dimanche 3 février 2019

Hivernale à Coume Froide

Dimanche 03 Février 2019
Coume Froide - plateau de Sault
Participants : Seb, Dom, Jean-Luc, Romain, Henri, Etienne, Laurent
TPST : 6h en alternance avec TPDN (temps passé dans la neige).

Aujourd'hui l'endroit portait particulièrement bien son nom...


Malgré les conditions sibériennes et la fermeture de la route, la majorité de l'équipe arrive sans trop de dérapages au col du Chandelier où les deux voitures s'échouent dans la neige à l'écart d'un éventuel passage du chasse-neige...qui ne viendra en fait jamais.
Henri n'a pas eu cette chance et a fait demi-tour à Nébias.

Il nous manque donc du matos (on ne sait pas encore à quel point) mais on monte quand même à pied au P8, on improvisera la-haut.

Super paysage



Marche d'approche forestière et féérique

Première salve d'élargissement au sommet du petit puits découvert la fois précédente, puis équipement normes EFS : bout de nouille tressée avec cordelette et passage de noeud. Le stratagème nous permet d'attaquer le fond.
Entretemps Henri est remonté à l'Escale et monte à pied par le GR.

Deuxième salve avec pour la première fois une méthode alternative et financièrement imbattable.
Seulement financièrement d'ailleurs, car perçage en 16 au lieu du 8. Et puis une fumée incroyable pour un résultat minable : la roche est gonflée comme si on l'avait mise en pression à l'air comprimé, mais tout est en place et tient bon. A bas le bidouillage, pour la suivante on reviendra aux fondamentaux...

Autre problème : la gamatte qui devait être sur place n'y est plus. Elle est dans la voiture d'Henri garée...à l'Escale.
On est condamnés à une bonne rando raquette sans raquettes de 2h aller-retour. Pendant ce temps l'autre moitié de l'équipe déblaye comme elle peut le maigre résultat.
L'avantage c'est que la rando ça réchauffe bien. Au passage on ouvre et ferme l'entrée du Chandelier pour voir si cela a un impact sur le courant d'air de la potentielle entrée haute.

Entrée de la cavité






Quand même une photo sous terre

Regroupement et troisième salve cette fois avec le matos qui va bien. Résultat incomparable et bien plus rapide. Enfin on peut avancer un peu aujourd'hui. Jean-Luc qui est arrivé entretemps est préposé au stockage par murette dans le petit amont.
Bilan : la suite est un méandre assez maigre mais pénétrable un peu plus loin. Il y a une résonance sympa quelques mètres devant. Par contre le courant d'air n'est pas influencé par l'ouverture-fermeture du Chandelier, et pas vraiment à la hauteur espérée vu le froid ambiant. C'est pas gagné mais sait-on jamais, il faut quand même aller voir plus loin pour juger. C'est pas du niveau des grandes premières par le réseau en bas, mais une journée à la neige à bien se marrer c'est toujours bon à prendre...


18 commentaires:

masdan a dit…

Bravo les gars,z'êtes de vrais savoyards... ;-)

riton a dit…

Un plus pour Jean Luc, qui nous apporté le café...alors que l'on commençait a ressembler a des soldats de la retraite de Russie!Et encore, réchauffement climatique oblige, il ne faisait qu'un petit - quelque chose!Des entrées hautes il doit il y en avoir plus d'une, ce qui expliquerait le peu de réactivité du sf après mon ouverture de la porte...le trou des salamandres me parlait d'avantage, a cause de la perte temporaire en dessous. Qui explique peut étre les os de corvidé.

dominique poulain a dit…

il ne manquait (en plus sans risque )que le feux pour faire cuire les saucisses.on en saura plus dans peu de temps

masdan a dit…

Dominique, ce sont des gars du Sud, la neige, ce n'est pas naturel pour eux, Bonne mère...

Etienne a dit…

Le bivouac, le bivouac ! Escalade, balise... On peut faire une équipe qui porte et ressort le jour même et une autre qui attaque la grimpette !

dominique poulain a dit…

J ai bien vu. Même si au première neige ça fout toujours la trouille

riton a dit…

Quel bivouac? Alors qu'il y a plusieurs entrées hautes potentielles a travailler!la solution du bivouac en cette période est trop élitiste.
Réalise: néops+matos de rechange+ matos bivouac+matos escalade+bouffe!!
Si vous voulez il y aller ça seras sans moi...et je continuerait a gratouiller en surface. Par contre une séance en néops pour finir la topo serait intéressante. L'on connaitrait enfin l'aplomb de cette grande cheminée.

Etienne a dit…

Tu ferais bien un petit aller-retour à la journée pour apporter un peu de matos ?
Tu l'as dit : "il y a PLUSIEURS entrées hautes potentielles a travailler"
Escalade et balisage et tu passes à : "il y a UNE entrée potentielle à travailler !" à condition que l'escalade donne au delà du visuel que vous avez eu depuis le bas. En explo rien n'est gagné d'avance, le tout est d'améliorer nos chances en assemblant les pièces du puzzle dont nous disposons. La prospection de surface, il me semble venait bien avant l'escalade, le test du courant d'air aurait pu être décisif et nous épargner l'escalade, mais vu que ce n'est pas concluant, il me semble que maintenant il faut faire les quelques mètres de désob "pour voir" puis c'est l'escalade à moins qu'il y ait de nouveaux indices...

laurent a dit…

Pas la peine de trop se prendre la tête car il y a énormément d'eau dans le réseau pour le moment avec une belle crue de fonte qui a commencé ce matin, l'Hers a pris presque 1m à Bélesta, et le Blau était déjà en petite crue Dimanche, donc je vous fait pas un dessin...
On ne peut donc pas accéder au IV même en néop cause pseudo-siphon.
Par contre cette séance topo jusqu'aux ossements est prioritaire dès que les conditions le permettront en néoprène. Il faut être patient et mettre toutes les chances de réussite de notre côté.

dominique poulain a dit…

La voix de la sagesse 😉

Etienne a dit…

Moi je ne suis pas sage parce-que quand l'étiage viendra je ne serai plus dispo :-( Bon j'aime pas l'eau pour autant, surtout pour faire un bivouac avec du matos tout mouillé...

masdan a dit…

Mais ça va sécher, baisser. c'est sûr que la topo serait un plus...Mais sur tout le cheminement fait, il n'y a rien ?... Tu reprends quand ton turbin, avril ?...

riton a dit…

J'ai déja un ou deux candidats ariègois pour continuer le CF11.
Il ne faut pas mettre tous ces oeufs dans le méme panier!
Et je suis partant aussi pour continuer au "P8", qu'il faudrai peut étre songer a nommer un peu plus poétiquement!

masdan a dit…

Huitième flatulence ?...

riton a dit…

Des nouvelles de Loic, qui était venu aux débuts du Chandelier.
Il est dans le Gard, mais est prèt a venir un weekend, si l'on propose des sorties initiation-classiques. Sur un weekend, avec hébergement sur le gite de Puivert (s'il est ouvert...), l'on pourrait faire un jour classique ( reéquipement trou du cerf, descente au SP4...), et l'autre jour désob dans une des 2 autres entrées hautes potentielles: CB11, Barrenc d'en Pascal. Et passer l'info aux potes de l'Arige et de la SSP.Etienne connait aussi plein de jeunes qu'il faut faire sortir....
Quand pensez vous?

masdan a dit…

Ce qui est rare est cher, pourtant c'était dans le Gard... Pompage fontaine de Nîmes, le moustachu qui joue de la guitare, c'est moi , ahhhhhhhhhhhhhhhhhhhh, meilleur explorateur que guitariste ♪♫♪.

masdan a dit…

http://speleoretro.canalblog.com/archives/2019/02/08/37084578.html

Seb a dit…

Pour info, la prochaine sortie d'initiation est prévue début avril à Las Goffias. En espérant qu'il y ait plus de monde que pour la première.