samedi 14 avril 2018

Incroyable mais vrai à Quirbajou

C'est l'histoire d'un monsieur se promenant dans les sous-bois à l'Ouest de Quirbajou lors de la dernière pluie.
Le ruisseau tout proche a débordé et inonde partiellement le fond de cette vallée habituellement sèche.
Soudain, alors qu'il passe à côté d'un bouquet de frênes, celui-ci se met à s'enfoncer brusquement dans le sol. La surprise est totale...un gouffre est en train de s'ouvrir !
Toute l'eau retenue dans le sous-bois se précipite dans l'abîme comme une baignoire dont on aurait retiré le bouchon.
Le gouffre s'élargit et s'approfondit en quelques instants, manquant d'engloutir le pauvre homme. Ce dernier, pris de peur, tente de s'échapper mais s'assomme quelques mètres plus loin sur un autre arbre.
Heureusement, le processus s'arrête à temps...

Une histoire incroyable ?
C'est aussi la première impression que nous avons lorsque le maire de la commune prend contact avec le club le lendemain, c'est à dire hier soir, pour que nous fassions un diagnostic sur le phénomène.
Nous constituons rapidement une brigade d'intervention dans le karst (BRIK, le nom plaira à notre constructeur de murettes), et nous prenons rendez-vous.
Nous sommes cinq ce samedi à l'entrée de Quirbajou (Jean-Luc, Julie, Henri, Seb, Laurent) pour être guidés jusqu'au trou par le témoin et le maire du village.

Seb s'en frotte déjà les mains...

On s'attendait à voir un banal soutirage, il n'en est rien : c'est une ouverture de 4X2m qui donne sur un volume plus large en dessous, entièrement dans la terre.
Sur la paroi, on peut admirer une superbe coupe stratigraphique des derniers millénaires de sédimentation de cette vallée, ce qui montre que c'est la première fois que le phénomène se produit.
La cime des frênes dépasse encore du trou.

Les racines maintiennent quelques cm de sol au dessus du vide

Equipement dans les arbres plus lointains puis descente.

Départ d'explo tout en prudence
 Le volume englouti est estimé entre 80 et 100 m3 de sédiments. Le fond est à 9m sur un palier encore non stabilisé. Nous resterons encordés en permanence .
Au fond deux parois apparaissent entre lesquelles un entonnoir semble donner vers la suite. Le problème c'est que rien ne tient. Nous creusons un moment mais il est impossible de stocker vu la pente et la nature du sol.
Il faudra laisser "travailler" ce gouffre naturellement pour espérer comprendre dans quel suite tout cela se jette. Il y a plus de 500m de dénivellation jusqu'à la vallée de l'Aude...
En attendant le trou va être clôturé par la commune.

Le palier avant l'entonnoir vu du haut
 Peu de première donc mais une véritable curiosité karstique que notre témoin avait une chance infime de pouvoir observer en direct. Sans compter que son propre poids aurait pu déclencher le soutirage, il aurait alors purement et simplement disparu !
Ah oui, j'oubliais le nom de notre homme : Mr Siffre....Ca ne s'invente pas...

Nous avons ensuite passé l'après-midi à la Vernouze pour continuer la désob : 2 mètres de gagnés dans le méandre, puis coude à gauche.
Le fond est bouché par les sédiments apportés par les crues, mais le méandre est haut de plus de deux mètres pour 20cm de large. Le courant d'air arrive du chenal de voûte en hauteur, il y a encore du boulot en perspective car pas de verticale en vue pour le moment.
TPST : 6h30


10 commentaires:

dominique poulain a dit…

Excellent !!!!

masdan a dit…

Effrayant !!! Pas sûr que monsieur Siffre aille aux champignons !!!

riton a dit…

Le Rébenty proche dois capturer les eaux qui s'engouffrent là. Il y a quand méme du dénivelé...Une circonstance exceptionnelle que Mr Jean Batiste ce soit trouvé là juste quand ça s'ouvrait!

masdan a dit…

Les dernières colorations --> Fontmaure ?

riton a dit…

Pas encore sorti à 10H20 ce Dimanche!Presque 6 jours après...

laurent a dit…

Ben en fait peut être que si mais ça demande à être confirmé par prélèvements et analyses labo.
Il y a un signal montant régulièrement depuis hier matin à Font Maure qui pourrait bien être lourd de conséquences en termes d'interprétation, en particulier sur la localisation du collecteur.
Mais il faut être très prudent pour le moment, on en saura plus dans les prochains jours.

riton a dit…

Hate de savoir...
Si ça a commencé à sortir Samedi matin, ça n'auras mis qu'une demi journée de plus que depuis le Rébounédou!?Est ce que je me trompe?
Et pourquoi ça changerais la localisation?

masdan a dit…

Cela veut dire que vous avez une deuxième entrée sur le chandelier, et un accès vers fontmaure !!!

laurent a dit…

En fait c'est la lampe fluo qui réagit (c'est la même pour l'éosine) et continue de grimper doucement ce soir. Donc soit c'est un pic secondaire de fluo depuis le Rébounédou (colo du 26/03), mais ce phénomène ne s'était pas produit la dernière fois; soit c'est l'éosine qui a difflué depuis Coumeilles mais dans ce cas c'est très rapide et ça passe dans un autre drain que celui du Rébounédou. Mais encore une fois c'est trop tôt pour faire des conclusions.

riton a dit…

Le feuilleton à suspens du Plateau!
Donc dans le cas de la diffluence, l'on reviens à l'hypothèse classique: que le Blau serait connecté à Font Maure!
Mais ou est donc passé le colorant de la Vernouze?
A l'époque Coumeilles était de toute façon sortis à Font maure!
La suite au prochain numéro.