui allait assez profondément. Et il n'y faisait pas vraiment chaud!!!Avec le réchauffement, ils ont du changer!!

Dom POULAIN a dit…

A flaine ,désert de platé. Des trous de 4m sont devenu des -40