mardi 25 juillet 2017

Barrenc de Cascastel

Mardi 25 Juillet 2017
Barrenc de Cascastel
Participants : Jean-Luc, Henri, Laurent +Freddy
TPST : 3h; TPES : 2h

Dans un but de connaissance du patrimoine de cette petite commune des Corbières, nous sommes sollicités par un sympathique habitant de Cascastel pour aller explorer ou plutôt ré-explorer une cavité anciennement connue de certains locaux et perdue depuis plus de vingt ans.
Freddy vient de retrouver l'entrée du "barrenc" et est impatient de connaître ce qu'il renferme.

Nous sommes d'emblée surpris en arrivant par la beauté sauvage de ce massif perdu aux confins de trois grands ensembles géologiques : le massif primaire de Mouthoumet au Sud, la nappe des Corbières (secondaire) à l'Est et le bassin de Cacassonne (tertiaire) au Nord.
La montagne se situe dans les calcaires du Lias (ici verticalisés), étage très peu représenté dans le département.

Vue d'ensemble de la montagne

Marche d'approche dans un paysage ruiniforme

Aux abords de la cavité. On voit bien les strates verticales les plus dures restées en relief. En toile de fond, le massif de la Serre de Roquefort

L'entrée de la cavité, très originale, s'ouvre à une cinquantaine de mètres devant nous

L'entrée double du trou, entre trois strates, est superbe. il y a quelques pitons qui témoignent d'une exploration passée. On ne se fait pas prier pour descendre...

Début d'exploration

Le puits d'entrée vu de plus bas
Très rapidement, dès la mi-puits, nous nous apercevons que l'origine du creusement est atypique : les formes de dissolution sont remarquables et ascendantes, avec de nombreuses coupoles.
Le diagnostic se confirme plus bas : la cavité se poursuit par une faille profonde dont la morphologie suggère une genèse hydrothermale.

départ de la seconde verticale

coupoles dans les voûtes de la diaclase principale

Nous arrivons vers -30 dans une galerie concrétionnée déclive que nous poursuivons jusqu'à une série d'étroitures.
Concrétionnement ancien de paroi re-dissous par une phase tardive de remise en eau

Galerie terminale
La cavité se termine par un comblement de calcite. Dans les derniers mètres, la présence de CO2 est très probable (légère gêne respiratoire, briquet ayant du mal à s'allumer). L'origine profonde de ce CO2 n'est pas à exclure car la zone noyée n'est pas très éloignée en dessous étant donné l'altitude faible par rapport à la vallée de la Berre.
De plus, la cavité témoigne d'une remise en eau par le bas postérieure à une première phase de concrétionnement (dissolution avec coupoles des coulées de calcite en paroi). Il serait intéressant de pouvoir dater cette calcite pour voir si on pourrait mettre en relation cette première phase avec la crise de salinité messinienne (la mer n'est qu'à 25km), et la remise en eau avec la fin de l'épisode messinien.
 
Nous ressortons enthousiasmés, non pas par le potentiel de suite qui est quasiment inexistant, mais par le côté hors norme de cette cavité-témoin de paléo-circulations phréatiques profondes, sans rapport avec la surface.
Enthousiasmés également par le rencontre avec Freddy, véritable passionné intarissable sur son village et les paysages environnants.

Lors de la marche d'approche retour en bouclant par l'ouest, avec un peu d'observation le puzzle se met en place et le mystère de la présence de l'aven à cet emplacement s'éclaircit :
dans le vallon à sec, le calcaire du Lias est en contact direct avec le calcaire Dévonien, château d'eau local à structure profonde, et connu pour alimenter plusieurs sources mésothermales dans la vallée. Juste sous la cavité, un biseau de marnes gypseuses étanches du Trias vient mourir à l'interface Lias-Dévonien.
Dans ces conditions, pas difficile d'imaginer, par le passé, l'eau profonde issue du Dévonien, passant dans le Lias par l'intermédiaire de la faille majeure délimitant le massif de Mouthoumet, puis contrainte par le barrage naturel des marnes à remonter en surface.
La cavité mérite d'être mise en valeur dans le cadre du patrimoine géologique local.

Nous reviendrons prochainement pour faire la topo et encadrer quelques habitants intéressés dans le barrenc.


8 commentaires:

riton a dit…

La magie de la spéléo d'explo, à la frontière entre activité sportive, émotions esthétique, découverte culturelle et rencontre humaine.

Freddy a dit…

Milles merci pour m'avoir permis de partager durant quelques heures votre immense passion.
Que de souvenirs et émotions à partager car vous êtes dans le vrai pour susciter des vocations.
Plein de bonnes choses

masdan a dit…

Il n'y a plus de sortie dans ce club !!!!!!!

masdan a dit…

Sur Speleo retro photos de Christophe Bataillé sur le SP4,Bientôt celles de Daniel Gilles et celles d'André Tarrisse et de ses copains....ça roule ma poule...

Thierry Bonnel a dit…

Encore merci Daniel pour cette rubrique spéléo rétro qui permet de révéler au grand jour et au vu de tout le monde des clichés sorties des tiroirs...

masdan a dit…

Thierry tu peux poster aussi, tu est magnifique sur ta corde...

Thierry Bonnel a dit…

J'ai surtout des diapos...comment faire pour numériser tout ça ?

masdan a dit…

Pas de problème, je suis équipé pour passes les moi je les numériserai.