samedi 23 novembre 2019

Douche gratuite

Samedi 23 Novembre 2019
Trou du Vieux Lion
Participants : Jean-Luc, Félix, Jean-Michel, Etienne, Laurent
TPST : 8h

Une séance de plus, à 5, nombre optimal pour le moment. Matinée radieuse puis changement radical de temps l'après-midi, mais c'était prévu. On a posé la bâche, et une fois n'est pas coutume, la meilleure place aujourd'hui était au fond du trou.

Conditions paradisiaques...
Sur le front de taille pas de fléchissement, tout fonctionne bien et le nombre de gamattes remontées par salve est toujours aussi intéressant. Félix poursuit sa formation en désobstruction, secondé par Jean-Michel venu en renfort.
Dès la fin de matinée, la logique de creusement se dévoile un peu plus. Il y a bien un affluent arrivant de la gauche mais un doute subsiste sur l'autre branche de gauche assez horizontale : aval fossile ou autre affluent ?
Quoi qu'il en soit, le méandre principal se poursuit en prenant un peu de hauteur (1m environ). Les conditions de perçage s'améliorent, d'autant que le petit actif, bien vivace aujourd'hui, est enfin canalisé dans un surcreusement.

Vue sur la suite à la mi-journée
 Au final, presque 2m de plus gagnés en fin de journée. On voit sur 2,5m plus loin où cela semble s'élargir un peu avec une petite résonance. A suivre, le rythme de travail devrait rester correct vu la configuration...

Détails creusement de la voûte

5 commentaires:

masdan a dit…

En effet la voûte est bien creusée.Quand est il de l'éloignement depuis le bas du puits d'entrée, et du courant d'Air ?.Jean Michel, c'est qui, Escande ?Bienvenue sur ce petit Verdun .

Romain a dit…

Manquait plus que la neige ou la grêle !
Du coup la suite des travaux s'oriente coté méandre. Au moins ça sera sans doute plus facile pour avancer.
Même question que Daniel le courant d'air disait quoi, il semblait partir coté fossile la semaine dernière ce n'est plus aussi évident ?

laurent a dit…

Le courant d'air était quasi-inexistant hier avec le redoux. Le côté fossile reste intéressant mais plus étroit que le méandre donc plus difficile à creuser.
Il ne faut pas trop se fier à l'air pour l'instant, l'air principal du réseau n'est pas amorcé et il doit y avoir un bouchon de calcite quelque part. D'ailleurs le méandre montre des traces anciennes de mise en charge (postérieures au surcreusement)depuis la bifurcation. Ce fameux bouchon n'est sans doute plus très loin. Après la découverte de la cavité à partir de rien, puis la jonction au son, l'amorçage de l'air reste la dernière partie théorique du défi.
Niveau aplomb, on doit être décalé d'environ 7m, mais dans le même sens que celui de la topo des cheminées depuis le bas.

masdan a dit…

Pour ceux qui sont en manque de perspective, il suffit d'aller sur la lune....


https://www.facebook.com/misteriosdoespaco/photos/a.213395955498973/1426391550866068/?type=3&theater&ifg=1

Jean Michel a dit…

Pour se réchauffer nous sommes allé boire une bière à la brasserie de Puivert.
Super idée: le demi est glacé, la salle non chauffée et les murs suintes l'humidité.....