samedi 26 septembre 2020

Vieux Lion, la suite...

Samedi 26/09/2020

Trou du Vieux Lion

Participants : JLuc, JMichel, Henri, Christelle, Félix, Boris, Laurent

TPST ; 8h


Après ces quelques jours d'attente, nous voilà enfin en train d'ouvrir cette fameuse tête de puits. La purge est une formalité j'oserais dire jubilatoire en comparaison des dizaines de gamattes habituellement à remonter. Tout descend cette fois en grand fracas.

C'est l'heure d'aller voir :  on descend d'abord en bordure d'une petite goulotte tapissée de mondmilch glissant aux pieds dans les premiers mètres, qu'on pourra éviter en équipant plus loin; Henri pose un fractio puis continue la descente. Large palier plus bas, où pas mal de gravats se sont stockés; on peut l'éviter facilement pour toucher le fond encore 6m plus bas. Le tout fait bien quinze mètres. Il y a enfin de la place à profusion, cette question est définitivement réglée...

En bas, un bel affluent pénétrable arrive de la gauche, un méandre alpin de 4m de haut avec de jolies banquettes. Arrêt sur escalade de 6m un peu plus loin, peu d'intérêt car se pinçant en hauteur.

L'aval se combine avec l'arrivée du P15, pour se jeter dans un autre méandre de 2,5m de haut pour seulement 20cm de large, on espérait mieux...mais la frustration sera de courte durée.

En hauteur on peut jeter un oeil par dessus les banquettes, et pousser un cri...qui confirme l'impression ressentie depuis le haut du P15 : le maximum de la résonance arrive bien d'en dessous, pas très loin même. Je jette un caillou...la tête de puits est juste devant, à 1,5m environ. Un bon 20m au sondage, sans toucher aucune paroi. On tient la suite !

Du bas arrive le son d'un glougloutis caractéristique d'un petit actif .

On a ce qu'il faut pour casser les premiers virages serrés du méandre aval, on s'exécute vers midi avant de faire bien résonner la roche...


Casse croûte dehors dans une ambiance bien froide et humide de fin d'automne. Etant donné qu'on est nombreux, on se prend par la main l'après-midi pour déstocker tout le méandre de la voie vénitienne vers le bas du P15. Il faut trois bonnes heures sans ménager notre peine pour redonner à la cavité son gabarit civière jusqu'au sommet du R3, un sacré soulagement après avoir longtemps saturé le moindre espace non indispensable.

Fin du chantier à 18h, il restera à calibrer les deux sommets des R3, et une paire de trous à faire pour ouvrir la suite qui nous tend les bras, on a laissé de l'explo pour les copains la prochaine fois...

Pas de photos, l'appareil est sous terre...


 

16 commentaires:

masdan a dit…

Génial!!! Évidement vu la température extérieure le courant d'air n'était pas au rendez vous ?...Bravo.

Denis a dit…

Où cela va-t-il nous mener ? Jonction avec le P30, amont du Vieux corbeau, ou vers la rivière ? Les paris sont ouverts. Le fond du Chandelier n'est plus qu'à 35 ou 40 m en dessous...

Thierry bonnel a dit…

Bravo à tous ! La persévérance collective mène à la réussite..
Chapeau pour la précision topo après les 4 kms de progression..

riton a dit…

Vue l'absence de vrai ventilation, je pencherais (pas trop quand même au risque de tomber!)pour l'amont du réseau du corbeaux et sont bouchon de graviers et de blocs.

Dom POULAIN a dit…

Trop bien ...
Mais comment expliquer le bruit du perfo entendu?

De toute façon dans 30 m on sera fixé...
Bientôt la voie royale de l ogre

Dom POULAIN a dit…

Et j ai bien pensé à vous

masdan a dit…

Cela prouve, s'il le fallait que le secteur est follement karstifié !

Dom POULAIN a dit…

On l avait vu du bas .il y a de multiples cheminées

laurent a dit…

Le bruit du perfo passe par la roche et n'a pas besoin d'un passage largement ouvert pour se transmettre.
Un argument supplémentaire en faveur de l'hypothèse d'une arrivée possible par l'amont de l'affluent du vieux corbeau, c'est justement que ce bruit de perfo a été entendu depuis le terminus topo de cet affluent, non loin du bouchon d'alluvions.

masdan a dit…

Le bruit du perfo peut s'entendre 100m au travers de la roche et un coup de massette peut s'entendre sur 30m d'épaisseur.Il restera combien à descendre en bas du P20 que vous allez descendre la prochaine fois ?...

Etienne a dit…

Le contact ARVA est soit à remettre en cause soit nous sommes dans un puits parallèle vraiment très proche. Quelle fiabilité/marge d'erreur accordes-tu aux calages alti ?

Etienne a dit…

Se pourrait-il encore que le P20 sondé par jet de pierres soit le P20 atteins en escalade soit 15m de décalage alti si j'ai pas perdu d'éléments en route...

laurent a dit…

La profondeur du puits suivant a été estimée en temps de chute et pas en visuel. Ca peut donc être un peu moins ou un peu plus. Quoi qu'il en soit, si on vise l'amont de l'affluent du vieux corbeau, il manque un petit bout de topo subvertical par le bas, mais je dirais qu'il peut être 25m sous nos pieds actuels.

laurent a dit…

Je ne crois pas que l'on soit sur le P20 atteint par les escalades, trop de décalage alti et le courant d'air devrait être plus fort. Il reste trop calibré par un passage étroit là dessous. Si on a pas de réponse satisfaisante à la prochaine explo, il faudra refaire une session ARVA par les différents terminus maintenant qu'on est bien descendu, pour trouver le point faible.
En tout cas les choses s'accélèrent...

Dom POULAIN a dit…

Il y avait 3 alti. Un au fond et deux en haut.
Plus la topo
On sent que ça s agite.....😉

masdan a dit…

Repérages avec arvas au trou des truffes pour ouvrir une deuxième entrée...Je devenais fou ,ça sonnait tout le temps où que j'aille ! A force il me semblait que les bips étaient plus ou moins forts et le plus fort là où je pensait qu'on était à l'aplomb....En fait, je l'ai su plus tard les bips étaient causés par les impulsions de ma montre quartz....