vendredi 23 février 2018

Comparatif Blau


Le lendemain de la crue du Blau, Boris et Thibault qui s'occupent de la station hydro sont allés faire un jaugeage au niveau de celle-ci pour pouvoir rajouter un point de fort débit sur la courbe de tarage. Ils ont pris une photo presque au même endroit que moi la veille ce qui permet un comparatif inédit et très explicite.

22 Février
21 Février
On reconnaît l'arbre balisé en bord de clôture et l'arbre fourchu juste à gauche dans le cours d'eau. Le résultat du jaugeage donne 5,5 m3/sec +/- 1 (photo du haut). Cela montre la vitesse de la décrue, mais surtout les photos permettent d'extrapoler un peu plus le débit de pointe atteint le 21/02 au matin.
Sachant que le Blau avait une tranche d'eau de 50cm supplémentaires, que la vitesse et la largeur étaient bien supérieures, et que de plus environ 2 à 3m3/sec débordaient vers le chemin (voir post précédent), on peut affirmer sans trop de risques que la crue affichait au minimum 15m3/sec, certainement plus...
Il s'agit de valeurs égales ou supérieures à celles publiées pour Font Maure et Fontestorbes et cela va dans le sens d'une interconnexion des trois exutoires, avec le Blau en soupape supérieure.
Un monde mystérieux et fascinant, et tout un programme...


6 commentaires:

Thierry Bonnel a dit…

C'est vrai que de tels débits ne peuvent que confirmer ton hypothèse d'interconnexion de plusieurs systèmes avec une efficacité de drainage optimum et une karstification interne qui va de pair...tous les ingrédients nécessaires à de futures explorations prometteuses..
Après avoir vu les photos de Laurent une anecdote me revient d'une crue observée par les anciens ou le porche supérieur du trop plein crachait une colonne d'eau sous pression d'un diamètre égal à celui d'une voiture vers le bas de la cascade du point de sortie...
Le débit ne semble donc pas limité lors de ces crues centenaires...

masdan a dit…

Oui, mais l'interconnexion était l'hypothèse ancienne . Il se pourrait aussi Que toutes les grosses dolines et Poljés du plateau pleines comme on voit sur ton reportage soient l'origine du réseau. Seule l'explo du chandelier le dira . Ceci étant quand on voit ces dolines incapables d'absorber en temps réel les pluies : laissez tomber les désobs sur ces coins là
....

Thierry Bonnel a dit…

La vidange des dolines concentrées au niveau des vallées sont constituées d'alluvions parfois très epais.à pleine saturation en eaux elles se comportent comme des terrains semi imperméables d'où les retenues d'eau...elles ne peuvent pas à eux seules maintenir un débit mais uniquement un apport ponctuel...

masdan a dit…

Oui, dolines, lapiaz peuvent donner un apport ponctuel pour une crue express, et le reste de l'année un débit du Blau sommes toutes assez faible. C'est une des hypothèses. L'exploration nous en apprendra plus.

riton a dit…

interconnections...noyées! Quand est t'il de la galerie semi-fossile du Chandelier? Nous le saurons un jour...

laurent a dit…

Presque jamais noyées ces connexions théoriques justement puisque situées dans la zone de battement, et c'est bien là l'intérêt.

Une chose est sûre, l'unité géologique proche du plateau, le secteur Belvis-forêt de Puivert-poljé de Coumeilles (apports pertes + infiltration), ne suffit pas pour expliquer un tel débit.