vendredi 18 mars 2016

K16 - Expédition au Laos avec l'association Explo-Laos

K pour Khammouane (province laotienne dans laquelle s'est déroulée l'expé) : 16 pour l'année 2016.


Participants :
Charles Ghommidh (Charly), Laurent Guizard (Lolo), Florence Guillot (Flo), Denis Langlois (Nini), Christian Locatelli (Lulu), Julien Fouquet (Juju), Isabelle Perpoli (Isa), Jean-François Loyon, Tudor Marin, Laurent Mestre, Richard Huttler, Richard Quintilla, Marcel Guenot, Mihai Baciu, Andreea Cohn, Etienne Fabre ; équipe Xé Bang Fai : Bernard et Josiane Lips, Stéphane Maifret (Steph), Helmut Steiner, Jean-Michel Ostermann, Terry Bloger, Alexis Augustin.

Participants (sauf équipe Xé Bang Fai)

Ce compte-rendu n'est pas le compte rendu de l'expédition, mais simplement celui de mes propres activités pendant l'expé. Bien sûr, d'autres sorties ont eu lieu en parallèle de celles auxquelles j'ai participé. Au total, après trois semaines passées sur le terrain, l'équipe ramène plus de 21 km de topographies première.

19/02/2016 : Arrivée à Thakhek en moins de 24h depuis Paris, un record ! Traversée express de Bangkok pour changer d'aéroport, arrivée pile-poil pour attraper le vol suivant de Bangkok à Nakhon Phanom (Thaïlande). Il ne restait plus qu'à traverser le Mékong pour arriver à Thakhek au Laos !


20/02 : Préparation, courses à Thakhek, dernière ville avant un trajet de plusieurs heures pour ensuite arriver dans un petit village sur la zone explorée.


21/02 – TPST 9 h, Tham Kaohong : Toute l'équipe (sauf l'équipe Xé Bang Faï qui est sur un autre site à 200 km) part à la découverte des objectifs en passant par Tham Houai Saï (Tham = grotte), un réseau d'environ 40 km de développement avec plusieurs entrées (Tham Houai Saï, Tham Kaohong, Tham Khoun Don, Tham ''Radeau''). Les membres de l'équipe qui ont déjà travaillé sur ce trou guident les autres (plongeurs, nouveaux...). Portage d'une bouteille jusqu'à l'embarcadère. A partir de là, il faudrait encore naviguer 1 km en canot sur le grand canal pour atteindre le siphon terminal, juste derrière le fabuleux Gardien de Kaohong, mais ce sera pour une autre fois.


Le grand canal, photo Bernard Galibert 2013
J'accompagne Charly qui vérifie l'altitude des plans d'eau et des siphons dans le réseau.

22/02 - TPST 2 h / TPES 6 h : Charly, Flo, Nini, Etienne. Prospection Doline 200.
Nous entrons par Tham Houai Saï et randonnons sous terre à une vitesse d'environ 2,5 km/h. Une galerie remontante permet de sortir dans une première doline par la Porte du Gypse.


Une fois dehors, la chaleur est écrasante, nous sortons les genouillères et les gants, et progressons à environ 700 m/h dans les tsingys. La roche est tellement déchiquetée, instable et tranchante, que la progression est très complexe et la chute interdite. Nous atteignons péniblement notre objectif.

Charly dans les tsingys
Il s'agit d'une deuxième doline dont nous prospectons rapidement le contour. Je découvre un petit trou (3x1 m) qui crache un bon zef, nous explorons environ 100 mètres en relevant quelques azimuts.

Uropyge (15cm) et larves, photo Charly 2016
23/02 - TPST 13h : Juju, Laurent G, Marcel, Isabelle, Laurent M, Richard H, Lulu, Tudor, Etienne. Tham Kaohong.
Deuxième portage jusqu'à l'embarcadère (partie terminale de la cavité). Nous gonflons les canots pour acheminer le matériel jusqu'au siphon terminal. Petite appréhension avant d'embarquer chargés sur des canots percés. Finalement, très belle navigation dans des galeries géantes, le Gardien ne laisse pas indifférent.

Le gardien de Kaohong, photo Bernard Galibert 2013
Il faut quand même avancer avec prudence pour ne pas crever sur les nombreux écueils. Pendant la plongée, nous allons dans le Réseau Bleu, un système annexe repéré il y a trois ans. Laurent G entame la désobstruction du terminus étroit avec des pailles. Sur le chemin, je repère un siphon de sable que je décide de gratter en solo, puisque nous sommes en surnombre pour l'autre objectif. Une fois le point bas atteint, un courant d'air aspirant s'amorce. C'est encourageant mais malheureusement ce n'est pas le bon sens. Je continue un peu, je glisse un œil de l'autre coté lorsqu'un plongeur vient m'informer que la plongée est terminée. Je rejoins l'autre partie de l'équipe des désobeurs pour les informer et aider à tirer les gravats. Julien, Marcel et Laurent G ont bien avancé, mais l'étroiture n'est pas encore franchie. Je me dévoue pour forcer le passage et avance de quelques dizaines de mètres en prenant l'azimut mais, cela restera trop étroit pour que l'on s'attarde davantage sur cet objectif.

24/02 : Charly, Lulu, Isa, Etienne, Tham Khoun Don
Lulu et Isa plongent la résurgence de Khoun Don, pendant que Charly reprend la topo de la zone d'entrée. A part ça, journée repos, étalonnage d'un distoX capricieux et baptême de plongée avec Lulu dans l'entrée de Tham Khoun Don (''comme un poisson dans l'eau'' dixit Lulu).

Photo Isabelle
25/02 - TPST 11h : Charly, Laurent G, Marcel, Etienne. Tham ''Radeau''
Portage d'une bouteille jusqu'à l'embarcadère de Tham Kaohong. Pause repas bien méritée. Depuis l'embarcadère, un gros conduit fossile permet de sortir dans une doline. Après quelques mètres parcourus en surface, s'ouvre Tham Phê Pha Thon Maï (Tham ''Radeau''), une autre grotte. Dans celle-ci, nous explorons et topographions quelques tronçons en première et établissons une jonction avec T. Kaohong. Une partie semble être proche de la surface, nous apercevons des racines. Je passe par dessus un tas de gros blocs et perçois une suite intéressante. Je reviens pour appeler les autres par un passage plus étroit sous les blocs, je vais pour m'appuyer sur les blocs lorsque je perçois un mouvement en ma direction accompagné d'un ''sssss'' : j’ai bien failli poser la main sur une vipère à cornes (mortelle), celle-ci m'indique son mécontentement en jaillissant vers moi, mais elle n'ira pas au bout de son mouvement, elle s'arrête à 20 cm de mon bras. Probablement pour éviter la production de venin, elle se passera de me mordre et c'est tant mieux. Belle frayeur donc, les copains juste à coté veulent quant à eux tenter de prendre l'animal en photo.


La longueur est estimée à environ 1,5 m, elle venait de manger quelque chose, on voyait encore la boule dans son ventre ; personne ne s'est approché suffisamment pour donner l'échelle ! Deux minutes plus tard, je repasse par dessus les blocs et avance de 20 m en première tout en tentant de me persuader : ''c'est bon, c'est du passé, maintenant que tu as vu un serpent tu es tranquille pour quelques années'', et là 6-8m devant moi, un autre serpent, de même taille que le premier, traverse la galerie. Hurlement terrible, plus de colère que de peur, je détale en courant avec le sentiment d'une invasion de serpents. Bref, 2 vipères à cornes différentes en 3 min ! Au hurlement, les copains pensent que je me suis fait mordre, ils se moqueront bien de moi le soir au camp en racontant aux autres morts de rire : ''si vous l'aviez vu sortir du trou comme une fusée''. 45 min plus tard nous avons bien avancé la topo et l'heure du rendez-vous avec les plongeurs approchant, nous prenons la direction du retour. Marcel en tête moi juste derrière, il passe à gauche d'un bloc, je passe à droite et ''ssssss'' : même vipère que la première, reconnaissable grâce à la grosse boule dans son ventre ! Cette fois son avertissement s'arrête à 50 cm du bras, même plus peur, et de toute façon on-se-tire-de-là ! Plus tard pendant l'expé, une nouvelle sortie sera programmée dans ce secteur, et devinez quoi, j'ai trouvé autre chose à faire !

26/02 - TPST 8h : Laurent G, Richard H, Etienne. Tham Houai Saï.
Portage pour une autre plongée, cette fois pas de bouteille pour moi, je me charge plus raisonnablement car les jambes commencent à tirer. Une nouvelle jonction est faite en plongée au niveau de la ''Porte Est''. Richard et moi mangeons sans le savoir un riz pas frais du tout qui nous rendra ensuite malade plusieurs jours !

27/02 - TPST 9h : Charly, Jean-François, Etienne. Tham Khoun Don
Je pars pour une sortie topo, dans un secteur moins profond. Je serais très peu productif ce jour là, je commence à être malade. Entrée par Tham Houai Saï en direction de Tham Khoun Don, passage par la salle Khamsone.

Salle Khamsone, photo Philippe Crochet 2013
Nous complétons un petit bout de topo sous le carrefour des Chauves-Souris puis allons équiper un beau P16. Exploration, topographie. Charly fait prendre un bain à du matos électronique qui n'appréciera pas vraiment.

28/02 - TPST 3h : Isabelle, Richard Q, Richard H, Tudor, Mihai, Jean-François, Etienne. Tham Houay Saï
Bien malade, je me contente de suivre et observer l'équipe qui accompagne Mihai pour plonger un siphon, quelques mètres à l'Est du porche d'entrée de Tham Houai Saï. Essais photo dans la galerie d'entrée de Tham Houai Saï pendant la plongée.


29/02 - TPST 5h : Richard Q, Marcel, Jean-François, Etienne. Tham Houay Saï
Toujours en convalescence, je fais un bout de topo dans un coin de la salle des Flibustiers en entrant par Tham Houai Saï, le but étant de préciser où pourrait retomber la galerie plongée par Mihai la veille. Nous allons aussi visiter un tronçon de la très belle galerie ''Bocuse''.


01/03 : Changement de camp. Nous plions tout le matériel de bonne heure et passons plusieurs heures sur des pistes défoncées.


Nous quittons Ban Na (Ban = village) pour rejoindre Ban Nat dans le magnifique poljé de Ban Vieng.

Face au camp
Détour par Thakhek pour réapprovisionnement. Départ de Mihai, Andreea et Jean-François.

02/03 - TPST 3h : Charly, Marcel, Juju, Etienne. Tham Simali
Nous quittons le camp vers 10h et allons le payer cher, 2 h de marche avec des dénivelés relativement importants sur les tsingys et sous une forte chaleur que nous aurions dû éviter en partant de bonne heure. Juju, Marcel et moi découvrons Tham Simali.


L'année précédente, une équipe avait topographié cette galerie géante sur environ 800 m.

Oui, géante...
Nous topographions 85 m de plus et tombons sur une barrière stalagmitique énorme. Nous ne trouverons pas le passage, malgré une recherche assez fine dans la zone terminale. La déception est grande. Dans la zone médiane, derrière un bloc, nous laissons une possibilité vers le bas (pas très grand mais il y a peut-être un niveau inférieur. C'est ce que nous apprendra une autre cavité : ''Tham Simali Noy'').

03/03 - TPST 5h : Lulu, Richard Q, Etienne. Tham Houai Saï perte (un homonyme mais de l'autre coté du massif).


Topo dans une petite branche au Nord, à 300 m de l'entrée. 1 km de topo levée à coup de visée de 50 m. Un coup d'oeil sur Tham Houai Saï émergence (encore une Tham Houai Saï, la 3ème) quasiment en face de Tham Houai Saï perte. Entre des blocs, un Lao descend pour remplir sa bouteille. Après une vingtaine de mètres face à une voûte mouillante, escalade d'un boyau remontant qui retombe dans une salle juxtaposée et qui ressort quelques dizaines de mètres à coté de la première entrée. Plusieurs départs ventilés, pénétrables debout. Le lendemain, une autre équipe lèvera 400 m de topo.

04/03 : Repos et report topo au village.

Géko, 30 cm, super anti-moustiques

Cinéma sur un drap pour les habitants

05/03 - TPST 2h : Tudor, Richard H, Isabelle, Laurent M, Laurent G, Etienne. Tham Jam
Repos forcé car personne n'est sortant ce jour. Suite du report topo. Nous confectionnons une balançoire et une tyro pour les enfants du village qui ne la lâcheront plus jusqu'à notre départ et même après puisque nous laisserons le tout en place.


Une partie de notre équipe nous quitte ce jour (Charly, Richard Q, Nini, Marcel).
En fin d'après-midi, Tudor décide d'aller plonger une résurgence, la forme étant revenue, j'en profite pour l'accompagner et faire quelques photos.



A notre retour au camp, une partie de l'équipe Xé Bang Fai nous a rejoint (Stéphane Maifret, Bernard et Josiane Lips).

06/03 - TPST 9h : Laurent G, Flo, Steph, Etienne. Tham Kagnung.
Presque 2 km de topo en première. Navigation en bateau gonflable sympa dans la zone d'entrée. Au retour, nous ramenons de grosses charges de matos de plongé laissées par une équipe précédente.

07/03 - TPST 7h : Juju, Laurent G, Etienne. Tham Kagnung.
Nous croisons encore un petit serpent dans la zone d'entrée pendant la navigation, celui-ci détale à notre approche. Lors de notre progression vers les zones à explorer, je réalise quelques clichés des galeries découvertes la veille.


Mes camarades mangent pendant que je prépare une dernière photo dans une salle.


Ensuite nous nous séparons, je lève un bout de topo en solo pendant que Juju et Laurent lèvent un autre bout dans une autre galerie, le tout en première bien sûr. Sur ce trou, les 3 dernières sorties par différentes équipes ramènent 3 km de nouvelles galeries grâce à une belle escalade. Nous n'avons pas fini : dans plusieurs galeries, arrêt par manque de temps, à suivre...

08/03 - TPST 5h : marche d'approche 3h30 aller-retour. Bernard Lips, Juju, Flo, Steph. Tham Simali.
Pour moi, c'est sortie photo uniquement, avec Bernard comme modèle, merci à lui pour sa patience.





Juju, Flo et Steph topographient Tham Simali Noy qui est de l'autre côté de la doline. C'est le même conduit effondré qui forme une partie de la doline.

09/03 - TPST 5h : marche d'approche 3h30 aller-retour, Flo, Etienne. Tham Simali Noy.
Essentiellement topo et quelques photos rapides pour pouvoir montrer ce qui a été découvert.



10/03 TPST 4h, Flo, Juju, Bernard et Josiane Lips. Tham Houai Sai perte.
Je fais un tout petit bout de topo dans le même secteur que quelques jours plus tôt pour compléter. Quelques photos : une galerie sympa, une salle et toute une série de photos d'un squelette d'éléphant qui pourrait être assez ancien.




Nous les enverrons à des spécialistes. Nous quittons le trou tôt pour ranger le camp car le lendemain nous partons pour de bon.

La plupart des trous nécessitaient 1 à 2 heures de 4x4 à 20 km/h max sur des pistes défoncées, ce n'est pas neutre pour le bilan fatigue de tout le monde.


Je prends une journée pour un peu de tourisme autour de Thakhek, et pour visiter quoi ? Les grottes aménagées bien sûr !
Grotte des Bouddhas (Tham Pha Fa). Une petite grotte découverte en 2004 en falaise au dessus d'une résurgence avec un foisonnement de statues de Bouddha relativement anciennes.
Tham Xieng Liab. Très drôle, le seul aménagement est un panneau qui te fait ralentir pour chercher un croisement qui n'existe pas, vu que tu as ralenti un gars fait tout pour ne pas te laisser repartir et t'accompagner à la grotte. C'est une traversée très courte dans une grotte géante, sans aménagement, la progression se fait à même la roche, ce qui n'est pas à la portée des visiteurs de Cabrespine ou Limousis !
Tham Nang En. Grotte très bien indiquée, de la pub partout, des spots LEDs qui changent de couleur, plusieurs circuits, des guides... Bref un site touristique à l’européenne.



11 commentaires:

riton a dit…

Apparament les bestioles du coin d'aiment bien Etienne...puisqu'elles ton laissé repartir vivant!
A 23 ans je faisait une Expé en Grèce avec...Richard Quintilla. Moins loin de la maison mais en deudeuche! Le seul risque: les chiens de berger très agressifs...

Tarrisse a dit…

Bonjour ETIENNE- MERCI de nous faire partager le Résumé de Ta "Première" Grande Expédition Etrangère au LAOS,...et Tes TRES BELLES PHOTOS qui l' accompagnent. ...FELICITATIONS et BRAVO !!!
( ...j'ai cru deviner, également, que tu avais donné Tes Premiers Coups de Palmes dans les Eaux Tropicales Laotiennes Encore BRAVO,...mais Prudence , ..hors des Grands Boulevards Souterrains !! )- André.

masdan a dit…

André a raison pour son appel à la prudence .. Très grandes grottes, exotisme, rythme effréné, Tout compte fait ,pas tellement de premières...Rien ne vaut les petites premières chez nous ... en tirant l'expérience de nos premières , grandioses aussi, des Picos de Europa .
Je ne suis pas loin de penser que ces expés, semble t'il clefs en mains, grillent le meilleur spéléo... Quel dommage.

masdan a dit…

.... Les photos toujours fabuleuses, merci .

masdan a dit…

.... Les photos toujours fabuleuses, merci .

riton a dit…

Quand l'on a vraiment la passion, il n'y a pas de contradiction entre les immenses grottes très lointaines et les trous trous bien de chez nous. Ce sont tout simplement deux univers et deux dimensions différentes.

laurent a dit…

Je découvre avec délectation ce compte rendu. De l'exotisme, du danger, des microbes intestinaux, des découvertes...
Tous les ingrédients d'une expé réussie. Super !

JPP a dit…

Moi, ce qui me captive le plus, c'est ce squelette d'éléphant. Sur la photo, on ne voit pas le crâne avec les défenses. Si les os sont pris dans la calcite, il s'agit peut-être d'un mammouth ...?

Etienne a dit…

Peu de premières car nous avons passé la première moitié de l'expé à explorer les parties terminales d'un vaste réseau. Forcément quand tu passes 4 h à progresser dans des parties connues avant de toucher les zones inexplorés ça fait 4 h de moins d'explo en première ! La première n'a effectivement pas la même saveur que chez nous, où elle se fait désirer davantage. Par contre l'enseignement de ce type d'explo est très intéressant, très différent et complémentaire de ce qu'on voit dans l'Aude.
Je ne suis pas persuadé que le squelette soit vraiment très vieux, car dans une zone active de la grotte.

JPP a dit…

Chez nous, on a même oublié la saveur d'une première !!
Au vu des photos que tu m'as envoyées, le squelette d'éléphant a l'air d'être vraiment pris dans la calcite.

Charles Ghommidh a dit…

"Peu de premières" à dit Etienne ?!
Il est vrai que nous n'avons ramené que 21 km de topo...
Ah les jeunes d'aujourd'hui sont bien vite blasés ! :-)