mardi 17 mars 2020

Speed. (un peu d'optimisme en ces temps difficiles)

Durant les deux premières semaines de Mars, les conditions météo ont permis de cibler une période propice à une vaste opération de traçage sur la partie ouest du massif de Mouthoumet.
Il s'agissait de travailler sur les bassins versants respectifs de la source de Montjoi et du Dourgas, et de tenter de révéler l'existence, le cas échéant, de drains peu visibles en temps normal pouvant contribuer aux crues.

Un panel de conditions devaient être réunies : des hautes eaux mais pas de crue, une activité suffisante de certaines pertes, un débit stabilisé aux résurgences sur plusieurs jours, une eau non turbide. Bref, pas facile...
Après un long suspense, finalement le top départ a été donné le 04. En fin d'après-midi, de la sulfo a été injectée dans la perte d'Aigues-Vives et de la fluo dans celle de St Andrieu

Injection sulfo
Début d'une vague de résultats exceptionnels, dès le matin du 06, un pic de restitution est constaté à Montjoi, suivi d'un deuxième le lendemain beaucoup plus massif. L'ensemble trahit la présence d'un drainage rapide et organisé, activé uniquement en hautes eaux, transitant à 110 m/h linéaires depuis la commune de Villardebelle, doublé d'un autre axe de drainage, majoritaire la plupart du temps, et déjà révélé lors du traçage de 2011 à Bouisse.
Un premier résultat très excitant, mais ce n'était que le début des surprises...


Superbe positif à Montjoi


 Dès le petit matin du 07, la fluo sort massivement et de manière très concentrée au Dourgas. Ce résultat explose littéralement tous les records précédents des autres systèmes karstiques du département : une vitesse de pointe frôlant les 200 m/h linéaires sur une distance de 12 km à vol d'oiseau, et sachant qu'au moins le dernier quart du système est noyé ou semi-noyé, c'est plus rapide que Cabrespine ou le pays de Sault en n'importe quelles conditions hydrologiques. La courbe et les différents paramètres (vitesse modale, étalement, concentration...) signent l'existence d'une rivière souterraine sous le massif développant probablement une trentaine de kilomètres...
Dourgas fluo

Confluence avec l'Aude
Les équipements ont été retirés en fin de semaine dernière. L'ensemble des relevés a beaucoup de conséquences également sur la géologie interne du massif, la répartition des bassins versants, la morphologie karstique des systèmes. Bref, une belle évolution des connaissances qui fera date dans l'exploration du massif.
De belles perspectives aussi pour la spélo audoise dans les prochaines années, de surcroit dans le périmètre du futur PNR. Sur le plan explo, en parallèle du pays de Sault, la perte stratégique de Missègre sera le premier objectif du secteur une fois la vague virale passée.

12 commentaires:

Etienne a dit…

Excellent !

masdan a dit…

Excellent.Pour Montjoie la perte du moulin serait vraiment à reprendre après quelques élargissements...je m'étais arrêté en haut d'une cascade, avec un bon courant d'air, et sous une dalle de damocles qui empêchait de poursuivre dans le ressaut de 3 à 5 m. En fait le chantier serait facile car cette dalle fait partie du sol vaporeux de la salle juste au dessus . Donc, en tirant depuis la salle,plutôt que de contourner à plat ventre dans le ruisseau et par dessous ce serait très simple .

Dom POULAIN a dit…

Du boulot pour les générations futures 😊

riton a dit…

L'essentiel seras de garder le....Virus de la Spéléo!
ça fait 44 ans (Septembre 1976:camp d'été SCA) que j'actionne pour ce fameux réseau de Missègre!Si l'on y passe un jour, ça sera certainement le collecteur ayant demandé le plus d'effort dans le département! Dans l'axe théorique du collecteur ( synclinal de la Pouzanque), je connais bien quelques départs intéressants, mais il faudrait beaucoup y descendre pour choper quelque chose. Au fil du temps j'ai fait quelques séances de désob. à la parte fossile de Missègre (la "Clause"). J'ai le souvenir qu'après les forts doutes du début, un passage semblait travaillable au fond. Il faut quand méme s'y attendre à de la trèmie pendant un moment!
Merci Laurent pour ton reportage et pour son titre.

Ours a dit…

Bravo, un excellent travail !

masdan a dit…

C'est laquelle la perte de Missègre, sous la dernière maison du village ?...

laurent a dit…

Oui c'est la perte ancestrale du village, connue de tous et depuis toujours, active longtemps avant que le ruisseau ne soit dévié. Il faut s'attendre à un gros chantier (Dévonien supérieur = trémies sur ce massif), comme à peu près partout maintenant quand on veut atteindre un grand réseau.

Etienne a dit…

Oui mais affirmer l’existence du réseau permet de trouver l'énergie nécessaire ! Puis dans l'Aude on a le tréminator ;-)

laurent a dit…

Epaisseur du Dévonien sup = 45m max, moins s'il a déjà été un peu raboté. Dessous il y a 400m de calcaires et marbres. Toutes les pertes bien situées du massif (Missègre, St Andrieu, Aigues Vives, Bouisse) se trouvent malheureusement dans ce Dév. sup. au contact des flyschs de couverture. Ca explique que le réseau n'ait jamais été atteint jusqu'à présent. Mais comme dit Etienne, quand on a la preuve de ce qu'il y a dessous, c'est différent au niveau motivation.

masdan a dit…

Il faut faire un accord avec le propriétaire de bouisse.J'avais fait ça avec l'a ancien proprio....Sérieux,côté Montjoie c'est le point faible.La salle terminale doit 6x10 ou 12m le plafond mal défini, environ 2 à2.5 m avec une cheminée de plusieurs m que je n'ai pas eu envie d'escalader ...et le bruit du ruisseau qui par , au loin...

André TARRISSE a dit…

Bonjour à TOUS - ... Je me réjouis que l'utilisation de cette méthode de Traçages Hydro-Spéléologiques,(...à des fins Spéléologiques ),.. ait été couronné par de ... de si BRILLANTS Succès !! - FELICITATIONS à LAURENT et ses Collaborateurs !!...et au S.C.A (11),.. pour ces EXCELLENTES INITIATIVES -André -

masdan a dit…

André aux beaux jours quand ce con de virus aura déquerpi, je t'invite au restau de Caunes Minervois...;-)