mardi 10 avril 2018

Vitesse record pour le premier traçage positif vers le Blau


Presque tout est dit dans le titre : les premiers résultats partiels du traçage commencé hier sont déjà tombés : l'éosine injectée à Coumeilles sort depuis le milieu d'après-midi au Blau comme le montre cette belle courbe :


 C'est le premier traçage qui ressort au Blau depuis le début des études hydros sur le plateau de Sault, et la vitesse se passe de commentaires : 200m/h !
On peut donc dire que cette opération est révolutionnaire...
La carte pour illustrer :


Avec ces chiffres, c'est une autoroute qui existe loin sous le massif (je cache ma joie). Bottes neuves et matos de bivouac à prévoir pour cet été...

30 commentaires:

dominique poulain a dit…

de biens bonnes nouvelles...

Etienne a dit…

Ca veut dire que vous allez arrêter de creuser et finir un trou ? Impossible l'addiction est trop forte !

Etienne a dit…

Et les marnes alors ?

laurent a dit…

Le fameux Bédoulien a été traversé comme qui rigole et pas lentement...
Je crois même qu'il existe de grands volumes dans cette formation, il y a de l'eau pour évacuer les insolubles.

Thierry Bonnel a dit…

C'est chaud bouillant sous le plateau !!un drain vient d'être établi et pas des moindres et il reste encore toutes les connections hypothétiques et vu la superficie du massif les perspectives peuvent déjà nous faire rêver !!

riton a dit…

Sur les startingblocs!Voila la consigne!
Tout de suite une date pour les Coumeilles...
Dés aujourd'hui, je tronçonne et marque le restant de cordes neuves.
Thierry...chaud bouillant...mais pas la flotte dans les puits arrosés!!

masdan a dit…

_____________yes !!!! Mais ce n'est pas tout les gars, on a un trou plein de terre à ouvrir à Trassanel, faut pas déconner... :-)

riton a dit…

Pas réveillé, j'ai confondu Coumeilles et Vernouze!
Donc l'on ne sait toujours pas ou sort la Vernouze!?

laurent a dit…

Il faut être patient. On n'attendait rien avant aujourd'hui au Blau et dans plusieurs jours à Font Maure vu la distance.
Pour info le pic d'éosine est passé à 23h hier et n'a duré que quelques dizaines de minutes. Pas de dilution c'est un gros tuyau...

laurent a dit…

Pour comparer ce qui est comparable, à Cabrespine, exemple de réseau très linéaire, l'extension totale est de 3,8km. Et il y a 22km de galeries...

riton a dit…

Une question demeure: les galeries fossiles du Chandelier rejoignent t'elle cet actif!?Pour l'instant elles n'ont pas vraiment la méme direction...

laurent a dit…

Je pense que oui. Mais le réseau suit les structures géologiques et du coup n'est pas linéaire. Ce fera plus de galeries...

Etienne a dit…

En terme de débit Coumeille n'apporte qu'un petit pourcentage des 15-20 m3 du Blau... Tu as des résultats de la chimie des eaux sur le Blau ? Ca devient franchement sympathique !

masdan a dit…

Faites gaffe, vous allez saloper les concrétions, oh la belle rouge, moi je préfère la verte ....

laurent a dit…

On a pas encore ces résultats géochimiques mais ça ne saurait tarder.
Par anticipation, j'avais fait un prélèvement à Coumeilles également durant la grosse crue. En comparant avec celui du Blau, on aura une idée des apports entre les deux et de leur nature (ruissellements sur l'Albien ou plutôt eau karstique)

LN MATSUB a dit…

aë aïe aïe le modèle ... J'en connais qui vont faire la gueule!

masdan a dit…

Comment ça, tout à reprendre ?....

laurent a dit…

La principale problématique concerne le Bédoulien (200m d'épaisseur)que le modèle considère étanche et délimitant les bassins versants souterrains.
Or sur le terrain les formations karstiques dans cet étage marneux (ou plutôt marno-calcaire)abondent, et maintenant le traçage vient de le traverser en TGV...

Etienne a dit…

Comment ça faire la gueule ! Vont pouvoir affiner leur modèle et peut-être (re)considérer que l'observation de terrain prime, venant conforter ou non des hypothèses. L'hypothèse se mettant au service des observateurs de terrain pour gagner du temps, pour foncer directement vers les points à tester pour faire s'écrouler l'hypothèse, le modèle, ou quelconque outil de masturbation intellectuelle que vous aurez utilisé comme support... Le terrain est ce qu'il est. Qu'importe les moyens, si personne n'y met les pieds on reste dans les croyances. Par contre, lorsqu'on y met les pieds, parfois même sans aucun moyen on trouve des preuves ! Si à l'école on apprend à faire des modèles mais qu'on oublie les fondamentaux j'ai bien fait d'aller à l'école BUISSONNIÈRE ;-)

masdan a dit…

J'ai toujours dit qu'il y avait les chercheurs...et ceux qui trouvent ! Ceci étant j'adore les chercheurs et je suis toujours fasciné par les modèles qui valent ce qui valent, mais qui dégrossissent la connaissance,même en étant partiellement faux.

riton a dit…

Il y a aussi les "chercheurs" professionnels avec de bonne payes...et les "trouveurs"de terrain...bénévoles!!

masdan a dit…

Pourquoi, tu veux être payé le copain?...S'il fallait être payé pour nos désobs, dans les conditions de travail qu'on a ,on saisirait l'inspection du travail... ;-)

Le Long a dit…

En tant que chercheur qui fait tourner des modèles, ça fait mal... Un modèle, quel qu'il soit, ne sert qu'à approcher la physique des phénomènes observables et doit toujours être calé avec de la donnée de terrain. Quant aux chercheurs qui cherchent, oui, c'est le propre du métier et on atteindra jamais la connaissance absolue. Tout comme les résultats des traçages et de vos explorations ne vous donnerons qu'une partie des réponses, il restera toujours des mystère et c'est là que ça devient intéressant. En tous cas, chapeau bas pour vos travaux qui sont une mine d'info et permettent de dresser un nouveau "modèle" du fonctionnement hydrogéologique du plateau ! Les explos au Chandelier vont être mémorable ! bise à tous

Etienne a dit…

Je n'ai rien contre les modèles, j'adore construire des hypothèses, mais pour moi il faut se réjouir (même si c'est dur parfois) quand le terrain démonte ton hypothèse!

masdan a dit…

De toutes façons , pour la spéléologie, on peut se servir des études mais seule la prospection peut permettre de trouver...et encore! On peut mettre en évidence que cette marne( qui pour moi est plus un calcaire marneux)peut laisser l'eau ou le courant d'air, encore faut il quelle veuille bien nous laisser passer.

masdan a dit…

Donc, soit c'est de la marne, soit du calcaire marneux. Mais même dans le cas de la Marne, il y a le phénomène de Suffosion qui peut tout à fait expliquer, et peut être également expliquer les puits d'effondrements ,notamment la zone terminale de la Grotte de Rouairoux, plateau Lacamp, Aude.......


https://drive.google.com/open?id=1ufLJNAQ5CIM_qQqq6c1XAtauuwajSIZP

masdan a dit…

Voilà, ce lien fonctionnera... https://drive.google.com/file/d/1rSw6ZOoTrKIR658ksrbF53xhrrGx-bvv/view

laurent a dit…

Probablement un mix des deux processus dans le cas des creusements du Bédoulien. On y a trouvé des faciès marno-calcaires indiscutablement corrodés chimiquement depuis qu'on y regarde de plus près.

masdan a dit…

Calcaire marneux contient entre 95 et 65 pour cent de carbonate , en dessous ce sont des marnes.

Etienne a dit…

Les marnes contiennent souvent de la pyrite, qui s'oxydant sur le front de karstification renforce l'agressivité de l'eau. Cumulé à un gradient relativement important, une fracturation intense et des débits importants le matériaux peu ou pas karstifiable peut le devenir.