lundi 23 novembre 2015

Chandelier suite


Quelques infos en complément du post d'Henri.
Gros regain d'intérêt pour la zone depuis le début du projet "Pays de Sault" et le résultat du traçage de l'an dernier qui devrait être affiné par un nouveau traçage en 2016.
Après trois sorties club cette fin d'été dans le trou du Vent du Blau à la poursuite du courant d'air provenant de plusieurs cheminées étroites, l'hypothèse de l'existence d'un réseau supérieur, un "Blau fossile", faisait son chemin.
Là dessus, la mise en lumière, grâce à la mairie de Puivert, d'un rapport vieux de 300 ans, stipulant avec une précision remarquable l'existence d'importants trous souffleurs connus puis rebouchés à l'époque au bord du chemin du col du chandelier, nous renvoyait vers cette même hypothèse.

En effet, nous avions "titillés" ces deux trous il y a déjà 25ans, lors du camp SCA au Blau. un faible courant d'air sortait alors de minuscules orifices dans le remplissage. Les bouchons semblaient conséquents...
Retour aux sources donc en ce début d'hiver. Arrivé tôt le matin pour bénéficier des bienfaits du froid matinal sur les courants d'air, je vais voir la résurgence qui n'a toujours pas réagi aux dernières pluies. L'étiage sévère se poursuit.
Le trou du Vent est passé en régime hivernal. La combinaison froid +étiage provoque une aspiration énorme. Rester dans le boyau d'entrée plus de qq minutes est quasiment insupportable.

Ensuite vers 9h, montée aux trous du chandelier et prise de l'altimétrie : nous sommes 55m au dessus de l'entrée du trou du Vent, et 150m au dessus du niveau des siphons du Blau. Malgré cela, tous aspirent et fonctionnent donc en entrées basses, ce qui est de bonne augure (on ne peut donc être en présence d'un tube à vent entre le trou du vent et ces trous).
Dans le trou n°2, deux orifices aspirent en paroi, mais le troisième tout au fond, ouvert par Henri la semaine dernière et guère plus gros qu'une noix, montre une pression supérieure.



J'attaque la désob en attendant le reste de l'équipe et croise un groupe de randonneurs interrogatifs face à cette "taupe humaine".
Le trou le matin. On aperçoit de vieilles coulées calcitées en paroi


 

Après 1h de décaissage, je retouve le "sol" de 1990, avec quelques débris de fils électriques, restes de la désob de l'époque.

Vers 11h, le reste des troupes arrive et le chantier adopte alors un rythme de dingue comme en témoigne la vidéo ci-dessous :
   
 

Le bouchon cède en milieu d'après midi après un bon percage. Le courant d'air est instantanément multiplié par 20 ou 30. Pour le reste tout a été dit dans le post précédent, nous sommes tous optimistes pour la suite des travaux...



5 commentaires:

riton a dit…

C'est ça les travaux collectifs....chacun n'en fait qu'un peu....mais ça avance!!!!!!!!

masdan a dit…

Quand on a pompé le siphon du Blau, pompage réussi, on a été très déçu, vu les moyens techniques énormes, par le résultat, une galerie spacieuse, certes, bien remontante qui butait sur trémie.... On s'était replié sur l'étroite diaclase, rive gauche de l'aval, appelée diaclase Parkinson , qu'on avait ouvert sur 15m, gros courant d'air... mais fallait tout replier... Le siphon pompé était inactif puisqu'il n'avait pas remonté.. Un ou deux an après(?) nous sommes revenus, siphon plein et plus d'air au Parkinson Diaclase reprise ultérieurement par le Plantaurel... La suite de cette diaclases vers l'intérieur du massif, doit se faire par une zone noyée... les trous que vous travaillés , 50 m + haut, n'expliquent pas (il étaient bouchés)le gros zef de l'entrée du Blau, qui éteignait les acétos, on disait même , soufflait les électriques... En principe, il devrait aspirer, été comme hiver... Belle dynamique et bonne chance

riton a dit…

Merci pour tes encouragements Daniel.

laurent a dit…

En fait les trous du chandelier soufflent tout l'été et fonctionnent exactement comme le trou du Vent.Ils sont en relation avec des entrées bien plus hautes sur le plateau (on pourra calculer la dénivellation potentielle l'été prochain)
Il va être très intéressant de surveiller l'aérologie quand le Blau va se remettre à couler. Si l'air s'arrête, relation avec la zone noyée 150m plus bas. S'il stagne ou se renforce, réseau fossile de grande ampleur...

JPP a dit…

Henri, je vois que tu n'es pas insensible aux encouragements. Mais, petit veinard, en as tu réellement besoin, devant un chantier aussi prometteur?