jeudi 26 mai 2016

Quelques jours en Dévoluy


Quelques jours de passage sur ce superbe karst alpin de haute montagne.
Le Dévoluy est un immense synclinal perché d'environ 180 km2 de superficie.
Il est constitué essentiellement de calcaires Sénoniens (Crétacé supérieur) qui font plus de 500m d'épaisseur. Plusieurs sommets sur les bordures du synclinal culminent à plus de 2700m d'altitude (Pic de Bure, Grand Ferrand, Obiou).
Le massif est drainé en grande partie par une des plus grosses résurgences karstiques de France, la source des Gillardes, qui peut parfois débiter 50m3/sec. Le collecteur n'a toujours pas été découvert à ce jour malgré des explorations très engagées, au delà des -900 pour certains trous du massif...
Tout ici est donc démesuré...


Mardi 17 Mai : rando vers le col du Charnier

Karst de haute montagne, en toile de fond le Grand Ferrand, 2740m


L'entrée du chourum Clot à 1700m d'altitude


Au premier plan, l'entrée, sous le névé, du réseau des Aiguilles (-938) à 2000m d'altitude. Au fond, le pic de Bure

Un autre chourum, de belle taille, où nichent les chocards


rencontre avec un troupeau de chamois


Montée vers le col dans les névés

Le col du charnier, à la bordure Ouest du massif

Mercredi 18 Mai : Il fait très mauvais en altitude, c'est l'occasion d'aller repérer les sorties d'eau dans la vallée.

La source des grandes Gillardes, un énorme torrent inconnu sort de la montagne à 820m d'altitude. Epoustouflant...

En amont dans la vallée (200m au dessus en dénivellé), le puits des Bans est un trop plein des Gillardes qui se met en charge lorsque cette dernière atteint 50 m3/sec. Le trou a été exploré jusqu'à la zone noyée (-200) puis plongé jusqu'au delà des -300.
 Le puits des Bans. En crue, la pression peut propulser l'eau jusqu'à la voûte à 12m de haut selon certains témoins. 


Falaise de 550m de haut au dessus des Gillardes

Jeudi 19 Mai : retour du beau temps avec de la neige fraîche en altitude. Rando "hivernale" de toute beauté vers le col des Aiguilles au sud ouest du massif

Into the wild


Le col et la vallée glaciaire des Aiguilles

Vue vers l'Ouest. Le Vercors n'est pas loin

Une habitante à l'année qui se réchauffe

Au final, une bonne stimulation du corps et de l'esprit qui ne peut laisser aucun spéléo indifférent !

3 commentaires:

riton a dit…

Beaucoup de gélifraction aussi en surface non?
Photos magnifiques.

Tarrisse a dit…

C" est un TRES BEAU et BON REPORTAGE SPELEO-KARSTIQUE que tu nous a proposé sur le DEVOLUY et les GILLARDES
- FELICITATIONS- Amicalement - André.

laurent a dit…

Gélifraction surtout au dessus de 2000m. D'immenses zones sans aucun trou à cause de ça puis d'autres très très denses en cavités. En tout cas un sacré terrain de jeu pour les locaux.
André nous t'avons loupé de peu hier en montant à Cabrespine après le corsaire.