lundi 2 octobre 2017

Le premier kilomètre topographié

Dimanche 01 Octobre 2017
Trou du Chandelier
Participants : Dom, Henri, Laurent
TPST : 8h

Sortie en équipe réduite. Pas de repos après l'euphorie de la semaine dernière, il fallait avancer la topo tant que les conditions sont bonnes dans la première partie du trou (grands gours à sec).
Je m'y colle avec Dom, pendant qu'Henri, descendu avec un kit plombé, se consacre à l'aménagement de divers passages tout le long du parcours (pose de marches, équipement de mains courantes au dessus des gours).

Après vérification de la bonne calibration du Disto, on démarre au bas des puits, et après les quelques visées de l'aval on part dans la rivière fossile. Le travail est confortable à condition d'avoir assez de couches de vêtements.
Topo grand confort, les visées de 20m ne sont pas rares, avec mention spéciale pour une de plus de 32m ! Ca change des topos habituelles...
Niveau direction, la cavité part Sud-Ouest dans un premier temps, puis après la soufflerie, les conduits prennent une direction Nord vers la vallée sèche en suivant une faille bien visible dans la cavité.
La dernière partie repart Sud-Ouest après la boîte aux lettres, le seul endroit susceptible de stopper le courant d'air en hautes eaux (le traitement de son cas sera le prochain objectif).

Nous arrêtons les relevés juste avant la galerie de l'overboard, à une centaine de mètres du terminus de la première explo, en zone sèche. La partie sensible est dans la boîte...
915m ont été relevés, au plus court, sans compter la zone des puits, les cheminées et le reste de la galerie jusqu'à la lucarne. La première partie de la cavité dépasse donc le kilomètre, ce qui confirme nos estimations.

6 commentaires:

Etienne a dit…

Bon boulot. Mais c'est qu'ils sont drôlement sérieux... Résister à l'appel de la première dans des galeries de 15x15...

dominique poulain a dit…

Pas de première sans topo😊

riton a dit…

Pas si sérieux que ça...la suite au fond est loin d'étre évidente!Je pressent que "l'ambiance plateau" (bougnafle, flotte, trémies ect...) vas reprendre le dessus!

Ours a dit…

Ouf ... Des visées longues, jusqu'à 32 m ce n'est peut-être pas une bonne idée.
A moins de travailler avec le disto sur pied! Quoiqu'il en soit pour le dessin, il vaut mieux des visées raisonnables pour localiser avec plus de précision les éléments notables.
A part pour topographier des réseaux en expé aux antipodes, là bas le temps presse et on est jamais très sûr d'y revenir.

Je dis ça mais on a eu le même réflexe au Cthulhu avec parfois explo et topo en même temps et sortie après avec près de 2 km dans le carnet.
Ah première !
Depuis on a du retopoter, en détail, ce qui nous a permis d'autres découvertes.

Mais que craigniez-vous ? Une crue ? Sous terre l'eau ne fait que passer. Vous avez le temps.

laurent a dit…

Non Bernard, pas une crue (aucun risque). Mais plutôt la remise en eau pendant 7 ou 8 mois de très grands bassins qui obligeraient à canoter. Moins pratique et risqué pour le Disto.
Les visées longues, c'était réservé au tronçon rectiligne, style épuré, dimensions constantes et aucun départ, justement au niveau de ces grands bassins.
D'habitude je n'aime pas ça non plus, d'autant que dans le Primaire des Corbières on est habitués aux galeries hétérogènes difficiles à représenter.
Pour la suite, on est en zone "safe". Plus grand, plus de travail de dessin et moins de contraintes de temps...

masdan a dit…

Les trous qu'on avait trouvé, alentours (loupes)


http://speleoretro.canalblog.com/archives/2017/10/03/35734758.html