samedi 8 janvier 2011

Paichaires suite : Tempête… dans un verre d’eau


Vendredi 07 janvier.
Laurent, Patrick, Jean Marie

Nous devions aller à la perte de Missègre mais suite à une énième défaillance d’Henri une heure avant le rendez-vous nous changeons d’objectif et nous nous retrouvons à Mouthoumet.
Je descends le ressaut ou Laurent et Nico ont fait le dernier tir. Le courant d’air est facilement mesurable : il est nul. Il faut dire que les conditions météo ne sont pas avec nous.
Le dégagement des débris se poursuit facilement. En sortant un bloc, le « noir » apparaît enfin : méandre «étroit » avec indices d’un élargissement. Nouveau tir. Les débris cette fois chutent au fond, je descends d’un bon mètre : coté est le méandre se pince dans toutes ses dimensions pour se terminer par un orifice de quelques centimètres. Laurent qui prend ma place dégage quelques blocs coté ouest mais ce n’est guère mieux. A revoir par bonnes conditions météo pour vérifier la présence de courants d’air mais le chantier semble considérable.

2 commentaires:

laurent a dit…

En ce moment la chance n'est pas avec nous sur nos chantiers.
Après des revers au Yves et à la Pleine Lune, la suite est bien plus difficile que prévu aux Paichaires. Le coup de froid de la semaine dernière avait provoqué une montée en puissance du zef; le marasme météorologique actuel (brouillard à 10°C depuis trois jours)l'a fait retomber presque à plat. Le bourdonnement entendu devait provenir de la zone étroite sur laquelle nous sommes tombés hier seulement trois mètres après le dernier chantier.
Seul indice positif, un écho nous revient plusieurs mètres après le verrou.
Je referai une visite au prochain coup de froid afin d'évaluer si ça vaut le coup de poursuivre par là et de tester les deux lucarnes en hauteur que nous avions négligé jusque là.

En attendant, ce Dimanche, on réattaque le trou de la Pause sur le massif de la source de l'Agly avec Nicolas et Yannick des PO pour tenter de conjurer le mauvais sort. Avis aux amateurs...

Anonyme a dit…

Comme quoi, ce sont les petits trous du c.. qui font le plus de bruit! Que personne ne se sente visé...

Sylvain