samedi 8 octobre 2011

Statu quo temporaire

samedi 08 Octobre 2011
participants : Jean Luc, Patrick, Nathalie, Etienne, Jean Michel, Henri, Christelle, Laurent
TPST : 7h30 ; 25m de première

La matinée démarre très fort et donne le ton : Henri se paye un pétage de joint de culasse en montant au col de la Fage. Autre problème : c'est lui qui a le matos.
Pendant ce temps sans rien savoir, une bonne partie de l'équipe se gèle dehors et rentre sous terre pour prendre de l'avance. Les trous sont faits dans la suite mais pas de consommables...
Celui-ci arrive enfin grâce à Patrick et Etienne qui ont trouvé Henri en carafe et amené une partie du matos. Tout est bourré mais pas de détos...
Jean Luc se colle à la corvée d'aller-retour en surface et les trouve. Le chantier peut enfin démarrer après plusieurs temps morts.


vers le fond




coulée dans la partie fossile


On ouvre la verticale entrevue vendredi dernier qui se descend en désescalade. Un gour nous acceuille en bas. Nouveau changement de direction, petit chantier et nous aboutissons dans un mini canyon à l'echo trompeur. Après une courte avancée les parois se resserent : nous sommes de nouveau dans un méandre actif et plus jeune que là d'où nous venons.

L'équipe se scinde et quelques uns s'attaquent à une suite potentielle du fossile. Certains commencent à se geler et décident de remonter doucement

En fouillant un passage latéral, je découvre Félix à peine deux mètres en dessous dans l'actif : un nouveau shunt permettant de relier deux tronçons du fossile et d'éviter une zone étroite après une courte désob. En avancant un peu, Félix trouve une suite potentielle au supérieur qu'il faudra ouvrir.



cloisons bizarres insolubles en relief


aval du fossile, direction sud-ouest idéale


Nous poursuivons malgré tout le chantier en bas tant qu'on peut avancer et qu'on voit du pénétrable devant. Une autre étroiture est franchie, petit ressaut et élargissement sur plusieurs mètres. La suite s'horizontalise et malheureusement se rétrécit de nouveau sur deux mètres. Nous tombons à court d'autonomie, il est tard et nous commencons tous à ressentir que cet actif nous fourvoie alors que les volumes sont un peu plus haut. C'est la troisième fois que ce scénario se produit depuis l'entrée.

Confirmation à la remontée : alors qu'au débouché dans le fossile le courant d'air turbine à fond, seul un tout petit quart part dans la suite active. Sans doute le passage de Félix sera-t-il le bon. En tout cas, la zone assez large et chaotique où file le zef est cernée et concentrera nos efforts à la prochaine sortie.

3 commentaires:

masdan a dit…

Putain,pas de commentaire,ça n’intéresse personne?

laurent a dit…

Normal. Beaucoup étaient là, beaucoup de coups de téléphone, beaucoup de mails persos depuis la semaine dernière. Ca réduit le nombre d'indifférents à très peu.

masdan a dit…

Que se passe t-il,le trou est fini?